Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

Naissance et histoire du journal

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 15 février 2019

10% à 12% des étudiants Sciences Po choisissent de devenir journaliste. Le journalisme occupe une place prépondérante dans les sociétés contemporaines, "quatrième pouvoir". Alexis de Tocqueville en 1833 l'identifiait déjà comme une source de pouvoir dans De la démocratie en Amérique : pouvoirs central, exécutif, local, associatif, la presse écrite.

I. L'ancêtre du journal : la gazette


Périodique : c’est généralement un hebdomadaire et non pas un quotidien car un journal met du temps à parvenir dans les différentes provinces.
Les gazettes sont constituées de textes arides et répétitifs dont le récit est encombré de nombreux détails.
On a soit des feuilles manuscrits, soit des feuilles imprimées.
Des nouvelles que l’on fait circuler dans l’ensemble de l’espace européen.
La gazette est indissociable de l’information. L’information se développe au même moment que les populations s’ouvrent vers l’extérieur. Le commerce se développe, donc l’information se diffuse. Selon Chaunu, c’est « le désenclavement planétaire ».

II. Naissance de la gazette


La gazette est née en Italie pendant la Renaissance. L’Italie est lieu où part ce mouvement culturel, artistique. La gazette est née dans la seconde moitié du XVIe siècle.
En Italie : on a des cités qui ont un rôle prépondérant dans le monde du commerce, ce qui permet un développement de l’information, comme Venise, Florence, Gênes.
Elle est née au sein de la cour pontificale, car Rome est le siège de la papauté (le centre de tout avec le pape). La papauté crée le premier grand réseau diplomatique en Europe, et sous cette impulsion l’information va se développer.

Gazette édition de Reims

Gazette édition de Reims
 

Une autre impulsion : naissance de l’imprimerie (permet la diffusion d’une plus grande quantité de gazettes). Plus on avance dans l’Epoque Moderne, plus les gazettes sortent sous forme imprimées.
Les nouvelles à la main : souvent des pamphlets (ou des libelles), sous forme manuscrite, qui restent très présent au XVIIIe siècle. Il est plus facile de diffuser des choses à la main : cela permet d’éviter la censure. Il est plus facile de se déplacer, de jouer de la clandestinité, pour diffuser ses nouvelles plutôt que d’aller d’endroits à endroits avec la machine à imprimer. En France, on a beaucoup cela.
Apparition de l’imprimerie : Cologne en 1464, Rome en 1467, Lyon en 1473, Bruges en 1474.
200 ateliers d’impression en Allemagne.

 

 

III. La Gazette de France de Renaudot


Date de création : 1631, en pleine Guerre de Trente Ans, la France a décidé de financer la Suède. L’absolutisme royal se met en place en France à cette époque. Richelieu renforce l’autorité du roi en France : c'en est fini du contre-pouvoir. La Gazette de France est un élément indissociable de l’installation de l’absolutisme en France.
Créateur : Theophraste Renaudot, conseiller et médecin de la majesté, maître et intendant général des bureaux d’adresse de France.
Forme de rédaction : imprimé, donc diffusion large.
Relation avec le pouvoir : le pouvoir royal est proche avec Renaudot car c’est le médecin du roi (il peut tuer ou sauver le roi d’ailleurs). Il assume aussi d’autres fonctions au sein du pouvoir royal et certains ministres écrivent dans son journal. Louis XIII participe parfois à des articles dans la Gazette : la relation est extrêmement forte, durant l’Ancien Régime, c’est le roi seul qui détient la vérité. C’est un organe d’information officiel.
Type d’informations : les guerres (paix, traités, batailles), la politique royale, la politique extérieure, les évènements importants. Le 14 juillet 1789, la prise de la Bastille n’est pas mentionnée dans la Gazette de France pour ne pas montrer que le pouvoir royal est secoué (comme Renaudot est proche du roi), la révolte des Camisards dans les Cévennes entre 1703 et 1705 également (les protestants mettent à mal les troupes royales et le pouvoir royal). Cela, car on ne veut pas montrer qu’il est encore possible de sa battre pour la religion comme au XVIe siècle, de secouer le roi. C’est de plus la seule gazette autorisée du royaume : si on en crée une autre, on est dans la clandestinité, on est hors la loi.

 

IV. Succès et développement de la gazette en France


En août 1762, on a le sous-titre « organe du pouvoir royal » sur la Gazette de France.

La Gazette de France : 8 000 exemplaires au XVIIe siècle à Paris et en provinces. La gazette va devenir un monopole de l’Etat : la seule dans le royaume. Décision royale de 1635 où l’Etat lui accorde le monopole mais aussi l’hérédité de la direction pour lui et ses successeurs. Finalement, ça devient une charge/un office qui se transmet de père en fils. 1631, date de sa création, est l’année où la France entre dans la Guerre de Trente Ans après une défaite suédoise : si jamais le roi doit mourir, il ne faut pas que la gazette devienne une propagande contre le pouvoir royal (qu’elle tombe dans d’autres mains non proches du pouvoir royal qui pourraient critique le roi et le pouvoir royal par le biais de la gazette). Quand Richelieu et Louis XIII meurent, Renaudot perd ses protecteurs et donc n’a plus de protection. Il faut donc tout recommencer, se mettre dans les petits papiers du roi, etc.

Pendant la Fronde, plusieurs journaux sont tirés à Paris mais aussi dans les provinces. On se dit que le roi ne doit pas tout gouverner, on veut un peu de liberté. Après la Fronde, les exceptions disparaissent. La Gazette de Renaudot redevient un monopole.
Des nouvelles arrivent clandestinement de l’étranger, notamment de Hollande, et apportent une nouvelle vision de l’information. Mais l’information se fait aussi par l’oral, notamment avec la circulation des gens (on brasse du monde, on raconte les nouvelles à tous ceux que l’on croises).
 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : histoire, journal, Sciences Po, gazette, Renaudot, communication, quatrième pouvoir - 1 commentaire


Courte biographie d'Alain Juppé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 février 2019

Ci-dessous, retrouvez une courte biographie d'Alain Juppé.

 

>> Courte biographie d'Alain Juppé

 

Alain Marie Juppé naît en août 1945 à Mont-de-Marsan. Il étudie au lycée Victor-Duruy, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Louis-le-Grand à Paris, et en 1964, l’École normale supérieure. Il épouse Christine Leblond, avec qui il aura deux enfants. Son agrégation de lettres classiques en poche, il rejoint Sciences Po Paris en 1968, puis l'ENA de 1970 à 1972. Les quatre années suivantes sont passées à l'Inspection générale des finances.

Après un premier échec électoral, lors des législatives de 1978, il perd de nouveau les élections cantonales un an après. En 1979, il est élu au conseil national du RPR, et est nommé adjoint à la direction des finances et des affaires économiques de la ville de Paris. Il est directeur adjoint de la campagne de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1981. Alain Juppé gagne dans le 18e arrondissement de Paris les élections municipales de 1983 et 1989. Il devient secrétaire national du RPR chargé du redressement économique et social de 1984 à 1986.

Du 20 mars 1986 au 11 mai 1988, Alain Juppé prend le poste de ministre délégué au Budget auprès du ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation, Édouard Balladur, et devient porte-parole du gouvernement, durant la première cohabitation.
De 1988 à 1994, Alain Juppé prend les fonctions de secrétaire général du RPR.

De la fin du mois de 1993 à mai 1995, il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Édouard Balladur, lors de la seconde cohabitation.

Ce n'est qu'en 1995 qu'il est nommé officiellement Premier ministre par le nouveau président Jacques Chirac.

A la tête du RPR, Alain Juppé est également élu maire de Bordeaux le 19 juin 1995 et député de la 2e circonscription de la Gironde en 1997.

Son premier gouvernement de mai à novembre 1995 est marqué par le nombre de femmes, surnommées les "juppettes" par la presse. Un second gouvernement est mis en place de novembre 1995 au 2 juin 1997, avec un nombre de femmes réduit.

Cette réduction du nombre de femmes lui vaut un certain nombre de critiques, qui s'ajoutent à celles contre son projet de réforme de la Sécurité sociale en 1995. Son impopularité est plombée à cause d'un appartement parisien dont il fait réduire le loyer pour son fils.

Sur le plan personnel, Alain Juppé épouse en avril 1993 Isabelle Legrand-Bodin avec qui il a une fille en 1995.

De nombreuses privatisations sont menées jusqu'aux élections législatives de 1997, qui sont perdues par la droite et marquent la fin du gouvernement Juppé.

Une deuxième affaire éclabousse Alain Juppé, l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il est condamné en janvier 2004, mais cette sentence est réduite en appel en décembre 2004. Alain Juppé démissionne de son poste de maire de Bordeaux. Il part alors au Canada.

Ce n'est qu'à la fin d'août 2006 qu'Alain Juppé annonce son retour dans la vie politique. Une élection municipale anticipée a lieu à Bordeaux en octobre la même année, qu'Alain Juppé remporte.

En 2007, Alain Juppé est brièvement ministre dans le gouvernement de François Fillon.

Les élections municipales de 2014 à Bordeaux sont une nouvelle victoire pour Alain Juppé.

En août de la même année, Alain Juppé annonce grâce à son blog qu'il sera candidat à la primaire de l'UMP (devenue primaire Les Républicains), organisée en 2016, pour la présidentielle de 2017.

 

Classé dans : Actualités, Politique - Mots clés : alain juppé, biographie, courte biographie, politique, ump, républicains, biographie d'alain juppé, parcours, simple, expérience, personnalité politique - Aucun commentaire


100 points pour Savoir si Sciences Po est fait pour VOUS

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 12 février 2019

Que fait-on à Sciences Po ? Comment est-ce que je sais si Sciences Po c'est fait pour moi ? Est-ce que je suis fait pour Sciences Po ?

Quand vient le temps des décisions, il peut être difficile, très difficile de s'y retrouver et de comprendre si vraiment telle ou telle formation est fait pour nous.

Grâce à cet article "100 points pour Savoir si Sciences Po est fait pour VOUS", nous espérons répondre à ces questions et vous donner des pistes de réflexion.

Ces 100 points correspondent à toute une série de questions qui vous permettront de penser à des angles de décisions que vous n'avez peut-être pas déjà imaginés, et qui seront autant de façons nouvelles pour déterminer si vraiment les Instituts d'Etudes Politiques correspondent à votre profil, et surtout si ces études vous feront du bien !

 

 

>> Votre parcours - êtes-vous bien parti pour faire Sciences Po ? (60 points)

Barème : un NON = 0 point, un BOF = 1 point, un OUI = 3 points.

 

  1. Regardez votre bulletin de notes. Une des matières suivantes est-elle votre plus grand point fort : le français, l'histoire, la géographie, l'économie, la philosophie, le droit, la sociologie, langue étrangère.
  2. Vous arrive-t-il parfois d'écrire une dissertation et d'être tellement emballé par ce que vous écrivez que vous ne pensez plus qu'à ça et le temps vous paraît passer très vite ?
  3. Avez-vous déjà été passionné par un long documentaire ou une série sur la politique ?
     
  4. Pouvez-vous citer plusieurs ministres du gouvernement actuel ?
  5. Vous tenez-vous régulièrement informé de l'actualité par un autre moyen que la télévision ?
  6. Pouvez-vous citer au moins deux conflits armés en cours dans le monde et en expliquer les causes ?
     
  7. Vous est-il déjà arrivé de lire un article de presse en langue étrangère ?
  8. Avez-vous dans les marque-page de votre navigateur au moins un lien qui vous dirige vers un site en langue étrangère ?
  9. Aimez-vous parfois regarder vos films / lire des livres directement dans la langue étrangère ?
     
  10. Avez-vous un parti politique préféré ou au contraire un parti politique que vous détestez ?
  11. Connaissez-vous une personne dont les idées politiques vous plaisent plus que les autres ?
  12. Ceux qui sont autour de vous peuvent-ils citer au moins une cause qui vous tient à cœur ?
     
  13. Connaissez-vous l'auteur (ou un des auteurs) qui a théorisé la distinction (ou la séparation) des pouvoirs ?
  14. Pouvez-vous soit expliquer ce qu'est le Contrat social soit identifier un auteur qui l'a théorisé ?
  15. Connaissez-vous le titre d'un ouvrage de Karl Marx (hormis le Manifeste du parti communiste) ?
     
  16. Pouvez-vous citer trois auteurs de sociologie ou fondateurs de la sociologie ?
  17. Pouvez-vous mentionner un économiste que vous préférez plutôt qu'un autre en donnant une raison ?
     
  18. Pouvez-vous donner et expliquer une date fondatrice de l'Union européenne ?
  19. Connaissez-vous le nom d'au moins trois dirigeants européens ?
  20. Seriez-vous capable d'expliquer à votre voisin de manière détaillée et complète le système électoral d'au moins un de ces pays : Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Etats-Unis.

Vous avez déjà regardé et aimé un épisode de House of Cards ?
Si c'était en anglais, c'est encore mieux.

>> Votre avenir - Sciences Po vous portera-t-il jusqu'à votre métier idéal ? (30 points)

Barème : un NON = 0 point, un BOF = 1 point, un OUI = 3 points.

 

  1. Que vous sachiez ou non ce que vous avez envie de faire plus tard, pouvez-vous au moins affirmer sans une hésitation que vous aimeriez travailler en relation avec une des sciences suivantes : le français, l'histoire, la géographie, l'économie, la philosophie, le droit, la sociologie, langue étrangère ?
  2. Vous imaginez-vous lire encore des livres (hormis les livres de fiction) dans 20 ans, lorsque vous aurez un métier ?
     
  3. Si vous étiez à 100% certain de recueillir la majorité des voix, aimeriez-vous vous présenter à une élection ?
  4. Est-ce que vous êtes parfaitement conscient de votre situation vis-à-vis des élections ? Par exemple savez-vous si vous êtes bien enregistrés sur les listes électorales / si vous avez une formalité à accomplir / si vous avez le droit de voter à la prochaine élection / quand sera la prochaine élection présidentielle ?
     
  5. Avez-vous très envie de passer au moins une année de votre cursus à l'étranger ?
  6. Pouvez-vous citer en moins de 30 secondes les noms d'un peintre, d'un écrivain, d'un compositeur, et d'un acteur que vous aimez particulièrement ?
  7. La pensée de visiter un musée dans une ville d'un pays étranger vous donne-t-elle des sentiments positifs ?
     
  8. Quelle personnalité publique admirez-vous, quel est votre modèle - est-ce que cette personne aurait pu faire Sciences Po ?
  9. Avez-vous déjà consulté avec envie les différentes parties du site internet d'au moins un Institut d'Etudes Politiques ?
  10. Vous est-il déjà arrivé d'imaginer des scènes ou comment pourrait être votre quotidien si vous étiez accepté à Sciences Po ?

 

>> C'est cliché, mais Écoutez votre cœur et vous saurez si Sciences Po est pour vous (10 points)

Si vous êtes ici, c'est que déjà vous êtes au strict minimum intéressés vaguement par Sciences Po. C'est déjà un signe ! Pensez-y ! Que voulez-vous vraiment au fond de vous ? C'est pourquoi ici notre seule question, qui vaut 10 points, est la suivante :

En lisant cet article, que cherchiez-vous vraiment au fond de vous-même, quelle pensée aviez-vous tout en lisant ces mots, et quel résultat espériez-vous qu'il en sorte ? Qu'espériez-vous comme résultat de ce questionnaire ?

 

Si la réponse est que vous cherchiez du réconfort pour vous dire que vous êtes dans la bonne voie, qu'au fond de vous vous espériez trouver confirmation que vous pouvez faire Sciences Po, alors c'est que vraiment VOUS POUVEZ faire Sciences Po et vous le FEREZ ! Nous avons rédigé plusieurs centaines d'articles pour des personnes comme vous sur ce site internet, pour ceux qui ont le désir de réussir Sciences Po, et TOUT LE MONDE peut y arriver, y compris VOUS !

 

Maintenant, le temps des résultats...

 

>> Vos Résultats : Sciences Po et vous, une combinaison gagnante ?

 

Moins de 50 points :

1er cas : la formation ne correspond pas vraiment à ce que vous êtes au fond de vous

2nd cas : vous avez à travailler davantage pour être au même niveau de motivation et d'avancement que les autres. (Il ne faut pas oublier que Sciences Po, c'est avant un concours).

Si vous êtes dans le 1er cas, alors souriez parce que toutes les opportunités s'offrent à vous et vous n'êtes qu'au début de votre formation, vous avez encore tout un avenir à construire ! N'hésitez pas à lire toutes les fiches d'aides et de renseignements de tous les sites internet consacrés à l'orientation (demandez-vous quelles étaient vos passions quand vous étiez enfant, à 7-10 ans, ça aide souvent à connaître ce qui vous plaît vraiment).

Si vous êtes dans le 2nd cas, bossez, bossez et bossez ! Parce que la vie (en fait les concours) ne vous fera pas de cadeau, et vous avez pourtant votre place ! Si vous décidez, vous pouvez, et aujourd'hui peut être le premier jour du reste de votre vie, le jour où vous décidez de travailler pour ce que vous aimez vraiment !

 

Entre 50 et 70 points :

Vous avez de temps en temps des doutes ? Parfois, vous vous demandez ce que vous voulez faire, où vous en êtes, qu'est-ce que vous pouvez faire de votre vie... Eh bien, nous vous le disons : vous êtes faits pour Sciences Po.

Vous devez pourtant vous motiver davantage, et travailler encore plus grâce à cette motivation ! Car oui, la motivation et le travail s'enrichissent mutuellement. Il faut en fait que vous vous fassiez confiance. Vous gagnerez à être plus sûr de vous, à prendre dès maintenant du temps pour définir clairement là où vous voulez aller ! Car ce sont les +70 points qui gagneront les places du concours, ils sont plus déterminés, ils savent déjà ce qu'ils veulent, et ils feront tout pour cela, car leurs passions les entraînent ! Vous pouvez les rejoindre, et gagner les points qui vous manquent pour arriver dans le haut du barème. Bonne chance à vous, vous allez y arriver !

 

Entre 70 et 99 points :

Vous avez tout pour réussir Sciences Po ! Vous avez l'envie, la motivation, la passion, la culture... Difficile de développer ici parce que vous avez déjà tout ce qu'il faut ! Continuez à lire régulièrement, à apprendre, à développer votre culture, continuez dans votre voie ! Encore plus vite, plus fort, encore mieux ! Vous pouvez liker notre page Facebook "Intégrer Sciences Po" pour vous tenir régulièrement informé, et alimenter au quotidien vos sources de réflexion. Que dire de plus... Bravo, et à bientôt dans les rangs de Sciences Po !

 

100 points :

Cher futur président de la République, merci de bien vouloir noter nos coordonnées, on veut faire partie de vos amis ! ;) Ce n'est pas vous qui suivrez Sciences Po, c'est Sciences Po qui vous suivra !

 

Personne n'a le droit d'affirmer pour vous si vous feriez bien de faire Sciences Po ou non. Laissez-nous vous le redire encore une fois : personne n'a le droit de juger si vous devriez ou non postuler à Sciences Po.

Ce principe est valable pour nous aussi, et cet article ne vise rien d'autre que de vous faire réfléchir, vous faire vraiment penser à ce que signifie postuler pour Sciences Po, étudier à Sciences Po, et vivre d'un métier après Sciences Po.

Au final, la seule personne qui a le droit d'émettre un avis définitif, de décider si oui ou non vous irez à Sciences Po, c'est vous-même ! Faites-vous donc confiance !

 

Nos dernières recommendations avant de nous séparer :

 

  • Ne faites pas Sciences Po simplement pour l'argent. (Surtout que ce serait un mauvais calcul, il y a d'autres formations qui vous rapporteront plus.)
  • Ne faites pas Sciences Po simplement parce que vos parents l'ont fait et vous y voient bien. (Très vite, vous ne vous sentirez plus à votre place.)
  • Faites Sciences Po pour la seule et unique raison que vous en avez ENVIE.

 

S'il vous plaît, postez votre résultat dans les commentaires ! Cela nous aidera à mieux organiser les questions, à les améliorer, et à mieux répartir les points. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions pour améliorer la qualité de ce questionnaire ou vos impressions pour partager avec les autres lecteurs.

 

-> Apprendre 2x mieux avec la Mémoire visuelle et auditive.

-> 16 Moyens pour Être Extrêmement Productif (30 Secondes Chacun)

-> 7 Clés pour Lire 10 Fois Plus Rapidement et Plus Efficacement

Classé dans : IEP Régions, IEP Paris, IEP Bordeaux, IEP Grenoble - Mots clés : sciences po, comment savoir, sciences po est fait pour moi, formation, bonne formation, formation idéale, études, quelles études, IEP, dois-je faire les IEP, que fait-on à sciences po - 16 commentaires


page 1 sur 305 suivante »