La vanité de la peinture – Blaise Pascal

La vanité de la peinture – Blaise Pascal

Dans ses Pensées, 40-134, Pascal affirme :

Quelle vanité que la peinture qui attire l’admiration par la ressemblance des choses, dont on n’admire point les originaux !

La représentation picturale est donc pour Pascal un objet dégradé. Il serait possible de généraliser aux représentations en général, notamment dans le domaine de l’art.

« Vanité » à cette époque, et le sens a perduré, signifiait bien l’inutilité et le peu de solidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.