Sujets d’entraînement sur le thème du Secret

Nous vous invitons à regarder avec attention les annales des sujets tombés aux concours communs du Réseau Sciences Po.

C’est en effet avec la pratique et l’expérience que vous pourrez mieux saisir quels sont les attendus de cette épreuve si spéciale et nouvelle que les Questions contemporaines.

Afin de vous aider, nous vous présentons ici quelques sujets typiques qui seraient susceptibles de tomber lors de l’examen. Pour rappel, le sujet tombé en 2019, quand le thème du secret était aussi au programme, était : Les institutions démocratiques peuvent-elles reposer sur le secret ?

Après ces explications, voici nos sujets blancs sur le thème du Secret.

Sujets blancs : le Secret

  • Le secret permet-il au citoyen de se protéger ?
  • La transparence est-elle toujours la meilleure option ?
  • Est-il encore possible d’avoir une vie privée ?
  • L’État a-t-il besoin du secret pour perdurer ?
  • Le secret, ennemi public ?

Méthode de Questions contemporaines

Sujets blancs mixtes Révolutions et Secret

  • Le secret d’État permet-il d’éviter les révolutions ?
  • Les révolutions échappent-elles au public ?
  • Existe-t-il des révolutions secrètes ?
Sortez vos papiers de brouillon, et commencez à élaborer votre plan. [wpdiscuz-feedback id= »a7az9gpuno » question= »Quel sujet as-tu choisi, et quel plan as-tu trouvé ? » opened= »0″]Vous pouvez même partagez vos idées en commentaire, et nous vous donnerons un avis[/wpdiscuz-feedback], l’idée étant au final que vous, les candidats lecteurs du site, pourrez vous aider mutuellement sur ces sujets blancs, en prévision du jour J.

Vous trouverez un article dédié sur notre site pour savoir comment trouver un plan efficace, qui s’applique parfaitement ici. Vous pouvez vous aider de ces conseils, ou vous faire confiance. L’important c’est d’aboutir à un travail dont vous serez fiers. Ce serait bien de pousser votre entraînement jusqu’à trouver la problématique, qui est bien sûr différente du sujet. Le sujet, c’est en quelque sorte la matière, ou le domaine, sur laquelle vous allez travailler ; la problématique, c’est mettre en évidence le problème sous-jacent, c’est-à-dire une question qui fait difficulté en organisant la matière donnée par le sujet. Il vous sera finalement plus utile de faire l’exercice (plan et problématique) sur les autres sujets, plutôt que de développer tous les points et toutes vos connaissances d’un seul sujet. Nous vous conseillons donc de traiter tous les sujets rapidement, plutôt qu’un seul sujet longuement.

39 réflexions sur « Sujets d’entraînement sur le thème du Secret »

  1. Bonjour !
    J’ai tenté de construire un plan sur le sujet « Le secret permet il au citoyen de se protéger ? », que voici

    Problématique : Dans quelle mesure le secret est-il vecteur de liberté pour l’individu ?

    I – Le secret du citoyen, rempart contre le regard inquisiteur de l’État
    a) Le secret, arme anti totalitaire

    • (premier paragraphe ou 1P) Hannah Arendt (Les régimes totalitaires, 1952)
    • Comment Pasternak a réussi à transférer Le docteur Jivago, en occident : grâce au secret
    • (2P) L’usage de la blockchain

    b) Le lanceur d’alertes, parangon de la transparence mais qui paradoxalement, a besoin du secret

    • (1P) Il perce des secrets mais mérite protection -> Loi Sapin II
    • (2P) Le secret des sources, une exigence déontologique -> arrêt CEDH Goodwin contre Royaume Uni -> « le secret des sources, pierre angulaire de la liberté de la presse »

    II – Le secret peut néanmoins emprisonner l’humain
    a) Le secret de famille, un drame psychique aux conséquences visibles sur le long terme

    • (1P) Sur la nécessité de dévoiler un secret de famille en ce qu’il a quasi-systématiquement des conséquences catastrophiques sur plusieurs générations (Serge Tisseron, Les secrets de famille, 2016)
    • (j’avais oublié de le mettre mais maintenant ça m’est revenu en retapant le texte : le film Benny’s video de Michael Haneke, où on voit un enfant commettre des atrocités à cause de son désordre psychique du fait d’un secret de famille non élaboré)
    • (2P) Le secret, destructeur du couple Yves Henri Bonello, juriste (le Secret, 1996)

    b) Le secret professionnel est salutaire, le secret « intra-professionnel » est dangereux

    • (1P) Bernard Hoerni « il ne peut y avoir de soins sans confidences, de confidences sans confiance, et de confiance sans secret » -> certes mais il n’est question que de secret « extérieur » et non pas intérieur entre le médecin et son patient
    • Serge Tisseron, psychanalyste (Les Secrets de famille, 2016) : une information que dispose le thérapeute mais dont le patient n’en a même pas connaissance lui même peut conduire à une situation similaire au secret de famille = suintements du secret
    • (2P) Le secret des associés : Georg Simmel (Secret et sociétés secrètes, 1906) : la confiance (intermédiaire entre savoir et non savoir) doit être de mise entre les tenants d’une entreprise

    j’ai l’impression que mon b) est un peu faiblard, et il manque des références sur la blockchain j’en ai pas trouvé beaucoup je vais creuser un peu
    Et vous qu’en pensez vous ?
    bonne journée !

  2. Bonjour j’ai un plan pour le sujet : Le secret d’Etat permet-il d’éviter les révolutions ?

    I – A) Le secret institutionnalisé par l’Etat
    – services secrets depuis Louis XI, cabinet noir, Machiavel avec Le Prince
    B) Le secret d’Etat protège les citoyens
    – art. 296 du traité de l’UE sur le secret d’état
    – négociations secrètes comme l’UE avec les Talibans (même si ce n’est pas un Etat) ou encore la France avec les djiadistes dans la zone sahelienne ; rançons, terrorisme, espionnage économique

    II – A) Les revolutions sont perçues comme une menace pour l’Etat
    – sociétés secrètes qui sont suspectées par l’Etat (G.Simmel) par peur peut-être d’une revolution ?
    – le communisme avec Fidel Castro et les USA qui ont tenté de le renverser

    B) La démocratie est en quelque sorte un effet pour tuer les revolutions, elle préféré la réforme
    – dialogue, délibération
    – gilets jaunes

    III – A) Toutefois, la démocratie doit laisser la place à ceux qui souhaitent s’exprimer, et donc autoriser la critique révolutionnaire à exister et parfois agir
    – mai 68, revolution féminine
    – la révolution peut être le signe d’un mal être de l’Etat démocratique qui a tout intérêt à chercher une solution plutôt que de la réprimer

    B) La dérive des secrets d’état
    – les mensonges d’Etat : scandales comme le cancer caché de Mitterrand, affaire Sarkozy-azibert
    – la demande de transparence : limites etc.

    Merci pour vos conseils !

    1. Bonjour Ruth Lukombo,

      Il est difficile de bien saisir la logique de ton plan en l’absence de titres pour les grandes parties.

      En revanche, les pistes évoquées au sein de tes sous-parties sont très intéressantes et tout à fait adéquates pour ce sujet, c’est donc un bon signe.

      À la seule lecture de ta proposition, nous te conseillerions donc de bien travailler tes transitions et de t’assurer que le correcteur suive le fil de ton argumentation.

      Bonnes révisions d’ici l’épreuve cette après-midi,

  3. Bonjour,
    Pourriez-vous s’il vous plait me faire un retour sur le sujet « Le secret permet-il aux citoyens de se protéger ? »

    Pb : Comment le rapport du secret aux citoyens peut-il concilier vie privée et vie publique ?

    I – Le secret garant des libertés
    A – respect de la vie privée
    B- L’Etat au profit du bien commun

    II – Le secret : menace citoyenne
    A – le risque d’un citoyen « déséclairé » (un accès que partiel à l’information, le risque d’être trompé par ses représentants)
    B – idéologie de la transparence

    III – Vers une société moins secrète
    A – Un espace publique en transition (déclaration patrimoine, RGPD…)
    B – NTIC et l’enjeu de la dépossession de ses secrets

    Merci beaucoup par avance,
    Bien à vous.

    1. Bonjour Chloé,

      Ta problématique n’est pas très claire, nous ne comprenons pas vraiment ton idée (notamment l’expression : « rapport du secret aux citoyens »)

      Si nous l’interprétons dans le sens de : comment concilier vie privée et vie publique des citoyens, cela fait dériver le sujet hors du périmètre qui était imposé.

      Il y a de bonnes pistes dans ton plan. Il faudra les appuyer par des références aussi solides que possibles, comme nous l’expliquons dans cet article de méthode en questions contemporaines.

      En effet, avoir de la réflexion est bien sûr important pour cette épreuve de questions contemporaine, mais elle gagnera en influence si elle s’appuie sur des sources fortes.

      C’est donc sur ce point que nous te conseillons de travailler, ainsi que sur l’étape de la problématique.

      Bon courage pour demain, dans moins de 24h vous serez tous soulagés que ce soit passé !

  4. Bonjour,
    J’ai choisi de m’entrainer sur le sujet « Le secret, ennemi public ? ». La problématique que j’en ai tiré est « Dans quelle mesure le rôle du secret est-il ambivalent tant dans son utilisation à l’échelle de l’état qu’à l’échelle individuelle ? »

    I- Les risques encourus par l’état par un excès d’utilisation du secret
    a) Le secret partie intégrante de l’état => « Le Prince » de Machiavel / « Secret du roi » Louis XV/ »le secret du vote » loi du 29 juillet 1913
    b)Critiqué et mis à mal par les penseurs et les découvertes => avis des Lumieres sur le publicité/ constitution de 1958 article 37/ écoutes téléphoniques NSA

    II- L’utilité paradoxale du secret pour protéger l’intégrité de l’Homme
    a) Le secret, protecteur de la vie privée => secret médical / protection des données Hack Facebook + RGPD / protection des témoins
    b) L’absence de transparence est parfois néfaste => utilité du système Skynet en Chine / Aristote « la grande morale »

    Merci d’avance de me donner votre avis sur mon entrainement, j’ai encore un peu de mal à trouver le titre des parties.

    1. Salut !

      Je ne comprends pas trop la différence entre ton Ib et ton IIb. Sinon ton plan m’a l’air pas mal, tu as de bonnes ref

      1. Sur le Ib j’essayais de parler de la menace du secret sur l’état et dans le IIb sur les individus eux-mêmes mais vous avez raison c’est pas très clair

        1. Bonjour,

          Nous trouvons excellente l’idée de jouer sur les échelles, notamment si cela s’appuie sur la polysémie du mot « public » (au sens de l’État ou au sens du public comme rassemblement d’individus)

          Merci à Charles pour son commentaire, qui t’a permis de clarifier cette intention. Charles fait aussi mention des références que tu emploies, qui sont effectivement pertinentes et variées.

          Justement, elles sont si variées que parfois leur association peut paraître un peu extrême, et donc étrange. Ainsi, les couples Aristote – cyber chinois, ou les Lumières – la NSA laissent l’impression que tu passes du coq à l’âne. (c’est la difficulté du plan que tu as choisi)

          Bon travail pour l’épreuve de demain ! Nous ne pouvons que t’encourager à donner toute ton énergie, car ça en vaut le coup !

  5. Bonjour,
    J’ai choisit la problématique: L’Etat a-t-il besoin de secret pour perdurer ?
    Pensez vous que cette problématique serait pertinente, En quoi l’Etat pour perdurer doit être un minimum transparent sans pour autant rejeter totalement le secret ?

    1. Bonjour Arthur,

      Ta problématique ressemble beaucoup à une reformulation du sujet comme suit :

      L’Etat – « En quoi l’Etat »
      a-t-il besoin – « doit être »
      de secret – « un minimum transparent sans pour autant rejeter totalement le secret »
      pour perdurer – « pour perdurer »

      Certes, tu laisses entrevoir une solution par degrés plutôt que « oui » ou « non », mais nous pensons que tu bénéficierais à consulter la partie « problématique » de notre article consacré à la méthode en questions contemporaines.

      Tu as le temps ce soir de bien comprendre ce qu’est et ce que n’est pas une problématique, et cela pourra être un vrai avantage demain pour le concours.

  6. PBR : Est-il encore possible d’avoir une vie privée ?
    Ma problématique : Doit-on choisir entre une transparence de l’individu totale quitte à ne plus avoir de vie privée au nom de la sécurité ou doit-on se garder de se montrer au monde au détriment de la transparence et de la sécurité

    1 Nécessité et risques de la transparence
    A En Politique (Déclaration de patrimoine des ministres et du président) et en économie avec les récents scandales éco, sanitaires etc  Loi NRE, Anonymous
    B supprimer la vie privée au nom de la sécurité (RDA (Stasi, Corée du nord, Skynet en Chine et 1984 de George Orwell et le Patriot Act )

    2 Nécessité et risque de la vie privée
    A Loi de protection de la vie privée RGPD,CNIL
    B Darknet ( drogue arme et pédopornographie )

    1. Bonsoir Alistair,

      Ta problématique est pertinente. La formule « se garder de se montrer au monde » est étrange, cela donne le sentiment que tu as forcé pour ne pas répéter le mot vie privée.

      Ton plan est aussi plutôt équilibré, mais souffre selon nous d’une certaine faiblesse, particulièrement en deux points : ton 2.B. qui mériterait d’être étoffé, et une absence de troisième partie qui serait pourtant bienvenue pour offrir une solution ou une perspective quant aux défis à venir.

      Enfin, ton grand 1 parle beaucoup de politique, de liberté, de citoyenneté, alors que ton grand 2 n’explore que le domaine du numérique. Une proposition dans les commentaires ci-dessous faisait le même écueil… Ne vois-tu aucun autre domaine de vie privée que le web ?

      Pour demain, nous te conseillons de tirer un maximum d’idées au brouillon pour avoir davantage d’éléments lorsque tu construiras ton plan.

      Bonne soirée,

  7. bonsoir, j’aurais besoin de vos conseils afin de trouver une problématique au sujet L’État a-t-il besoin du secret pour perdurer ? J’en ai trouvé 2 cependant aucune des deux me satisfait.

    • Voici la première : Comment l’Etat utilise-t-il à son avantage le secret afin de se perpétuer ?
    • Voici la seconde: Comment l’Etat par la mise en place d’une société sans secret, s’organise-t-il afin de s’installer dans la durée ?

    Merci d’avance

    1. Bonjour Quentin, nous allons t’aider à trouver une bonne problématique efficace.

      Le premier problème que nous identifions dans tes problématiques c’est qu’il n’y est plus question de “besoin”. Cette notion est pourtant au cœur du sujet, et c’est souvent sur ce type de mots qu’il faut jouer pour trouver une problématique et même un plan.

      Pour trouver une bonne problématique, il faut trouver un paradoxe. Autrement dit, il faut identifier deux réponses aux sujets qui semblent contradictoires entre elles, et qui reprennent tous les termes du sujet.

      Quelle double affirmation apparemment contradictoire pourrais-tu trouver par rapport au sujet, sur le modèle :
      “D’un côté il est vrai que, … ; mais dans le même temps, il est aussi vrai que…” ?

      1. merci pour vos conseils, je suis donc parvenu à un paradoxe:
        D’un côté il est vrai que l’Etat a la nécessité, afin de conserver son pouvoir sur son peuple dans la durée, de mettre en place une politique de transparence qui est demandée par celui-ci et donc d’éviter un soulèvement, mais en même temps il est vrai que par le passé les Etats ayant gardé le plus longtemps ce pouvoir avaient plus que jamais besoin du secret pour tenir dans l’ignorance son peuple.

        Je suis donc arrivé à la problématique suivante: Comment l’Etat peut-il se passer du secret pour garder le pouvoir dans la durée alors que c’était un besoin essentiel de certain Etats qui ont perduré par le passé ?
        Cette problématique est-elle déjà plus pertinente que les 2 premières ?
        Merci beaucoup
        bonne journée

        1. Quand tu dis « les Etats ayant gardé le plus longtemps ce pouvoir avaient plus que jamais besoin du secret pour tenir dans l’ignorance son peuple.« , nous comprenons ton idée, il faudra juste bien l’exprimer, car sans t’en rendre compte tu fais un pléonasme, « il faut de l’ignorance pour garder dans le secret ». C’est très bien corrigé dans ta problématique finale ce qui nous prouve que ce n’était qu’une maladresse d’inattention.

          Et cela nous réjouit beaucoup de voir que tu as su trouver une telle problématique qui est effectivement très bonne ! Bravo ! ✔️

          Petite précision, tu peux parfaitement rapporter ce paradoxe que as trouvé tel quel dans ton introduction. Dit autrement, tu peux très bien intégrer tout ce passage, corrigé après nos remarques, (« l’Etat a la nécessité, afin de […] l’ignorance son peuple. ») dans ton introduction, ce sera un excellent moyen d’amener à ta problématique.

          1. Merci beaucoup pour tout ces conseils, j’en tiendrais compte demain !

        2. Salut, je trouve ton plan et ta problématique intéréssants, et j’aimerai bien savoir (si tu l’as rédigée) quelle est ton accroche et plus globalement ton introduction. Merci d’avance

  8. J’ai choisi la problématique : « L’Etat a-t-il besoin du secret pour perdurer ? »
    Ma problématique est : « Les décisions de l’Etat sont elles uniquement dans l’objectif de perdurer quitte a décevoir son peuple ? »
    I) Un Etat doit -t-il être transparent à l’égard de son peuple ?

    A) Non, il doit uniquement penser à sa survie, selon Machiavel.
    B) Non sinon l’impératif catégorique peut être brisé entre l’Etat et son peuple si les secrets d’Etat révélés sont immoraux
    C) Les secrets d’Etat sont-t-ils hiérarchisés en fonction de leur moral, selon Kant.

    II) L’objectif premier de l’Etat n’est-il pas de satisfaire ceux qui l’ont élu ?

    A) Le secret est t-il contraire aux valeurs de la république ?
    B) Une société secrète est-t-elle totalitaire (exemple de 1984, d’Orwell)
    C) Le secret implique l’ignorance, est-ce un retour en arrière avant le siècle des Lumières qui ont combattus l’obscurantisme ?

    Je ne sais pas trop ce que cela vaut, si vous pouviez me donner un avis.
    Merci d’avance et bonne journée

    1. Bonjour Julien,

      Le sujet (les besoins de l’État) est transformé dans ta problématique (l’objectif de l’État), à tel point que ce n’est plus la même question, et donc hors sujet…

      Ton plan, surtout dans sa deuxième partie, suit cette bifurcation et par conséquent ne répond plus au sujet original.

      Pour t’en convaincre, regarde si chacune de tes parties répond au sujet qui t’a été imposé dès le début. C’est un réflexe que tu pourras avoir aussi lors de ta rédaction le jour du concours, vérifie que chacune de tes sous parties apporte une réponse au sujet original.

  9. Bonjour,
    J’ai voulu faire le sujet tombé en 2019 : « Les institutions démocratiques peuvent-elles reposer sur le secret ? ».
    Avec la définition de la démocratie, j’ai trouvé le paradoxe suivant : comment le peuple peut-il avoir un quelconque pouvoir si celui-ci est conservé dans l’ignorance ?
    Cela m’a permis de trouver la problématique suivante : Les institutions secrètes sont-elles démocratiques ? N’y a-t-il pas un risque de dérive ?
    Mon plan serait alors:
    I/ Des institutions secrètes démocratiques?
    a- Publicité et accessibilité de la loi (essentiel aux démocraties) : les institutions politiques (législatif, exécutif et judiciaire) ne peuvent reposer sur le secret
    b- La place de la transparence dans le droit : loi 2013-907 et art. Code Pénal 223-6 (en France)
    c- Exception dans le domaine militaire : le secret est même défendu (lanceurs d’alertes)

    II/ Les risques encourus
    a- Doutes et critiques de la bienveillance du gouvernement : selon Kant (dont l’opinion est partagée par Eric Schmidt), une action nécessitant le secret pour réussir est immorale
    b- Abus du gouvernement : système Skynet (Chine)
    c- Perte de confiance du peuple : débouche sur la violence (révolte du Capitole aux Etats-Unis)

    Serait-il possible d’avoir un retour ?
    Merci à vous et bonne journée.

    1. Bonjour Carmen,

      C’est surprenant, car le paradoxe que tu trouves (« comment le peuple peut-il avoir un quelconque pouvoir si celui-ci est conservé dans l’ignorance ? ») nous semble une problématique bien plus efficace et pertinente que la problématique à laquelle tu aboutis.

      Car ta problématique (« Les institutions secrètes sont-elles démocratiques ? ») inverse deux termes du sujet, et par conséquent ne fait que reformuler, ou pis, changer le sujet.

      La problématique, c’est bien le paradoxe qui se cache derrière le sujet, donc nous t’encourageons à travailler plutôt ton premier réflexe qui était le bon !

      Ton plan très « sciences po » fonctionne très bien, et tes références sont excellentes. Tu as probablement le bagage qu’il faut, il faut donc s’entraîner comme tu le fais maintenant à problématiser.

      Nous ne pouvons donc que t’encourager à poursuivre sur cette lancée,
      Bonne journée,

  10. Bonjour, j’ai voulu m’entrainer sur le sujet « L’Etat a-t-il besoin du secret pour perdurer? »

    Problématique : Quelle place le secret occupe-t-il au sein de la société et peut-on imaginer que l’Etat se passe de ce dernier ?

    (j’ai l’impression que ma problématique n’est pas terrible donc si vous avez des conseils pour l’améliorer je les prendrai :))

    I.                    Le secret inscrit une séparation entre les citoyens et l’Etat qui peut être propice à des mécontentements
    a)      Les secrets en politiques engendrent une méfiance des citoyens envers les institutions
    b)     Présence des secrets rendent des crises plus probables et plus graves
    c)      La transparence semble donc nécessaire au fonctionnement d’un monde plus juste et d’une vraie démocratie

    II.                  L’Etat a besoin du secret en politique
    a)      Transparence totale va à l’encontre de la démocratie
    b)     Secret indispensable dans la diplomatie
    c)      Transparence reviendrait à s’exposer à l’ennemi

    Aussi je voulais vous demander, pensez vous qu’un sujet qui croise les deux thèmes est probable? Car j’ai beau essayer je ne vois pas du coup ce que je pourrais dire pour ce genre de sujet.

    1. Effectivement ta problématique n’est pas très pertinente, parce qu’elle pose deux questions distinctes, et la deuxième question qui est la partie plus intéressante se répond par oui ou par non, et donc n’est pas une si bonne problématique. Ainsi, pour le concours, évite de séparer avec un “et”, essaie de comprendre quel problème plus profond cache l’énoncé. Nous ferons un article sur les problématiques, mais nous n’en aurons pas le temps d’ici le concours m, alors tu peux voir les corrigés des années précédentes pour mieux comprendre les attendus d’une problématique en questions contemporaines, et regarde aussi les explications pour faire une problématique en philosophie car cela s’en rapproche.

      Quant au plan, ce sont des idées intéressantes, notamment dans tes sous parties, à condition de bien les soutenir par des références. Le correcteur restera quand même sur sa faim, et espèrera une troisième partie : comment résoudre les difficultés que posent le secret (ton grand I) dont l’État a pourtant besoin (ton grand II). Ce serait possible de s’arrêter là en développant bien tes sous parties, mais ce serait intéressant d’avoir une troisième partie plus ouverte sur les solutions et l’avenir.

      Bon courage, c’est déjà bien, poursuis tes efforts jusqu’à samedi !

  11. Bonsoir, j’ai choisi le sujet « est-il possible d’avoir une vie privée » et voici mon plan:

    Problématique : La transparence totale est-t-elle en train de devenir indissociable de nos vies, où allons-nous être en capacité de continuer à garder certaines choses secrètes.

    I.  La vie privée est un concept ancrée dans nos vies depuis longtemps
    a)      Un concept aux origines anciennes (Aristote, révolution française, définition juridique)
    a)      L’apparition d’une « vie privée » numérique

    II. Néanmoins la transparence est devenu l’idéologie privilégiée
    a)      Secret perçu comme négatif et dangereux, source de scandales et de méfiance
     b)  La naissance de la culture du partage

    I.   Mais le droit à la vie privée reste fondamental
    a)      Un droit à la vie privée dans une société où la frontière entre transparence et voyeurisme est de plus en plus floue (Affaire Griveaux…)
    b)     Garder des secrets pour protéger les relations sociales (secret médical…)

    Est-il pertinent ?

  12. Bonjour, j’ai choisi le sujet « est-il possible d’avoir encore une vie privée » et voici mon plan:

    I. La vie privée est un concept ancrée dans nos vies depuis longtemps
    a) Un concept aux origines anciennes (Aristote, révolution française, définition juridique)
    b) L’apparition d’une « vie privée » numérique 

    II. Néanmoins la transparence est devenu l’idéologie privilégiée
    a) Secret perçu comme négatif et dangereux, source de scandales et de méfiance
    b) La naissance de la culture du partage

    III. Mais le droit à la vie privée reste fondamental
    a) Un droit à la vie privée dans une société où la frontière entre transparence et voyeurisme est de plus en plus floue (Affaire Griveaux…)
    b) Garder des secrets pour protéger les relations sociales (secret médical…)

    Est-il pertinent ?

    1. Bonjour Marie,
      Ce sont-là beaucoup de pistes intéressantes. Le fond semble intéressant. C’est plutôt sur l’agencement des parties qu’il pourrait être bon de retravailler. Il faudra répondre plus rapidement et plus franchement à la problématique. Par exemple, ton I. retrace une histoire de la vie privée, ce qui est intéressant, mais nous le verrions plutôt en introduction, ou à la limite comme une sous-partie, fusionner les I. Et II. Mais ce début de plan ne répond pas à la question du sujet : “est-il possible d’avoir encore ”, même si nous en convenons, le passé peut éclairer le présent. Dans le III., tu explores surtout la théorie : en droit il existe une vie privée. Mais il nous semble que le sujet pose plutôt la question de la pratique : “est-ce vraiment le cas, et est-ce possible ?” Oui dans le droit, mais la réponse se doit d’être plus complète.
      En tout cas ce sont de bonnes pistes, c’est juste sur l’organisation et l’agencement des idées qu’il faut travailler dans ta proposition.
      Bonne soirée à toi,

  13. Bonjour j’ai choisi un sujet qui n’était pas présent dans votre liste cependant j’aimerais savoir de ce que vous pensez de mon plan. Voici le sujet: Le secret est-il nécessaire en politique ? Voici ma problématique : Comment la notion de secret est utilisée par l’Etat afin de gouverner ?

    I- L’utilisation du secret dans les différents types de régimes politiques

    A- Les régimes totalitaires et monarchiques
    1 étude des régimes plus ancien comme machiavel avec « le Prince »
    2 étude des régimes totalitaires par l’intermédiaire de l’Allemagne nazie
    B-Dans les régimes contemporains et les démocraties
    1 sur le plan juridique avec la DUDH et la conservation des secrets
    2 vie privée et droit au secret, liberté d’expression…

    II-La conséquence de la mise en place d’une politique de transparence donc de limitation du secret

    A- Une politique de publicisation de l’espace privée
    1 Statie = aucun droit à la vie privée en RDA
    2 contradiction quelques années plus tard avec la « glasnost »= chute URSS
    B-Vers la fin du secret dans nos démocraties avec l’arrivée des nouvelles technologies ?
    1 l’exemple de wiki leaks: vers la fin du secret d’Etat?
    2 les réseaux sociaux: vers la fin de la vie privée?

    Merci beaucoup

  14. Bonjour ces sujets sont très intéressants. Je me demandais si à chaque idée, un auteur devait être cité afin d’appuyer notre argument. J’ai en effet peur de citer trop et de « me cacher » derrière un auteur

    1. Il n’y a pas de règles absolues, donc tu peux tout à fait proposer une réflexion sans appui sur une source externe.
      En général, il vaut mieux pécher par excès de références que par défaut de références.
      Mais nous comprenons très bien ton inquiétude, qui est fondée. Le remède à la critique de se cacher derrière les auteurs, c’est d’appuyer sur les transitions, qui suivent une logique qui t’est personnelle, et d’exploiter de façon plus développer les sources que tu utilises. Ainsi, il ne suffira pas de donner une citation, mais il faudra l’expliquer : pourquoi l’auteur a-t-il dit cela ? Est-ce un avis partial ou impartial ? Pourquoi son argument est valide ? Quelles nuances peux-tu y apporter ?
      Si tu maitrises ce genre de questionnaire sur tes références, le correcteur saura que tu ne te caches pas, mais simplement que tu as des connaissances solides au service d’une réflexion personnelle et pertinente.

  15. Bonjour, j’ai choisi le sujet « le secret permet-il au citoyen de se protéger? »
    Mais je ne savais pas s’il fallait parler uniquement de la vie privée ou non. Donc voici mon plan et j’aurai besoin d’un avis svp :
    Pb : dans quelle mesure les nouvelles technologies entrainent-elles une redéfinition des besoins du secret ?
    I.
    A.     Le secret permet depuis toujours d’établir une zone personnelle aux individus
    Au travers de la vie privée qui est protégé + crée des liens de confiance
    B   L’avènement de la transparence bouleverse les liens entre secret et individu
    Transparence comme idéal des lumières + exposition de la vie privée
    II.
    A.     Sans secret, le citoyen est sujet à de nombreux abus notamment concernant sa vie privée
    GAFAM + Etat
    B.     Le secret est donc un élément protecteur et doit être protégé
    Préserver le secret et les données personnelles + encadrer le numérique
    Merci

    1. Bonjour Anonyme,
      Nous avons beaucoup de demandes, et nous allons devoir équilibrer pour répondre aux autres candidats. Nous espérons que les conseils que nous t’avons apporté jusque là te seront utiles, et tu peux continuer à proposer des plans, peut-être qu’un autre internaute souhaitera donner son avis. C’est le mieux que nous pouvons te souhaiter.
      Bonne soirée,

  16. Bonjour, nous sommes deux et nous avons toutes les deux choisi deux plans différents pour le sujet « est-il encore possible d’avoir une vie privée? » et nous aurions besoin d’un avis:

    Plan 1: Le numérique représente-il une menace pour la vie privée?
    I- Nécessaire conservation de la vie privée pour vivre en société
    a) intimité essentielle au développement de l’individu, liberté d’opinion,..
    b) encadrée par les Institutions
    II- L’ère du numérique met en danger la vie privée
    a) Big Data, réseaux sociaux entrave à la vie privée
    b) dévoilement de scandales par des lanceurs d’alertes montrent que le numérique n’est pas assez encadré par le droit
    III- La vie privée dévoyée permet parfois des avancées sociétales et une meilleure sécurité
    a) Metoo, inceste,…
    b) terrorisme empêché par la NSA

    Plan 2: Depuis la Révolution du Numérique, sommes nous contraints à dévoiler notre vie privée?
    I- La vie privée est un droit garanti pour tous
    a) base du droit, secrets professionnels,…
    b) permet à l’individu de se développer, autonomie, origines,..
    II- Mise en danger de la vie privée depuis le numérique
    a) arrivée d’Internet, données, réseau sociaux
    b) surveillance, géolocalisation, lanceurs d’alertes
    III- La vie privée doit être conservée des ruptures peuvent apparaitre
    a) Inceste/viol
    b) Régimes totalitaires

    Merci à vous,
    Bonne journée

    1. Bonjour à vous deux,

      De façon générale, il y a un grand défaut commun à vos deux propositions, même si la remarque concerne davantage le premier plan proposé : c’est de ne voir dans la menace de la vie privée que le numérique. Le sujet est réduit à un seul aspect du problème, certes important, mais largement insuffisant.

      Pour y remédier, il faudra passer plus de temps sur le brainstorming, et faire découler tout ce que vous pouvez du sujet, sans vous poser aucune limite. Une question qui pourra vous aider, c’est de comprendre quel est l’inverse du sujet ? Quel est l’opposé de la vie privée ? L’opposé de la vie privée est-ce uniquement les serveurs des GAFAM ?

      Dans le détail, effectivement vous abordez d’autres aspects au sein de vos parties, et ce sont de très bonnes pistes. Il faut quand même revoir l’ensemble.
      En tout cas c’est une bonne idée de vous entraîner, ça vous préservera de foncer trop vite sur un sujet, et grâce à cela vous vous souviendrez de regarder le sujet dans toutes ses dimensions.

      Selon vous, où en est la vie privée aujourd’hui hors numérique ? En vous inspirant de l’actualité, comme les critiques contre la loi sécurité globale qui vient d’être approuvée, n’y a-t-il pas quelque chose à dire sur le rôle croissant de l’État ?

      1. Merci pour vos conseils, nous en tiendrons compte, en effet, nous avions perçu ce problème mais il nous a été compliqué de trouver une autre piste.

  17. J’ai choisi le sujet « est ce encore possible d’avoir une vie privée »
    Voici mon plan

    I.L’individualisation croissante des sociétés valorise la vie privée
    A.Une législation de la vie privée constamment renforcée
    Art 9 du Code Civil de 1970 + ajouté à la constitution
    B.Vie privée perçue comme caractéristique nécessaire des sociétés : Liberté des Modernes VS Liberté des Anciens (Benjamin Constant)
    II. Cependant, si la vie privée est valorisée, son intrusion l’est aussi
    A.Une vie privée mise en danger à l’ère du numérique et de la marchandisation des données : Tim Wu et le “surveillance capitalism”
    B. Son intrusion, caractéristique inhérente non seulement des économies mais aussi des gouvernements

    1. Bonjour Mina,

      Ton plan est plutôt bien réussi !

      Sur le vocabulaire, « l’individualisation valorise la vie privée » sonne bizarrement car l’individualisation n’est pas une personne → favorise la vie privée ? accorde de l’importance à la vie privée ? Toujours question de vocabulaire, « l’intrusion est valorisée » est encore plus étrange, car valoriser est mélioratif tandis qu’une intrusion est très péjoratif. Il faudrait communiquer ton idée avec plus de clarté.

      Sur le fond, c’est pas mal, et les références sont très pertinentes. Si tu choisis un plan 2×2, pour atteindre un niveau Sciences Po il faudrait être plus ambitieux : 2x2x2. Sinon le correcteur va rester sur sa faim.

      C’est déjà bien, continue ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.