Rousseau et le secret

Rousseau et le secret

Pour Rousseau, la transparence et la vérité sont des buts à atteindre. Ainsi qu’il l’écrit dans le livre IV des Confessions:

« Je voudrais pouvoir en quelque façon rendre mon âme transparente aux yeux du lecteur. »

Le mystère et le secret

Il n’y a dans son œuvre pas beaucoup de place au secret.

Sa devise en est le témoignage :Vitam impendere vero, à savoir « consacrer sa vie à la vérité« .

Mais cette exigence de vérité, et donc cette entreprise pour détruire le secret, est aussi valable dans la sphère politique.

En 1772, Jean-Jacques Rousseau remarque dans Considérations sur le Gouvernement de Pologne que le moyen « le plus fort, le plus puissant » consiste à « faire en sorte que tous les citoyens se sentent incessamment sous les yeux du public, que nul n’avance et ne parvienne que par la faveur publique »

Citations sur le Secret

L’estime publique est le gage d’un bon fonctionnement politique.

C’est pourquoi Rousseau accorde et constate un avantage aux Etats les plus petits, parce que « tous les citoyens s’y connaissent mutuellement et s’entreregardent, que les chefs peuvent voir par eux-mêmes le mal qui se fait, le bien qu’ils ont à faire. »

Culture générale : le Secret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.