Les promesses de la science – Nietzsche

Les promesses de la science – Nietzsche

En 1882 est publié leGai Savoir de Friedrich Nietzsche.

Dans cet ouvrage Nietzsche nous fait voir le rôle qu’ont joué les « charlatans », tels qu’on pourrait approximativement les appeler, qui ont vécu aux siècles précédents.

Ceux-ci, par leurs promesses ont donné l’appétit aux hommes, l’appétit pour les « puissances cachées et interdites », c’est-à-dire ce qui relève de la magie.

Mais c’est justement cela, ce qui relève de la magie, qui a fondé la recherche scientifique et le développement des sciences en général.

Aussi Nietzsche écrit-il :

Croyez-vous que les sciences auraient pu jamais se développer et grandir, si elles n’avaient eu pour avant-garde les magiciens, les alchimistes, les astrologues et les sorcières dont les promesses et les mirages devaient d’abord susciter la soif, la faim, l’agréable avant-goût des puissances cachées et interdites ?

Les sciences permettent de dépasser le naturel, et il a fallu que l’homme ait une intense envie de dépasser ce naturel, pour qu’il parvienne à développer les sciences.

>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.