Réussir Sciences Po

 

 

Réussir mieux et plus fort :

 

 

Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 1/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 11 novembre 2017

 

Attention aux partis pris de cette liste, que nous assumons totalement, et qu’il vous faut bien comprendre :

1. Cette liste est ethnocentrée. C’est un parti pris. Dit plus simplement, si vous étiez nés au Japon, à Cuba, en Inde, ou au Nigéria, vous ne trouveriez pas la même liste. Nous vous suggérerions d’autres ouvrages, et de même vous préféreriez lire d’autres ouvrages. La liste que nous vous présentons est tournée vers l’Occident. Cela ne veut pas pour autant dire qu’elle est imperméable aux ouvrages littéraires étrangers : au contraire, les œuvres étrangères comprises dans cette liste comptent parmi les plus brillantes. Nous ne pouvons que vous recommander de les lire en langue originale dès que c’est possible, même s’il vous faut un dictionnaire sur le côté. Nous espérons également que ces portes vers la littérature étrangère pousseront votre curiosité, et vous engageront à lire davantage de livres d’origines étrangères, des plus connus aux plus méconnus.

2. Cette liste ne contient pas tous les livres que vous aimeriez voir figurer. C’est-à-dire que nous n’avons pas pu inclure tous les livres, et tant de livres merveilleux sont restés sur le côté. Cette sélectivité est tout à fait cruelle, mais elle est nécessaire ; la mise en valeur perdrait tout son sens. Lorsqu’une personne cherche des recommandations sur les livres les plus importants, il n’est d’aucune utilité de lui présenter 10 000 noms différents : de nombreux ouvrages excellents ont été écartés, pour ne retenir que les ouvrages excellents parmi les excellents. C’est votre rôle à vous de les mentionner dans les commentaires ci-dessous, et surtout accompagnez les titres d’une description et de conseils qui donneront envie aux lecteurs de s’y plonger.

3. Cette liste est arbitraire. Il ne s’agit pas ni d’un classement scientifique, mathématique, ni d’une sélection quant à la qualité du style ou du fond. Les critères de notre classement sont totalement arbitraires. Nous avons simplement voulu compilé les œuvres les plus connues, les plus retentissantes, et les plus brillantes qui nous sont parvenues jusqu’à aujourd’hui. C’est donc une liste populaire : la thèse la plus sombre et intelligente du mathématicien le plus génial de l’histoire peut donc tout à fait être éclipsée par le conte de fée le plus anodin, simplement du fait de sa popularité.

>> Principe de cette liste de livres à lire absolument

Nous avons finalement sélectionné pour vous seulement les livres que vous aurez envie de lire. Ces livres sont accessibles à tous, et même lorsqu’ils semblent un peu moins faciles à aborder, nous vous donnons quelques conseils au cas par cas pour que la lecture reste un plaisir. Ce sont tous des livres d’une grande qualité littéraire, et dont vous pouvez vous nourrir. C’est-à-dire que tous ces livres auront des bénéfices tant sur votre style d’écriture que sur votre pensée. Tous ces livres nourriront votre esprit et développeront de manière incroyable votre culture générale.

Ce sont tous des livres qui valent absolument d’être lus. C’est en quelque sorte la liste de tous les livres qu’il vous faut absolument avoir lus dans votre vie.



Comment avons-nous classé cette liste des livres à lire absolument ? Nous avions au début établi un classement par intérêt. Par exemple : Comprendre la société ou La découverte intérieure de l’être humain, le Moi, ou encore les Contes, Mythologies et Récits fondateurs. Toutefois, il nous est apparu que notre liste perdrait en intérêt. Le risque aurait en effet été que les lecteurs, comme en allant à la bibliothèque, ne se rendent qu’au rayon dont ils ont l’habitude, celui de leurs études, de leur métier, celui auquel ils sont habitués. Nous voulons ici vous présenter les ouvrages les plus importants, les ouvrages qu’il vous faut absolument avoir lus, des ouvrages qui vous plairont. Mais il faut pour cela sortir de votre zone de confort. Si vous êtes ici, à consulter cette liste d’ouvrages les plus importants à lire, c’est déjà que vous avez une certaine curiosité, vous voulez voir quels sont les livres que vous ne connaissez pas encore. Vous serez passionnés par chacun de ces livres, nous vous le promettons. Pourquoi ne les avez-vous pas encore lus ? Tout simplement parce que généralement notre main glisse vers les livres dont nous avons l’habitude, ceux dont on a entendu parler, ceux dont la couverture nous plaît, ceux dont on connaît déjà un peu l’histoire ! Oui, oui, vous avez bien lu : ceux dont on connaît déjà un peu l’histoire. Car lorsque vous avisez la couverture, vous vous faites très vite une idée de ce que vous allez y trouver. Et ce n’est pas un mal, c’est même un réflexe plutôt sympathique de l’être humain, qui n’aime pas vraiment l’inconnu, et qui aime prévoir.

C’est le même processus lorsque vous écoutez de la musique. Si vous êtes habitués à écouter des chansons très populaires, vous aurez plus de mal à cliquer sur la playlist jazz ou hardrock. De même, si toute votre vie vous avez écouté du métal, vous aurez du mal à cliquer sur la playlist chants de marin ou pop-dance.

C’est la raison pour laquelle en quelques mots nous vous indiquons pour chaque titre pourquoi vous devez lire cet ouvrage. Quel est l’intérêt du livre, qu’est-ce que vous allez aimer dans ce livre. Car oui, vous allez aimer ce livre ! La seule question est : qu’est-ce que vous allez y aimer ? Nous avons donc finalement opté pour un ordre chronologique.


>> Conseils pour aborder cette liste des livres à lire absolument

1. Commencez par ceux qui vous plaisent ! Nous venons tout juste d’insister sur l’importance de sortir de votre zone de confort, et de vous laisser porter vers des ouvrages qui vous sont étrangers voire vous inquiètent, parce que vous avez cet a priori que ce ne sera pas ce que vous aimez. Et nous allons un peu nous contredire : écartez ces livres qui ne vous donnent spontanément pas envie, et commencez par les livres que vous aimez, qui vous donnent immédiatement envie !

En fait ne vous réjouissez pas trop vite : c’est une ruse de notre part. C’est simplement pour établir le lien de confiance entre vous et nous. En lisant ces quelques livres qui vous plaisent immédiatement, nous espérons que vous aurez confiance dans les autres ouvrages de cette liste qui auront davantage de légitimité. En somme, que vous penserez : « J’ai adoré cet ouvrage, et il était dans la liste ! Si j’ai tant que ça aimé, c’est bien que cet autre livre qui a priori ne me donne pas beaucoup envie doit quand même avoir des qualités et un intérêt. C’est probablement que finalement je vais aussi bien l’aimer. »

2. Lisez-vite. C’est très, très, très important. Si vous voulez gagner en motivation chaque jour et développer considérablement votre culture générale, alors lisez-vite. -> 7 conseils pour lire beaucoup plus vite

3. Fixez-vous un objectif. Ce n’est pas une compétition, et lire des livres reste un plaisir. Ce n’est jamais un concours, jamais un exercice. C’est toujours une activité qui doit vous épanouir et vous procurer le plus de bonheur possible. Eh bien, croyez-le ou non, vous serez très heureux d’aborder cette liste sous forme de jeu, avec des amis ou juste avec vous-même. Vous donner un objectif, une date limite, multipliera par 100 votre motivation, et vous lirez beaucoup, beaucoup plus de livres que vous ne l’auriez imaginé si vous faites ce geste simple ! Voir la Méthode SMART. Vous devez à chaque fois préciser : les titres de livre, le nombre de jours pour le lire. Par exemple, si vous voulez un jeu à court terme, ce pourrait être le suivant : en 1 mois, vous lirez 3 livres. Vous avez donc 10 jours par livre. Ecrivez sur une feuille ou sur un mémo de votre ordinateur le nom de vos 3 livres et les dates exactes qui correspondent. Vous allez voir, avec cet objectif en tête, non seulement vous décuplerez votre plaisir de lecture, mais en plus vous serez très fiers de vous et ravis de constater à la fin du mois que vous pouvez cocher 3 cases des livres les plus importants de l’histoire.

Une fois de plus, nous vous encourageons à indiquer en commentaires vos recommandations, c’est-à-dire les ouvrages dont vous estimez qu’ils auraient dû être publiés dans cette liste. Nous agrandirons cette liste d’ouvrages à lire si nécessaire en fonction de vos suggestions.

 

  1. Homère - L’Odyssée - VIIIe siècle avant J-C. : il s’agit avec l’Iliade du poème fondateur de la civilisation européenne. C’est là que tout commence. L’Odyssée décrit le retour du héros grec ultra-connu Ulysse. L’avantage c’est qu’en plus l’Odyssée se lit très rapidement, car le texte est 1. court : 23 Chants, chacun assez court ; 2. facile : c’est avant tout une histoire, un récit destiné à intéresser les gens, à les emporter avec plaisir dans le monde de la mythologie. Cette aisance est d’autant plus jouissive que ce fut par contraste extrêmement difficile à écrire puisque pour chaque ligne Homère s’est obligé à écrire selon des règles et des contraintes très précises (en charabia littéraire, on appelle ça hexamètres dactyliques). Avouez que ça fait quand même plaisir de lire en 1 seule seconde une ligne sur laquelle Homère a bien dû passer 1 quart d’heure (et ça plus de 12.000 fois).
  2. Homère - L’Iliade - entre -850 et -750 avant J-C. : vous aimez les guerres où il y a de l’action, de l’amour, et des héros ? Eh bien l’Iliade, - en plus d’être un trésor pour les historiens -, c’est tout ça, couronné par une guerre encore plus exceptionnelle : une guerre des Dieux ! En particulier 3 des plus puissants Dieu s’opposent : Athéna, Poséidon, et Apollon, avec pour théâtre la guerre de Troie et un héros ultra-connu également : Achille. Autant vous dire qu’il y a de la fight, des exploits, de la stratégie, et que tout comme l’Odyssée c’est très facile à lire : si vous passez sur le formulé un peu vieux des phrases ((forcément, ce sont des vieux Grecs) qui fait en même temps tout le charme de l’histoire, l’histoire se résout en 24 « Chants », qui sont tous brefs. C’est aussi ce que l’on appelle une épopée : un récit d’exploits historiques/mythiques (car oui, on n’est même pas sûr que la guerre de Troie a vraiment eu lieu), vous serez par conséquent très vite emportés dans l’histoire.
  3. Ésope - Les fables - entre 620 et 564 avant J-C. : vous avez toujours cru que Jean de La Fontaine était LE meilleur pour les fables ? Loin de nous l’idée de diminuer les mérites de cet auteur dont nous avons tous appris un jour ou l’autre une poésie. Mais si vous voulez découvrir LE vrai fondateur des fables, le voici : Esope ! Par exemple, Le Corbeau et le Renard, ou bien Le Lièvre et la Tortue, c’est lui ! En fait, Jean de La Fontaine lui a presque tout volé. Oui, c’est tout un mythe qui s’effondre et toute votre confiance qui s’écroule. Eh bien vous n’êtes pas au bout de vos surprises, parce que Ésope lui-même n’a pas écrit chacune de ces fables. C’est simplement parce qu’à l’époque ça faisait bien de regrouper toutes ces fables autour d’un seul et même auteur, qu’Ésope est devenu le père fondateur des fables.
  4. Ovide - Les métamorphoses - vers l’an 1 après J-C. : si le personnage vous paraît un peu austère, alors cette image va sûrement bien changer lorsque vous saurez qu’Ovide s’est avant tout fait connaître par des textes érotiques et des poèmes grivois. Mais ce qui a permis à Ovide de se faire une place dans l’histoire, c’est plutôt cette espèce d’énorme assemblage des mythologies grecques et romaines. Ce qui est amusant, c’est que tous ces récits mythiques n’ont parfois pas vraiment de rapports entre eux, et Ovide doit à chaque fois trouver des astuces pour les lier entre eux. Le truc toujours impressionnant, c’est de savoir que la mode de ces époques c’est de tout écrire en hexamètre dactylique, un terme très compliqué pour signifier que CHAQUE phrase, chaque ligne de texte, est mesurée, et devait tomber pile poil pour faire le bon compte.
  5. multiple - Les Mille et Une Nuits : dans la littérature arabe, les fables ne sont pas bien considérées : c’est pour le peuple, pas pour être étudié.
  6. Multiples auteurs - La Torah ou Pentateuque - VIIe au Ve siècles avant J-C. : Alors là, c’est du lourd, tant le Pentateuque, aussi appelé Torah par les Juifs, aura influencé l’histoire de l’humanité. si on attribue souvent l’écriture de ces textes sacrés à Moïse, il est plus probable que plusieurs personnes y aient contribué. Comme son nom l’indique, « Penta », il y a 5 livres. Si chacun des livres a son intérêt, nous vous conseillons  surtout de lire en intégralité la Genèse, qui raconte les origines du monde (rien que ça !) et l’Exode qui raconte la sortie d’Egypte. Ces épisodes sont bien sûr extrêmement connus.  peu importe la foi avec laquelle vous les lirez, vous n’en ressortirez qu’éblouis par la puissance qu’ont eu ces textes sur tout le cours de l’humanité, et encore aujourd’hui.
  7. Confucius - Les Entretiens de Confucius ou Analectes - 479 avant J-C. à 221 après J-C. : Personne n’ignore le nom de Confucius. D’après Simon Leys en 1987, « nul écrit n'a exercé une influence plus durable sur une plus grande partie de l'humanité ». En effet, en termes d’influence, Confucius en Orient est souvent comparé à Platon ou Jésus en Occident. L’enseignement du Confucianisme était obligatoire en Chine, et encore aujourd’hui le mode de pensée confucianiste imprègne les sociétés asiatiques, notamment en Chine, au Japon, en Corée. Inutile de vous dire que les paroles rapportées peuvent être un peu déstabilisantes. Il y est notamment écrit « Si deux personnes marchent ensemble avec moi, il y en a au moins une qui peut me servir de maître ». C’est un peu l’idée que vous devez retenir lorsque vous lirez ces entretiens.
  8. Platon - L’Apologie de Socrate - 399 avant J-C. : Imaginez quelqu’un dont le professeur est Socrate, et l’élève Aristote. Vous avez forcément à faire avec quelqu’un d’exceptionnel, n’est-ce pas ? Je vous présente donc Platon ! L’Apologie de Socrate est l’occasion pour Platon de rapporter sa version des faits du procès de Socrate, qui demeure quand même une des morts les plus extraordinaires de l’histoire. Si l’on vous mettait devant le dilemme suivant : « Est-ce que vous regrettez ce que vous avez dit et vous avez la vie sauve ? Ou est-ce que vous confirmez ce que vous avez dit et vous êtes condamnés à mort ? », que répondriez-vous ? On vous laisse deviner comment Socrate se défend… On a sélectionné ici l’Apologie de Socrate, mais l’œuvre de Platon est immense. Ce sont presque toujours des discours qui mettent en scène son maître Socrate. D’un point de vue de la forme, c’est assez amusant et plutôt unique. Vous connaissez beaucoup de livres de philosophies qui ne sont que des dialogues ? C’est donc également assez sympathique en lire, et vous pouvez tout à fait vous imaginer avec vos amis discuter autour d’une table, au coin du feu, tout comme les personnages dont vous lirez les paroles. Enfin, on touche là non seulement à un trésor historique inimaginable, mais aussi à la naissance de la philosophie occidentale. Toutes les pensées, tous les auteurs, tous les philosophes en Occident se sont penchés un jour ou l’autre sur Platon. Tous ont lu un jour ou l’autre Platon. Et d’ailleurs, jusqu’au Moyen-Âge les textes étaient étudiés par TOUS, et nous espérons que vous rejoindrez très vite cette communauté, si ce n’est pas déjà fait.
  9. Aristote - L'Éthique à Nicomaque - IVe siècle avant J-C. : avec beaucoup de parti pris, c’est-à-dire de manière pas du tout impartiale, nous vous dirions qu’Aristote, c’est tout comme Platon : la naissance de la philosophie… mais en beaucoup mieux ! Aristote, c’est la pertinence à tous les mots (bon un peu moins quand il affirme que l’esclave n’a pas de volonté, et la femme en a une de sous-ordre) et dans tous les domaines : physique, métaphysique, politique, éthique, langage, poésie et… biologie. Oui car Aristote avait une passion : observer les animaux, et il leur a consacré d’énormes ouvrages. C’est également à Aristote que l’on doit le Lycée, raison de plus pour l’aimer, n’est-ce pas ? Au sein de cette considérable œuvre, nous avons sélectionné l’Éthique à Nicomaque. On pourrait décrire ce livre comme son traité sur le bonheur, qui pour Aristote était la fin de la vie. Pour arriver à ce bonheur, il parle entre autres de politique, de vertu, de justice… Autant de thèmes sur lesquels Aristote fait encore figure d’autorité de nos jours. Lorsqu’Aristote écrit « Il n’y a point de génie sans un grain de folie. » dans Poétique, savait-il qu’il parlait de lui-même ?
  10. Multiples auteurs - L’Évangile - Ier siècle après J-C. : Texte sacré également, les Evangiles sont le cœur de la Bible. Il n’est pas besoin là encore de rappeler l’influence extraordinaire que les Evangiles exercent encore aujourd’hui. Le Christianisme est de nos jours la plus grande religion du monde, puisqu’elle compte pas moins de 2 milliards de membres. L’influence sur les arts et sur la culture est exceptionnelle, voire oserons-nous dire, la plus importante de l’histoire. Certains chefs d’œuvre forcent encore l’admiration de tous : de la Chapelle Sixtine à la cathédrale de Paris en passant par les églises orthodoxes d’Europe de l’est et de Turquie. Vous l’avez donc compris : il faut ab-so-lu-ment vous penchez sur ces écrits ! Il est toujours difficile d’établir des statistiques, mais la Bible est sans aucun doute l’ouvrage de tous les records d’à peu près tous les classements : livre le plus lu, le plus répandu, le plus influent, etc. Les Évangiles représentent une toute petite partie de la Bible, et sont au nombre de 4. Vous pouvez vous contenter d’en lire un seul, car ils racontent nécessairement tous la même histoire : la vie de Jésus. Si vous hésitez, nous vous conseillons l’évangile de Saint Luc, qui a l’avantage de raconter également la naissance. Faites attention également à la traduction que vous choisissez, puisque ce sont dans ces variations de traduction que bien se trouvent les différences entre les religions.
  11. Multiples auteurs - Le Coran - VIIe siècle après J-C. : le dernier des textes sacrés que nous vous présentons dans cette liste. L’islam, qui compte plus d’un milliard et demi de membres, est centré autour du Coran. Pour les musulmans, le Coran la mise en écrit de ce que Dieu a révélé à Mahomet par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. Le Coran est également généralement considéré comme le plus grand chef-d’œuvre de littérature écrit en langues arabes. Les interprétations du Coran sont si décisives encore de nos jours que vous ne pouvez pas passer à côté. En plus, le Coran n’est pas très long et peut donc se lire assez rapidement. Il est à noter que le Coran s’inscrit totalement dans la continuité de la Torah et de la Bible, et par exemple Moïse et Jésus sont mentionnés encore plus souvent que Mahomet lui-même.
  12. Chrétien de Troyes  - Yvain ou le Chevalier au lion - vers 1176 après J-C. : qui n’a jamais entendu parlé des chevaliers de la Table Ronde ? Vous retrouverez grâce à Yvain ou le Chevalier au lion, la tradition celte, la Bretagne, la légende arthurienne. C’est aussi un des meilleurs exemples de Roman courtois, genre populaire du Moyen-Âge, idée que partageait son auteur selon Jean-Pierre Foucher. Il est écrit en vers octosyllabiques, c’est donc également un sacré travail. Mais soyons honnête, pour nous francophones du XXIe siècle, le français de cette époque est à peu près aussi compréhensible que le Chinois d’aujourd’hui. On exagère, ça reste possible, mais si vous avez accès à des versions modernisées, ça vous soulagera.
  13. Dante Alighieri - Divina Commedia - 1320 : le sommet de la vision chrétienne médiévale. Cette œuvre est tellement extraordinaire qu’elle a valu à son auteur d’entrer dans le dictionnaire français grâce à l’adjectif : dantesque. « Par référence à la description de l'enfer dans la Divine Comédie. Grandiose et terrifiant. », c’est la définition qu’en donne le dictionnaire de l’Académie française. La Comédie, de son nom originel, fut maintes et maintes fois étudiées, tant l’œuvre est riche et fournie. Voici ce qu’en disait Balzac, dont la « Comédie humaine » est directement une référence à la « Divine Comédie » :  « la merveilleuse charpente d'idées sur laquelle le plus grand poète italien a construit son poème, le seul que les modernes puissent opposer à celui d’Homère ».
  14. Nicolas Machiavel - Le Prince - 1532 : voici une autre œuvre qui valut à son auteur d’entrer dans le dictionnaire : machiavélique. L’Académie française en donne la définition suivante : « Qui a recours à la ruse, à la dissimulation, et ne s'embarrasse pas de scrupules pour parvenir à ses fins. », en précisant : terme péjoratif. La réputation n’est pas flatteuse, il faut dire que Machiavel laisse de côté la morale, pour s’intéresser à un seul objectif : maintenir le pouvoir du Prince, c’est-à-dire du chef d’État - aujourd’hui ce serait le Président. Son œuvre est encore riche d’enseignement, à la fois pour les gouvernants mais aussi pour les gouvernés. Comme l’explique Rousseau, « en feignant de donner des leçons aux Rois il en a donné de grandes aux peuples. ». Si vous voulez voir de la vraie politique pure et cruelle pour certains, réaliste pour d’autres, alors allez-y. En plus le livre se lit très bien et vite ! Juste, si vous n’êtes pas passionnés par l’histoire, vous avez le droit de passer les nombreux exemples historiques que Machiavel, en grand érudit, ne se prive pas de détailler.
  15. Rabelais - Gargantua - 1534 : « il n'y a rien de tel comme torchecul qu'un oisillon bien duveteux, pourvu qu'on lui tienne bien la tête entre les jambes. Et croyez-moi sur mon honneur. Car vous sentez au trou du cul une volupté mirifique » Ça vous donne une idée de la poésie de Rabelais ! un langage cru, de l’humour, de la critique acerbe, du progressisme… Ca ne vous donne pas envie ?
  16. Michel de Montaigne - Les Essais - 1580 : Sans conteste un des esprits les plus brillants, Montaigne est l’auteur qui aura le plus décortiqué son propre moi. « je suis moi-même la matière de mon livre ». Mais ne vous y trompez pas : cette œuvre de toute une vie (Montaigne l’a travaillée jusqu’à sa mort et il y écrit notamment la célèbre formule « Que philosopher, c'est apprendre à mourir ») est un trésor pour votre vie à vous. N’est-ce pas une chance incroyable de se dire que vous tenez entre les mains toutes les réflexions, toute la sagesse d’un homme exceptionnellement intelligent condensée en juste trois livres ? Car oui, il y a trois tomes, ce qui peut paraître beaucoup à certains, mais il faut savoir qu’ils sont tous organisés en petits chapitres indépendants les uns des autres, et vous pouvez vous amusez à picorer ça et là dans les thèmes qui vous intéressent le plus. Là aussi, le texte en français modernisé sera plus facile à lire que le texte originel.
  17. William Shakespeare - Hamlet - 1603 : To be or not to be. Ces 6 mots auront déjà suffi nombre d’entre vous à s’attaquer à cette immense œuvre de la littérature. Pour les autres, on peut préciser que Shakespeare a tout de même écrit cette œuvre à l’âge de 21 ans seulement (!), en la remaniant jusqu’à ses 36 ans, cette nouvelle version comportant presque le double de pages. Shakespeare aura également défendu son œuvre sur scène, puisqu’il interpréta lui-même le rôle du spectre du père. Si vous n’avez jamais lu ou vu une œuvre de Shakespeare, alors c’est le moment !
  18. Cervantes - Don Quichotte - 1605 : grâce à l’humour et la parodie, Don Quichotte est une critique de la société espagnole. Si pour certains cette œuvre est tout simplement très drôle, il y en a d’autres qui sont très, très sérieux à propos de l’ouvrage, comme le célèbre philosophe Michel Foucault qui voit dans cette œuvre - attention c’est du lourd, mieux vaut bien vous accrocher - : 1. « la raison cruelle des identités et des différences (qui se joue) à l’infini des signes et des similitudes » 2. « le langage (qui) y rompt sa vieille parenté avec les choses » et 3. « la ressemblance (qui) entre là dans un âge qui est pour elle celui de la déraison et de l’imagination. ». Bref, sinon vous pouvez le lire normalement et avec plaisir, ça se lit beaucoup plus facilement que l’idée qu’en donne Michel Foucault.
  19. Pierre Corneille - Le Cid - 1637 : en bonne tragédie, Corneille respecte les 3 règles : unité de l’action (en glissant tout de même une intrigue secondaire), unité de temps (même si Corneille l’a trouvée incommode) et unité de lieu (sauf que Corneille y déroge puisqu’il utilise 3 lieux différents). Vous l’avez compris, c’est pas parfait au niveau du des codes qu’avaient théorisé Aristote pour la tragédie. Mais pour le reste, tout est parfait : l’histoire est palpitante, la tension est palpable, et tout autre adjectif en palp-. Le Cid n’est pas seulement une tragédie, c’est une tragi-comédie. On y trouve également deux des plus célèbres citations du théâtre : « Ô rage! ô désespoir! ô vieillesse ennemie! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? », et encore la gradation : « Va, cours, vole, et nous venge ».
  20. René Descartes - Discours de la méthode - 1637 : René Descartes, c’est en quelque sorte le plus grand paranoïaque que vous avez jamais lu. C’est celui qui se dit : et si depuis que je suis né tout le monde m’a menti ? et si tous les professeurs que j’ai eu m’ont raconté n’importe quoi ? et si tout ce qui se passe est un énorme complot contre moi, fomenté par l’esprit le plus diabolique au monde ? Le Discours de la méthode est une réponse géniale et écrite dans un style exemplaire de clarté et de simplicité. Ici, il n’est pas question de longues logorrhées obscures et confuses. Le langage au contraire est clair, précis, et puissant. Tout le monde peut s’y retrouver et se mettre à la place de René Descartes. C’est aussi ici que se trouve la formule la plus célèbre de la philosophie française : « Cogito ergo sum ».
  21. Thomas Hobbes - Le Léviathan - 1651 : Alors disons-le tout de suite, autant on vante la simplicité et la brièveté de certains ouvrages de cette liste, autant ici c’est un monument, un énorme pavais. Les deux premières parties sont les plus intéressantes et vous suffiront : « De l’homme » et « De l’Etat ». N’hésitez pas à sauter les chapitres qui ne vous passionnent pas. Dans ces deux parties, Hobbes explique pourquoi les hommes vivent en société, pourquoi il y a un Etat, et qu’est-ce qu’un Etat. Sa thèse est extraordinairement percutante, si l’on résume vite : à l’état de nature, tous les hommes sont livrés à leur pulsion et c’est le chaos. Pour sortir de cette « guerre de tous contre tous », tous les hommes se réunissent et décident de canaliser toute leur violence, en faisant un pacte. Ce pacte social, par lequel chacun promet la paix, c’est ce qui fonde l’Etat.
  22. Molière - Dom Juan ou Le Festin de pierre - 1665 : festival d’humour et de profondeur, cette pièce de théâtre est surtout portée par les répliques impertinentes de Dom Juan, grand amateur de femmes. Si Molière prend beaucoup de libertés sur la forme, Dom Juan en prend encore plus sur le fond du discours. Alors qu’il était probablement voué à être un caractère haïssable, Dom Juan devient en fait attachant, surtout lu depuis notre siècle, où l’athéisme est beaucoup plus commun. Encore une fois, si vous aimez l’impertinence et la pensée contradictoire, ce livre est pour vous.
  23. Blaise Pascal - Les Pensées - 1669 : chaque pensée est un régal pour l’esprit, et peut se méditer des heures. Vous trouverez là un condensé posthume des réflexions de Pascal, autrement connu pour avoir créé la calculette (à 19 ans !), et participé à la fondation des probabilités. Car Pascal est à la fois un grand philosophe, un grand scientifique (mathématicien et physicien), et un grand homme religieux. Il expérimenta notamment un moment mystique, dont on a encore les traces puisqu’il l’a mis en écrit, et se tourna vers la doctrine du jansénisme (christianisme réformé par Jansen). Vous aurez un véritable plaisir à piocher chaque soir dans les Pensées ! Florilège :
« Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. »
« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point »
« Le moi est haïssable. » (Il détestait Montaigne en cela)
« Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. »
  24. Molière - Le Malade imaginaire - 1673 : vous allez éclater de rire. Si vous ne riez pas en découvrant cette pièce de théâtre, c’est que vous n’avez pas mis le ton en la lisant ou que vous l’avez regardé avec les mauvais acteurs. Cette pièce fut peut-être l’occasion d’une des morts les plus ironiques de l’histoire : en effet, la douleur de Molière ne fut pas du tout imaginaire lorsqu’il s’évanouit sur scène alors qu’il jouait le rôle d’Argan, décédant peu après.
  25. Spinoza - Éthique - 1677 : avec une précision géométrique (si, si, on insiste, Spinoza procède de façon mathématique), Spinoza démontre Dieu, la nature, et les sentiments. Rien que ça. Mais il a une vision un peu spéciale de Dieu. Dieu est parfait, et par conséquent il englobe tout, vous comme moi et tout le reste du monde. Tout se fait par nécessité. Spinoza est un auteur brillant qui a pensé contre son temps. Vous aurez un plaisir particulier à lire les scolies, où Spinoza fait ses commentaires et règle au passage ses comptes.

 

-> LISTE 2 - Les livres les plus importants à lire avant de mourir 2/5

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, à lire, les livres les plus importants, les livres à lire, top, classement, meilleurs, les meilleurs livres à lire, les livres à lire absolument, liste des livres, classement des meilleurs livres, livres à lire avant de mourir, best of - aucun commentaire


Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 5/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 juin 2017

Avant de lire cette liste, assurez-vous d'avoir bien vu :

 

  1. Milan Kundera - L’Insoutenable Légèreté de l'être - 1984 : trois personnages, représentant trois idées. Ce roman est décidément philosophique. Deux concepts se conjuguent : la légèreté et la pesanteur. Prague sert de cadre à cette dualité, qui se retrouve dans l’opposition entre le monde occidental et soviétique.
  2. Patrick Süskind - Das Parfum - 1985 : XVIIIe siècle, France. (bien que l’auteur soit allemand). On suit l’histoire de Jean-Baptiste Grenouille, qui survit aux malheurs que lui oppose la vie. Et soudainement, c’est ce même héros qui devient le meurtrier, lorsqu’il ressent l’irrépressible envie de posséder un parfum. Il faut lire ce livre pour la description des odeurs, pour la peinture faite de la vie au XVIIIe siècle, de la société.
  3. Paulo Coelho - O Alquimista (The Alchemist) - 1988 : il s’agit-là d’un conte philosophique brésilien, mais le héros est espagnol. 150 millions d’exemplaires vendus à travers le monde et dans 80 langues, c’est un énorme succès.
  4. Michel Houellebecq - Les Particules élémentaires - 1998 : décrire la misère affective et sexuelle de l’homme occidental, tel est le sujet des Particules élémentaires. Le style d’écriture est assez particulier. Il faut le lire pour bien l’appréhender. L’histoire est celle de deux demi-frères, Bruno et Michel. Le contenu est assez explicite, à ne pas mettre entre toutes les mains.
  5. J.K. Rowling - Harry Potter - 1997-2007 : celui qui n’a jamais entendu parlé de Harry Potter vit sur une île déserte, perdue, depuis plus de vingt ans. Harry Potter est tout simplement le sommet de la littérature anglaise et du low-fantasy. Il a été traduit dans 75 langues, vendu à plus de 450 millions d’exemplaires. C’est un succès ex-cep-tion-nel. La lecture est addictive : vous aurez envie de dévorer chaque page, l’une après l’autre, tant les sept livres sont bien menés. Inutile de dire que d’avoir vu les films ne vous excuse pas de lire les livres : ces derniers valent beaucoup plus que leur adaptation.

 

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, opus, livres à lire, liste de livres, quels livres - aucun commentaire


Les 105 livres les plus importants à lire avant de mourir 4/5

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 juin 2017

 

Avant de lire cette liste, assurez-vous d'avoir bien vu :

 

  1. Kressmann Taylor - Inconnu à cette adresse - 1938 : roman épistolaire, il se situe au moment de la seconde Guerre mondiale. Si vous pouvez vous ennuyer en le parcourant, la fin est tellement exceptionnelle qu’elle mérite la lecture. Vous serez époustouflés par ce revirement de situation, et vous ne regretterez pas d’avoir ouvert ce livre. En plus, il se lit assez rapidement puisqu’il est plutôt court.
  2. Jean-Paul Sartre - La Nausée - 1938 : roman philosophique, qui a valu à Sartre sa célébrité. A la base, il se veut purement philosophique ; mais progressivement, Sartre a changé d’idée et l’a voulu comme roman. Existentialisme et histoire transpercent cet ouvrage.
  3. John Steinbeck - Les Raisins de la colère - 1939 : prix Pulitzer en 1940, Steinbeck dépeint avec une force incroyable la Grande Dépression. Un film en a été tiré, qui a gagné deux oscars.
  4. Agatha Christie - And Then There Were None - 1939 : les Dix petits nègres est un prodige du roman policier. Il incarne véritablement le mot suspens. Vous serez scotché à votre livre tant vous aurez envie de connaître la fin, qui d’ailleurs est l’occasion d’un dénouement extrêmement bien trouvé. Agatha Christie maîtrise l’art du roman policier comme personne. Vous connaissez sans doute l’histoire : dix personnages sont tués un à un sur une île. Qui restera-t-il, qui est le meurtrier ? Le poème qui suit le récit et qui prophétise la mort de chacun semble inéluctable. Arriveront-ils à en sortir ? C’est-à-dire, arriveront-ils tout simplement à s’en sortir ?
  5. Albert Camus - L’Étranger - 1942 : « Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » Le style d’Albert Camus est très simple, sans aucune fioriture, et donc efficace. Sur le fond, c’est la philosophie d’Albert Camus qui est en jeu : la philosophie de l’absurde. L’Etranger se lit assez rapidement et a été classé à la 1re place du classement français établi en 1999 des 100 meilleurs livres du XXe siècle.
  6. Antoine de Saint-Exupéry - Le Petit Prince - 1943 : Vous pouvez lire cette œuvre à tout âge, peu importe votre niveau de maturité. Car il y a plusieurs lectures à ce conte, et un fond philosophique très fort. Le Petit Prince est un des livres les plus traduits dans le monde. C’est bien simple, presque tous les pays de la planète en sont tombés amoureux. Alors lisez-le avec votre cœur, et la réflexion viendra spontanément. L’humanisme du Petit Prince vous touchera nécessairement.
  7. Albert Camus - La Peste - 1947 : un rat mort, puis plusieurs rats morts, puis de nombreux rats morts. Et bientôt, des êtres humains. La peste est un fléau, qui frappe en l’occurrence l’Algérie française. Vous pouvez y lire également sous un angle historique cette maladie comme la peste brune, qui représente l’avancée des nazis : « La Peste, dont j’ai voulu qu’elle se lise sur plusieurs portées, a cependant comme contenu évident la lutte de la résistance européenne contre le nazisme » dit Camus.
  8. Primo Levi - Si c'est un homme - 1947 : il faut avoir le cœur fort pour arriver au bout de cet ouvrage. Il raconte en effet la survie de Primo Levi dans un camp d’extermination lors de la Seconde Guerre mondiale. Les conditions sont tellement atroces, le mal est si puissant, qu’on ne sort pas indemne de cette lecture. D’autant qu’il s’agit d’une autobiographie, et à ce titre est encore plus réaliste, pour le meilleur et surtout pour le pire. Le devoir de mémoire est une évidence, il l’est encore plus après avoir lu un tel ouvrage. Plus jamais ça. Jamais.
  9. George Orwell - Nineteen Eighty-Four - 1949 : Ce livre, intitulé 1984, est une des meilleures œuvres de science fiction qui ait jamais vu le jour. Il est si pertinent et visionnaire que vous rougirez à sa lecture, tant la fiction semble rejoindre votre réalité. La formule clé, « Big Brother is watching you », annonce le thème : un système totalitaire, où tout est contrôlé jusqu’à l’extrême.
  10. Simone de Beauvoir - Le Deuxième Sexe - 1949 : Quand existentialisme et phénoménologie se mêle au féminisme. Tout le monde est responsable : les femmes, comme les hommes. L’ouvrage s’est répandu dans le monde comme une étoile féministe. Traduit dans de nombreuses langues, les millions de lecteurs du Deuxième sexe n’ont pas été déçus par la culture encyclopédique de l’auteur.
  11. C. S. Lewis - The Lion, the Witch and the Wardrobe - 1950 : une plongée dans l’univers fantastique de Lewis, qui prend pour cadre général le monde de Narnia. Mais nous vous conseillons la lecture de ce deuxième opus, qui est le plus représentatif et le plus brillant de la saga. Certains y voient des références christiques. C’est que le lion de Narnia ressemble à s’y méprendre au message de salut du Christ. Mais l’imagination de Lewis est encore plus large que cela, et vous serez emportés dans ce savant mélange de culture légendaire.
  12. Journal - Anne Frank - 1950 : On ne présente plus le journal d’Anne Frank. Jeune fille juive cachée à Amsterdam, et qui connaîtra un destin tragique, puisqu’elle mourra de maladie dans un camp de concentration. La force émotionnelle de ce journal intime, réside dans son essence autobiographique, tristement autobiographique. Vous pourrez compléter la lecture de ce livre en visitant la maison-musée qui lui est dévolue à Amsterdam.
  13. J. D. Salinger - The Catcher in the Rye - 1951 : L'Attrape-cœurs s’est vendu plus de 60 millions de foi. C’est un hit. Critiqué pour ses thèmes, qui incluent la prostitution, la sexualité, l’école, et pour son style, trop familier, il n’en reste pas moins un incontournable. En plus, il a quelque chose de drôle, par cette liberté de ton de l’auteur.
  14. Ernest Hemingway - Le Vieil Homme et la Mer - 1952 : Hemingway a connu tragédie sur tragédie tout au long de sa vie. Ses œuvres sont restées célèbres, et parmi elles, le Vieil Homme et la Mer. Le sujet est simple : c’est le combat d’un homme contre un marlin, ou plus philosophique, de l’humanité contre la nature. Le roman est très court, et il se lit par conséquent rapidement, si bien qu’on hésiterait à l’appeler une nouvelle.
  15. Eugène Ionesco - La Cantatrice chauve - 1952 : l’absurdité est le mot qui caractériserait le mieux cette pièce de Ionesco. Il n’y a qu’à voir comment Ionesco a eu l’idée de cette pièce : il était fasciné par l’enchaînement illogique de phrases de la méthode d’apprentissage Assimil en anglais. Préparez-vous à ne pas tout comprendre, mais à aimer curieusement cette pièce.
  16. En attendant Godot - Samuel Beckett - 1952 : Vladimir et Estragon vont vous transporter dans l’absurdité, qui est encore une fois le maître mot de cette pièce de théâtre. Ils attendent Godot. Mais qui est Godot ? On ne le sait pas, et peut-être ne le saurons-nous jamais. Pour tromper l’ennui, les deux compères trouvent toutes sortes de divertissement. Mais il reste qu’ils attendent Gaudot.
  17. J. R. R. Tolkien - The Lord of the rings - 1954-1955 : épique, fantastique, extraordinaire… Tout le monde connaît cette série de Tolkien, qui a donné lieu à des films qui ont marqué l’histoire du cinéma. Les thèmes philosophiques, outre l’histoire que l’on peut prendre au premier degré, sont très nombreux. C’est pourquoi la série a été tant commentée. Tolkien le décrit comme un conte pour adulte. C’est bien ce qu’il est. La fantasy y atteint un sommet.
  18. Claude Lévi-Strauss - Tristes Tropiques - 1955 : l’ethnologie est une discipline trop ignorée, et qui vous fascinera dès que vous ouvrirez ce livre de Lévi-Strauss. Celui-ci compile ses souvenirs et ses pensées issues de ses voyages, et pourtant il affirme : « Je hais les voyages et les explorateurs ». Il interroge en effet plutôt sur la civilisation.
  19. René Goscinny et Albert Uderzo - Astérix le Gaulois - 1959 : seule bande dessinée de cette liste des livres à lire avant de mourir, Astérix a été sélectionné parce qu’il symbolise l’art de la BD porté à son excellence. Truffée de références, l’œuvre se sert d’une intrigue simple : un village de Gaulois qui résiste aux Romains, pour raconter avec humour la vie humaine. C’est la bande dessinée européenne la plus vendue dans le monde.
  20. Raymond Queneau - Zazie dans le métro - 1959 : Zazie découvre Paris. Elle a un objectif : voir le métro. Y arrivera-t-elle ? Les thèmes : l’identité, la vérité, l’homosexualité, le travail, l’amitié, le tourisme…
  21. Harper Lee - To Kill a Mockingbird - 1960 : le livre a pour décor la ségrégation en Amérique sudiste. On peut le rapprocher d’un thriller, mais il est surtout un roman d’apprentissage. Il a donné lieu à une adaptation au cinéma qui a eu un énorme succès, comme le livre.
  22. Gabriel García Márquez - Cien años de soledad (Cent ans de solitude) - 1967 : il s’agit de l’histoire de la famille Buendía, qui doit vivre selon la prophétie cent ans de solitude. Ils connaîtront les guerres, le succès, la chute. Le livre a été traduit dans 35 langues. Les thèmes sont la solitude, comme le titre l’indique, mais aussi la frontière entre fiction et réalité, l’inceste.
  23. Albert Cohen - Belle du Seigneur - 1968 : « chef-d'œuvre absolu » d’après Joseph Kessel, il est question de l’histoire d’amour morbide entre Ariane et Solal. Sur le plan politique, la Société des Nations est vigoureusement critiquée, mais avec humour.
  24. Alexandre Soljenitsyne - L’Archipel du Goulag - 1974 : 227 témoignages de prisonniers ont composé ce livre. Nous sommes bien dans l’Union soviétique, et son système de travail forcé. « Ce livre ne contient ni personnages ni événements inventés. Hommes et lieux y sont désignés sous leurs vrais noms. » d’après les propres mots de l’auteur. Il faut le lire pour comprendre l’atrocité de ce système, au sein duquel on trouve les tribunaux expéditifs, l’arbitraire, la mort.
  25. Umberto Eco - Le Nom de la rose - 1980 : un film célèbre est sorti de ce livre. C’est un roman policier médiéval. Tout commence par un suicide, dont on se demande rapidement s’il s’agit vraiment d’un suicide ? Le décor est celui d’une abbaye. Dans cette abbaye, un lieu secret : la bibliothèque. Ce lieu représente le savoir, l’ouverture au monde, la lutte contre l’obscurantisme.

 

-> Les livres les plus importants à lire avant de mourir 5/5

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : liste, livres, opus, livres à lire, liste de livres, quels livres - aucun commentaire


page 1 sur 5 suivante »