Corrigés : est-il encore possible de préserver le secret aujourd’hui ?

Corrigés : est-il encore possible de préserver le secret aujourd’hui ?

C’est le sujet qui vient de tomber au concours commun des IEP 2021. Plus exactement, l’intitulé était :

« A la lumière de vos expériences et de vos lectures, pensez-vous encore possible de préserver le secret aujourd’hui ?« 

La première partie du sujet était donc un rappel de l’importance de mobiliser des connaissances, acquises par expérience ou de façon plus vraisemblable par vos révisions. C’est donc une incitation utile à bâtir vos dissertations avec « du solide » comme nous l’appelons dans notre article de Méthode en Questions contemporaines.

Il y avait de nombreux plans possibles, et ce que nous vous présentons ici n’est qu’une solution parmi d’autres pour traiter le sujet. Ajoutons que ce sujet ressemblait foncièrement à l’un de nos sujets d’entraînements sur le thème du secret, « Est-il encore possible d’avoir une vie privée ?« , c’est pourquoi nous trouvons intéressant de faire référence à quelques unes des propositions que vous avez pu émises pour enrichir et diversifier la correction.

Mais pour le moment, passons plutôt à notre corrigé, signé l’équipe Intégrer Sciences Po donc :

La correction Intégrer Sciences Po : est-il encore possible de préserver le secret aujourd’hui ?

Accroche : les exemples ne manquent pas avec tous les scandales autour de la vie privée sur internet. Pour être plus original et rentrer directement dans la politique, nous avons choisi de parler du scandale wikileaks, afin de montrer que mêmes les États ont du mal à préserver le secret aujourd’hui.

Contre-accroche : pour confronter cet exemple, nous aurions rappelé que justement le citoyen n’est pas en mesure de connaître nombre des secrets d’États, en particulier dans ce domaine des affaires étrangères. Le secret ultime étant peut-être le code de la bombe nucléaire ?

Définitions :

« est-il » → le format classique d’un sujet type « oui ou non » ;
« encore » → ce mot encore donne lieu nécessairement à un présupposé. En l’occurrence, le sujet considère comme acquis le fait que le secret pouvait être préservé avant.
« possible » → sur ce genre de mots, c’est le moment de faire jouer le sujet, en remplaçant au brouillon par « nécessaire », « autorisé », « matériellement possible », etc.
« de préserver » → là aussi, il y a le présupposé que le secret peut être conservé. Certains diraient que tout finit par se savoir, mais le sujet ne va pas dans ce sens. De plus, il y a une connotation positive : on préserve ce qui est bon. (cela rejoint la réflexion de Marie dans les commentaires quant à la perception portée sur le secret dans son II.)
« le secret » → Définitions du Secret
« aujourd’hui » → le cadre temporel est donné, on ne s’intéresse pas à ce qui se faisait avant, mais seulement au présent (bien que le passé puisse éclairer le présent)

Paradoxe : le secret semblait une évidence par le passé, un trésor qui donne un avantage à qui le possède. Pourtant aujourd’hui, il y a une tension entre ceux qui réclament de faire tomber les secrets, et ceux qui les veulent les conserver. Le secret paraît donc devenir une arme, qui cristallise une lutte d’influence d’une part vis-à-vis de l’extérieur (les relations internationales par exemple), mais aussi vis-à-vis de l’intérieur (État / citoyen), et sur bien d’autres plans : exemple parents / enfants, entreprise / entreprise concurrente, etc.

Problématique : dans quelle mesure le secret, en tant que nouvel objet de lutte d’influences, est-il une ressource qui peut être sauvegardée des ambitions extérieures ?

Voir aussi la problématique d’Alistair que nous avions bien aimé dans les commentaires, qu’il faudra étendre au secret en général (plutôt que la vie privée, qui concerne donc spécifiquement le citoyen).

Plan : Nous avons choisi un plan dialectique (celui du Vieux philosophe), plutôt classique, en faisant varier dans les sous-parties les échelles.

I. Le secret est devenu une puissante ressource
A. Comme secret d’État (État-État)
B. Comme pouvoir sur les citoyens (État-citoyen)
C. Comme avantage sur l’autre (citoyen-citoyen)

II. Le secret est un trésor de guerre convoité, donc menacé
A. Les services secrets et services de renseignement (État-État)
B. La vie privée et les libertés menacées au nom de la sécurité (État-citoyen)
C. L’ère du numérique rend publique la vie des citoyens (citoyen-citoyen)

III. Comme pour les armes, il faut éviter l’utilisation du secret et l’encadrer quand il est nécessaire.
A. Les conventions et accords internationaux qui encadrent le secret (État-État)
B. L’importance d’une séparation des pouvoirs au sommet de l’État pour empêcher les abus (État-citoyen)
C. La nécessité de s’éduquer sur les bonnes pratiques pour conserver le contrôle de ses données (citoyen-citoyen)

Votre correction : est-il encore possible de préserver le secret aujourd’hui ?

Maintenant que nous vous avons fait part de notre plan, c’est votre tour !
1
Quelles idées avez-vous eu sur ce sujet ?x
  • Quel plan avez-vous adopté ?
  • Quelle problématique avez-vous trouvé ?
  • Quelle accroche avez-vous utilisé ?
  • Sur quelles références vous-êtes vous appuyé ?
  • Êtes-vous satisfaits de votre travail ?

Racontez-nous également sur l’aspect pratique, comment cette épreuve s’est-elle déroulée pour vous d’un point de vue matériel ?

  • Avez-vous constaté des dysfonctionnements lors de l’épreuve, avez-vous été gêné par la mise en ligne tardive des sujets par exemple ?
  • Nous ne sommes pas liés au Réseau Sciences Po, mais quel message adresseriez-vous quant à l’organisation de ce concours ?
  • Que pensez-vous des conditions dans lesquelles vous avez composé ?

Nous ferons peut-être une sélection de certains de vos commentaires pour compléter cette correction, de façon à aider les futurs candidats Sciences Po qui passeront le concours. Nous pouvons déjà mentionner les idées très intéressantes développées dans deux commentaires du sujet d’entraînement que nous vous avions proposé : il s’agit des références utilisées par Mina (notamment De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes de Benjamin Constant), ainsi que les deux plans suggérés par Anna qui offrent de nombreuses pistes, notamment sur l’aspect des nouvelles technologies. Voici aussi le corrigé de la prépa L’étude Marseille.

Correction du sujet sur les Révolutions

0 0 votes
Aimez-vous l'article ?
S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Ruth
Ruth
1 mois il y a

Bonjour,

Vous savez si on peut avoir les notes des dissertations ?
Merci pour vos conseils, j’ai été prise à Sciences Po Strasbourg!

Cordialement

Lola
Lola
1 mois il y a

Bonjour,

J’aimerai savoir s’il est possible d’obtenir le corrigé ou du moins notre note de cette épreuve?

Merci d’avance

Imane
Imane
3 mois il y a

Bonjour!
Ayant pris le sujet du secret , je crains d’avoir fait un hors sujet d’autant plus que ma copie ne fait que 2 pages sur ordinateur… J’ai traité le sujet de manière « individuelle ». Voici mon introduction:
« Chut ! C’est un secret »…Cette phrase qui peut à priori paraître banale m’a accompagnée toute mon enfance. Illustrant l’importance de ne pas tout dévoiler, elle témoigne bien de l’importance du secret. Du latin « secretum », celui-ci désigne ce qui est caché aux autres, par une personne ou par un groupe de personnes partageant un même secret. Il favorise ainsi l’existence d’un espace privé, inconnu des autres et dans lequel sa préservation peut être à première vue garantie. Toutefois, l’apparition de nombreux facteurs sociaux ou encore technologiques contribue à sa découverte. L’enjeu qui se pose actuellement est de garder le secret, secret. Peut-on encore assurer sa protection ? Ne risque-t-il pas de disparaître partiellement voire totalement, laissant place à une société sans secret? Nous verrons tout d’abord qu’aujourd’hui, qu’il est tout à fait possible de dissimuler un secret. Puis, nous verrons que celui-ci est menacé, accentuant le risque de sa disparition.

Dans la première partie, j’ai parlé de la persistance du développement du for intérieur, du développement psychique ( avec l’intériorisation dès l’enfance de la préservation du secret) et de la lutte pour la protection de la vie privé ( avec les lois qui favorisent sa preservation ex: secret medical)

Ma deuxième partie porte quant à elle sur la menace concernant la protection du secret à savoir le numérique , le développement de rapports sociaux ( volonté de confidence, aveu..) et enfin je n’ai pu traité que très brièvement de la volonté de transparence( six lignes) , par exemple en démocratie.

J’ai pris le choix de rester claire, varier mes points de vue, sans trop les développer.
Qu’en pensez-vous?

Pierre
Pierre
3 mois il y a

Bonjour

Je trouve que votre reformulation du sujet (« comment le secret est-il devenu un nouveau théâtre des lutte d’influences entre une pluralité d’acteurs qui cherchent à conserver leur secret en retirant celui des autres ? ») transforme le sens premier du sujet. Votre problématique répond plutôt à un sujet du type : « Le secret est il un instrument de pouvoir ? »

Pour le sujet 2021, j’aurais reformulé ainsi : Dans quelle mesure est-il possible de re-sacraliser le secret dans une société de la transparence ?

Qu’en pensez vous ?

Bonne journée

zélie
zélie
3 mois il y a
Maintenant que nous vous avons fait part de notre plan, c'est votre tour !" Lire la suite »

Bonjour!

Voici le plan et l’introduction que j’ai utilisé, sur le coup cela me semblait plutôt bien, j’attends de le relire à tête reposée pour en être sûre :).
Concernant l’épreuve, je ne vais pas mentir en disant que la mise en ligne tardive des sujets ne m’a pas mis un petit coup de stress ahah

“Toute existence personnelle se fonde sur le secret, et peut-être est-ce en partie sur cela que l’homme civilisé s’énerve tant pour que le secret de la vie privée soit respecté” affirme Anton Tchekhov, un écrivain russe du XIXe siècle, dans sa nouvelle intitulée La Dame au petit chien parue en 1899. Anton Tchekhov insiste ici sur l’importance du secret dans la société, c’est-à-dire l’ensemble des manifestations irréductibles à l’Homme et qui ne doit pas être porté à la connaissance d’autrui, notamment dans le domaine de la vie privée.
Aussi, il semble qu’il soit encore possible de préserver et protéger le secret aujourd’hui. En effet, le secret est présent à plusieurs échelles, que ce soit à l’échelle personnelle au travers de l’inconscient et de la vie privée, comme le souligne Tchekhov, ou à une échelle plus globale avec la notion de secret-défense, qui qualifie des informations concernant la sûreté de l’Etat et auxquelles seul un nombre restreint de personnes ont accès. Toutefois, le secret et sa légitimité sont menacés par la transparence qui devient une injonction à laquelle il est difficile de s’opposer. Par exemple, celle-ci est requise dans le champ politique au nom de la démocratie afin que les citoyens puissent exercer leurs droits et leurs libertés sans une quelconque asymétrie d’information.
Par conséquent, on constate que le problème réside dans le fait de déterminer dans quelle mesure est-il possible de conserver le secret dans nos sociétés actuelles. Dans quelles situations celui-ci est-il légitime ? Dans quelles conditions faut-il préférer la transparence au secret ou inversement ? Pour répondre à ces questions, nous étudierons dans un premier temps en quoi le secret est indispensable au fonctionnement de la société puis, nous nous intéresserons à la demande de transparence qui est de plus en plus présente dans nos sociétés actuelles.

I/ Le secret indispensable au fonctionnement de la société

A/ Le secret de l’Etat

→ raison d’Etat ⇒ Machiavel, le Prince
→ secret-défense

B/ Le secret synonyme de vie privée : un droit fondamental pour le citoyen

→ la vie privée inscrite dans de nombreux textes de lois (DUDH, code civil, constitution)
→ un besoin pour le citoyen pour exercer sa citoyenneté ex : liberté d’opinion ⇒ vote

II/ Une demande de transparence toujours plus présente

A/ Une demande de transparence dans le champ politique au nom de la démocratie

→ la Constitution = règles de la transparence démocratique avec les 5 outils
→ savoirs accessible à tous ⇒ rôle d’un transparent = médias ou citoyens ou institutions, lutte contre l’obscurantisme depuis la révolution française.

B/ Une demande de transparence dans le domaine social et économique

→ social ⇒ la révélation du secret et donc la transparence renforce les groupes sociaux
→ économique ⇒ demande de transparence entre le producteur et le consommateur de plus en plus importante ex : les consommateurs veulent savoir d’où viennent leurs produits, comment ils ont été transformés et leur impact sur l’env + dans la cosmétique demande de transparence pour savoir si les produits sont vegan ou cruelty free par ex

Manon
Manon
3 mois il y a
Reply to  zélie

Bonjour, ce plan me paraissait en effet adapté j’ai pris presque exactement le même mais avec des exemples différents ( j’ai axé ma dissert beaucoup plus sur l’actualité j’espère que ca ne vas pas manquer de connaissances de droit…) 🙂

Manon
Manon
3 mois il y a
Reply to  Pierre

Merci! En fait les mêmes idées reviennent souvent mais il y avait une possibilité de plan, d’exemples et d’idées infinie je pense !