Réussir la dissertation d’histoire pour Sciences Po

Réussir la dissertation d’histoire pour Sciences Po

La dissertation d’histoire est tout un art à Sciences Po.

La méthode est fondamentale pour produire une bonne copie, les connaissances ne suffisent pas.

Ce document en ligne de Muriel SALLE explique avec pertinence comment construire une bonne copie d’histoire, tout à fait valable pour Sciences Po.

A la fois sur les types de plan, sur l’intro et la conclusion, sur la matérialisation concrète de ces ensembles dans la copie, par la présentation, de même pour la préparation au brouillon, tout y est.

La majorité des copies auxquels les correcteurs de Sciences Po n’ont pas une méthode claire, pas de raisonnement rigoureux. L’histoire est une science, et de même a une méthode particulière de démonstration qu’il faut respecter. Vous vous distinguerez ainsi, grâce à une bonne copie, bien composée.

Désormais vous n’avez plus d’excuse pour ne pas réussir la méthode des dissertations d’histoire de Sciences Po, bonne chance.

4 thoughts on “Réussir la dissertation d’histoire pour Sciences Po

  1. @Julien
    Généralement, l’introduction est composée de 4 parties (la réponse à ta question concerne la 4ème étape) :
    1) L’accroche : ce peut-être une citation, dans la mesure où elle correspond parfaitement au sujet. Il ne s’agit pas de faire bien ou d’étaler ses connaissances, mais surtout de mettre une citation qui mette en lumière le problème posé par le sujet, montrant ainsi au correcteur que l’on a compris le sujet par exemple.
    2) La présentation du sujet : Maintenant que le correcteur est captivé, il faut définir les termes du sujet, et présenter le sujet. Quand, où, comment ? C’est le cœur de l’introduction. La façon avec laquelle tu y introduis le sujet peut montrer que tu as bien compris le sujet – ou au contraire que tu es passé à côté de là où le sujet devait t’amener.
    3) La problématique : A ne surtout pas bâcler en pensant qu’un étalage pur et simple du cours suffit à contenter le correcteur. Il s’agit de problématiser le sujet, pas seulement de réciter son cours. J’ai toujours du mal pour cette étape perso 😉
    4) L’annonce du plan : Arrivé à cette étape, tu est censé savoir quel plan tu utiliseras pour ta copie. A noter que si l’épreuve de culture générale exige un plan à deux-parties-deux-sous-parties, ce n’est pas le cas pour l’épreuve d’histoire, tu es libre de réaliser une copie à deux ou trois parties. L’annonce de plan consiste à présenter tes grandes parties seulement, pas tes sous-parties – celles-ci se présenteront généralement au début de chaque partie, et non dans l’introduction.
    De façon plus tôt classique, ton annonce de plan peut ressembler à Dans un premier temps, nous nous pencherons sur(…) puis nous nous interrogerons sur(…) avant d’analyser dans une troisième partie (…). Une telle annonce a le mérite d’être clair, mais elle est aussi un peu lourde. A toi de voir comment l’alléger, j’avoue avoir pour ma part toujours privilégier la clarté à la recherche de légèreté syntaxique. A savoir également, il est généralement déconseillé d’inverser les parties dans l’annonce de plan, c’est à dire faire quelque chose qui ressemble Avant de s’interroger sur (…), nous nous pencherons dans un premier temps sur (…), puis nous verrons comment (…), bref il est déconseillé d’annoncer ses parties dans le désordre.
    Et enfin, le plan ne doit pas être apparent dans la copie !
    J’espère t’avoir aidé 🙂

  2. Bonjour,
    L’annonce des différentes parties doit se faire implicitement ?
    Doit-on annoncer le plan dan l’introduction ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.