La méthode pour les concours Sciences Po

Quelques uns des meilleurs articles de méthodologie sont réunis ici. Notre sélection se concentre autour de l’idée que les examens se réussissent certes par les connaissances, mais aussi par la triple capacité à organiser le savoir, à comprendre ce qui est attendu de vous, et à engager les procédés à cette fin. À cette fin, elle vous sera particulièrement utile pour les concours Sciences Po, mais en général pour tous les concours et examens que vous aurez à affronter.

CONCOURS 2022

Bien préparer l’examen :

Bien réaliser l’examen :

Bonus :

Une fois arrivé à bout de notre sélection, fouillez notre site de fond en comble pour trouver de nombreux autres conseils ! Une première façon consiste à se promener dans les archives, ou à cliquer de lien en lien vers vos centres d’intérêt. Une seconde façon consiste à utiliser la barre de recherche lorsque vous avez déjà une idée en tête de vos besoins. Enfin, vous pouvez également poser vos questions ci-dessous et nous vous aiguillerons avec plaisir.

2 réflexions sur « La méthode pour les concours Sciences Po »

  1. Bonjour,
    J’aimerais savoir quel nombre de lignes vous recommandez d’accorder à chaque partie de l’épreuve de question contemporaine. Dans l’un de vos conseils vous recommandez une page pour une introduction mais vous précisez également qu’elle ne doit représenter que 15% de la copie. Le devoir devrait alors faire environ six pages ce qui me paraît très peu faisable en 3h… Je me demandais également si l’introduction de thèses d’auteurs, de références littéraires devait être systématique pour chaque sous-partie.
    Merci de m’éclairer.
    Cordialement,
    Lucille

    1. Bonjour Lucille,

      Merci pour ta question, qui en aidera beaucoup. Parlons tout d’abord en proportions.

      Imaginons que tu bases ta dissertation de Questions contemporaines sur un plan en trois parties, le cas le plus courant.
      L’introduction est quasiment équivalente à une de ces trois parties. Peux-tu nous redire où nous parlions de 15%, car effectivement il faudrait envisager d’aller jusqu’à 20% (à chacun d’adapter selon ses besoins).

      Cela fait idéalement :
      15-20% introduction
      20-25% partie 1
      20-25% partie 2
      20-25% partie 3
      15-20% transitions entre chaque partie + conclusions

      Il faut effectivement viser une page d’introduction. Attention, nous parlons bien de page manuscrite, et là encore nous donnons des grands repères et des moyennes, ne serait-ce que pour la simple raison de différentes tailles d’écritures. Mais effectivement cela aboutit à 5 pages manuscrites, 6 idéalement. C’est effectivement un exercice très difficile, qui nécessite de s’entraîner et d’acquérir des automatismes, notamment en s’épargnant beaucoup de temps de brouillon, mais c’est de cette façon que seuls les candidats qui produisent une copie excellente seront retenus. Pour rappel, voici les principales étapes de l’introduction, qui te permettront de remplir rapidement une page.

      Quant à ta dernière question, argumenter chaque sous-partie par au moins une thèse d’auteur ou une référence n’est pas un impératif éliminatoire… mais cela est préférable et quasi incontournable en effet. Car il faut s’appuyer sur des ressources, qui ont dû être étudiées pendant toute l’année. Là où tu pourras faire valoir ton raisonnement plus personnel, c’est davantage par l’agencement et l’articulation de tes sous-parties, ainsi que ce que tu fais des références que tu apportes.

      Nous espérons avoir éclairci tes interrogations, et n’hésite pas si tu as des questions complémentaires. Bonne chance dans cette dernière ligne droite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.