La Cité interdite comme prestige par le secret

La Cité interdite comme prestige par le secret

Quel exemple plus pertinent que la Cité interdite de Beijing (ou Pékin) peut symboliser cette culture du secret pour garantir le prestige de l’autorité ?

La construction de la Cité interdite a débuté en 1406, mais celle-ci ne fut inaugurée qu’en 1420. La dynastie Ming y a établi son pouvoir à partir de cette date.

→ Le Secret du Roi et le Cabinet noir

Alors qu’il était d’usage qu’une nouvelle dynastie occupe un nouveau palais, la dynastie Qing qui succéda aux Ming choisit de rester dans la Cité interdite.

La Cité interdite occupe 720.000 mètres carrés. Un million de travailleurs auraient oeuvré à sa construction.

Enfin, il faut noter que la Cité interdite n’est toujours pas totalement publique ! On estime que 40% des lieux demeurent fermés au public.

Couper les citoyens des lieux du pouvoir, rendre ces derniers opaques, peut s’avérer un moyen efficace pour assouvir une autorité.

C’est sans doute pourquoi nombre de lieux de pouvoir sont toujours inaccessibles au public dans notre monde contemporain. Il serait intéressant de procéder à une étude de l’accessibilité de ces lieux, en fonction du régime étatique : démocratique, dictatorial, etc.

0 0 votes
Aimez-vous l'article ?
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments