Archives de
Catégorie : Sociologie

La révolution française comparable aux révolutions religieuses – Tocqueville

La révolution française comparable aux révolutions religieuses – Tocqueville

Alexis de Tocqueville, dont on peut dire qu’il fut un des précurseurs de la sociologie, mais aussi un grand théoricien en général, a rédigé un ouvrage sur la Révolution française. Intituléel’Ancien régime et la Révolution, l’œuvre date de1856. Alexis de Tocqueville dans le Livre premier Chapitre trois, décrit les caractéristiques d’une révolution, et celles de la révolution française en particulier, pour voir notamment ce qui les différencie. Toutes les révolutions civiles et politiques ont eu une patrie et s’y sont…

Lire la suite Lire la suite

Politique et people

Politique et people

La politique est, d’une manière générale, de plus en plus sujette à la peopolisation. Si ce mouvement est difficile à dater, on retient souvent l’année 1992, lorsque Ségolène Royal,ministre de l’Environnement, avait accepté des enregistrements pour la presse et la télé juste après avoir accouché. En 2014, Ségolène Royal est revenue sur cet épisode en disant : « C’est peut-être une erreur d’avoir fait ça. C’était mon premier poste minis­té­riel et je ne me suis peut-être pas rendu compte de l’im­pact…

Lire la suite Lire la suite

Le secret, un ornement – Simmel

Le secret, un ornement – Simmel

Georg Simmel, mort en 1918, est l’auteur d’une Sociologie où il analyse, entre autres, la fonction du secret dans les sociétés ésotériques. « Le secret fonctionne comme un ornement que l’on possède et qui valorise la personne.«  C’est ainsi que les sociétés secrètes exercent de la fascination sur les personnes, en leur conférant un sentiment de supériorité. Georg Simmel – La clandestinité et le pouvoir aristocratique ->Citations sur le Secret ->Culture générale : le Secret

Préférer la révolte à l’humiliation – Raymond Aron

Préférer la révolte à l’humiliation – Raymond Aron

DansPaix et Guerre entre les nations,publié en 1962, Raymond Aron écrit : La difficulté de la paix tient plus à l’humanité qu’à l’animalité de l’homme. La souris qui a reçu une raclée se soumet au plus fort et la hiérarchie de domination est stable. Le loup qui tend la gorge est épargné par son vainqueur. L’homme est l’être capable de préférer la révolte à l’humiliation et sa vérité à la vie. C’est donc bien davantage du fait que l’homme est…

Lire la suite Lire la suite

Georg Simmel – La clandestinité et le pouvoir aristocratique

Georg Simmel – La clandestinité et le pouvoir aristocratique

Dans les régimes non démocratiques, deux traits principaux peuvent être dégagés : les gouvernés et les gouvernants sont implacablement séparés, c’est-à-dire distincts. Et surtout, les gouvernants agissent avec la plus grande opacité vis-à-vis des gouvernés. C’est pourquoi le secret, dans ces régimes, est si important. Georg Simmel a théorisé cela dansSecret et sociétés secrètes, il y explique : la clandestinité a toujours fait partie des accessoires du pouvoir aristocratique. Elle exploite d’abord un fait psychologique – l’inconnu, en tant que…

Lire la suite Lire la suite