Doit-on tout faire pour être heureux ?

Doit-on tout faire pour être heureux ?

L’équipe Intégrer Sciences Po vous propose un corrigé des sujets de philosophie tombés au BAC 2014 de la série L

Sujet 2 : Doit-on tout faire pour être heureux ?

Définition des termes : Doit-on tout faire pour être heureux ?

Doit-on : 2 approches, une morale : l’être humain a une obligation morale de ; l’autre physique : l’être humain est contraint de, par la force des choses.

tout faire pour : Une certaine radicalité est implicite dans cette expression. Ce qui est recherché est le seul prix qui compte : la fin justifie les moyens ! (Machiavel)

Heureux : cette notion est le coeur même du sujet, et a été débattue au fil des siècles. Il s’agira tout au long du devoir de voir qu’est-ce que le bonheur, qu’est-ce qu’être heureux.

Plan & Développement : Doit-on tout faire pour être heureux ?

Les premières morales grecques, l’épicurisme, le stoïcisme, se donnaient pour finalité le bonheur. Comment parvenir au bonheur ? C’était par l’ataraxie, l’absence de trouble, ou par l’acceptation du cours des événements.

D’après Kant, « le bonheur est un idéal, non de la raison, mais de l’imagination ». C’est-à-dire que le bonheur est une idée vague et confuse produite par l’esprit. L’homme ne doit pas tout faire pour être heureux, puisqu’il ne peut même pas se représenter le bonheur.

Dans la religion chrétienne, on ne vit pas pour le bonheur sur terre, mais plutôt pour le bonheur promis après la mort : « Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ; c’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés » dans les Béatitudes.

Tous les Corrigés BAC 2014

0 0 votes
Aimez-vous l'article ?
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires