Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

Le BAC 2014 débute comme les autres années par la philosophie. L’équipe
Intégrer Sciences Po vous propose un corrigé des sujets de philosophie tombés
au BAC 2014 en série ES.

BAC ES Sujet 1 : Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

Définition des termes du sujet : Pourquoi chercher à se connaître
soi-même ?

Chercher : Etymologie : Du bas latin circare, « faire le
tour, parcourir pour examiner », et, en latin médiéval, « fouiller, scruter ».

Chercher :
s’appliquer avec persévérance à obtenir un certain résultat ; tâcher,
s’efforcer de. (Dictionnaire de l’Académie française)

Connaître : 1. Avoir ou se faire une idée précise,
approfondie de quelque chose. 2. Savoir ; avoir des connaissances innées ou qui
paraissent telles. Avoir des connaissances acquises par l’étude, par la
pratique et l’usage. (Dictionnaire de l’Académie française)

Soi-même : « Principe de la conscience individuelle, objet
de celle-ci, mais sujet actif »

Problématique : Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

Il faut se demander : pourquoi le correcteur pose ce sujet ?

Le sujet soulève en fait la question : quel est l’intérêt de s’interroger
soi-même, de se découvrir soi-même ? Pourquoi se découvrir soi-même, se
comprendre, plutôt que de découvrir l’extérieur ? L’intime, le soi-même est-il
vraiment un mystère pour l’être humain, et n’est-il pas plus utile de
comprendre notre environnement, ce qui n’est pas nous-même ? Sinon, la
connaissance de soi-même ne permet-elle pas au contraire de mieux comprendre
l’environnement ?

Développement : Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

Le sujet fait référence à une inscription sur le fronton du temple
d’Apollon
à Delphes que commente Socrate (470-399 av.
JC). En grec, Gnothi seauton. Dans ce contexte, « Connais-toi toi-même »
rappelait les hommes à l’humilité devant les dieux. Il s’agissait de se
souvenir que l’homme était fait de passions, de défauts, d’opinions, et qu’ils
restaient faibles en comparaison des dieux.

Hegel considère le « Connais-toi toi-même » comme un tournant dans l’histoire
de l’Esprit. C’est le passage de « l’esprit universel unique » à un «
esprit singulier à l’individualité qui se dessine ».

Saint Augustin explore déjà l’importance du moi-même. L’homme doit partir à
la découverte de son moi, doit se connaître, et c’est ainsi qu’il y découvre
Dieu, avec son aide. « puisqu’il n’y a point d’homme au monde qui connaisse
ce qui se passe dans l’homme, que l’esprit de l’homme qui est en lui
».
Dieu est inséparable de cette recherche de la connaissance de soi : « me
voilà devenu pour moi-même, sous vos yeux, un problème
».

Montaigne a fait de la connaissance de soi-même un objectif :

« Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans
contention ni artifice : car c’est moi que je peins. Mes
défauts s’y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique
me l’a permis. (…) Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon
livre
 » Essais, « Au lecteur »

Montaigne pose cruellement la question posée par ce sujet du bac 2014 :

« Ai-je perdu mon temps de m’être rendu compte de moi si continuellement,
si curieusement ?
 » Essais, Livre II, chapitre XVIII

Pascal est particulièrement virulent à cet égard, dans une de ses
Pensées :

« Parler de ceux qui ont traité de la connaissance de
soi‑même
, des divisions de Charron, qui attristent et
ennuient
. De la confusion de Montaigne, qu’il avait bien senti
le défaut d’une droite méthode. Qu’il l’évitait en sautant de
sujet en sujet, qu’il cherchait le bon air.

Le sot projet qu’il a de se peindre et cela non pas
en passant et contre ses maximes, comme il arrive à tout le monde de faillir,
mais par ses propres maximes et par un dessein premier et principal. Car de
dire des sottises par hasard et par faiblesse c’est un mal ordinaire,
mais d’en dire par dessein c’est ce qui n’est pas
supportable et d’en dire de telles que celles‑ci
« 

La psychanalyse pose un nouveau regard sur la recherche de la connaissance
de soi :

« Alors que les rapports existant entre la perception extérieure et le
Moi sont patents et évidents, ceux qui rattachent la perception interne au Moi
exigent un examen spécial. A leur sujet, on est tenté de se demander si on est
vraiment en droit de rattacher toute la conscience au seul système superficiel
« perception-conscience ».
 » Sigmund Freud dans Le moi et le ça

C’est sur de nouvelles bases qu’il faut chercher la connaissance de
soi-même, car la connaissance de soi n’a plus pour objet un sujet unifié et
conscient, mais un sujet plus complexe.

Tous
les Corrigés BAC 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.