II. Les sources externes du droit

II. Les sources externes du droit

A. Les traités internationaux

Traité : Acte juridique écrit et signé entre des autorités
compétentes, et en particulier des États, établissant des règles ou des
décisions et fixant des devoirs réciproques.

L’article 55 de la Constitution dispose que « les traités ou accords
régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une
autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour
chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie
« .

Les traités restent néanmoins inférieurs à la Constitution.

B. Le droit de l’Union européenne

Originellement appelé droit communautaire, le droit
de l’Union européenne
a la primauté sur le droit
interne des Etats membres.

1. Le droit communautaire primaire

Le droit communautaire primaire, également appelé droit
communautaire originaire
, est l’ensemble du droit qui découle des
traités.

Plusieurs traités ont développé le droit communautaire primaire :

– le traité de Rome en 1957

– l’Acte unique européen en 1986

– le traité de Maastricht en 1992

– le traité d’Amsterdam en 1997

– le traité de Nice en 2001

– le traité de Lisbonne en 2007

2. Le droit communautaire dérivé

> Les institutions de l’Union européenne

Le Conseil européen : réunion des dirigeants nationaux et
européens qui définit les grandes priorités de l’Union européenne.

Le Conseil de l’Union européenne : représente les
gouvernements des États membres, en réunissant les ministres compétents des
Etats membres.

Le Parlement européen : se compose des députés élus au
suffrage universel direct pour cinq ans, qui représentent les citoyens
européens

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) : veille au
respect de la législation européenne

La Commission européenne : représente les intérêts de
l’Union dans son ensemble

La Cour des comptes : contrôle le financement des activités
de l’Union européenne

Il existe également des institions internes au fonctionnement de l’Union
européenne (parmi lesquelles la Banque centrale européenne, etc.)

> Les normes du droit dérivé

Les institutions de l’Union européenne pour appliquer le droit ont recours à
des normes, qui sont appelées droit dérivé.

Les quatre normes du droit dérivé :

– Le règlement : mesure générale obligatoire et qui peut
être directement appliquée dans les états membres.

– La directive : mesure qui doit être transposée dans le
droit interne de chaque État membre, mais en laissant libres les moyens pour y
arriver

– La décision : mesure particulière et obligatoire, qui
vise spécifiquement un seul destinataire (des États ou des personnes).

– Les recommendations, ou les avis : opinions exprimées par
les institutions de l’Union européenne qui ne sont pas obligatoires

Les actes inommés ou atypiques viennent à l’appui du droit
dérivé, et sont des règlements, des résolutions, ou des codes de bonne
conduite.

> Le droit européen

Le droit européen se distingue du droit communautaire en ce qu’il découle de
la Convention européenne des droits de l’homme de 1950 et de la Charte sociale
européenne de 1996.

Il ne concerne pas les traités propres à l’Union européenne.

La Convention européenne des droits de l’homme liste une série de droits
fondamentaux, comme le droit à un procès équitable ou la liberté d’expression.
Elle a été signée par 47 pays européens. Chacun de ces pays est représenté par
des juges à la Cour européenne des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.