L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France (9)

Réservé aux adhèrent(e)s. Connectez vous ou Adhérer au club Intégrer Sciences Po pour y accéder

Espace adhérents - Connexion



Adhérer au club Intégrer Sciences Po

Récupération du mot de passe

Corrigés : Extraits des mémoires de Charles de Gaulle

Bac histoire 2013 : deux documents corrigés. Voici l'un des deux : Extraits des mémoires de Charles de Gaulle.

 

>> Document n°1 : Extraits des mémoires de Charles de Gaulle

 


Dans ses mémoires Charles de Gaulle rappelle quelques grands traits du gouvernement de la France après la Seconde Guerre mondiale.

« On peut dire qu’un trait essentiel de la résistance française est la volonté de rénovation sociale. Mais il faut la traduire en actes. Or, en raison de mes pouvoirs etdu crédit (1) que m’ouvre l’opinion, j’ai les moyens de le faire. […] Étant donné que l’activité du pays dépend du charbon, du courant électrique,du gaz, du pétrole et dépendra un jour de la fission de l’atome, que pour porter l’économie française au niveau qu’exige le progrès ces sources doivent être développées, qu’il y faut des dépenses et des travaux que seule la collectivité est enmesure d’accomplir, la nationalisation s’impose. Dans le même ordre d’idée, l’État se voit attribuer la direction du crédit. En effet, dès lors qu’il lui incombe de financer lui-même les investissements les pluslourds, il doit en recevoir directement les moyens. Ce sera fait par la nationalisationde la Banque de France et des grands établissements de crédit. […] Enfin, pour amener l’économie nouvelle à s’investir, c’est-à-dire à prélever surle présent afin de bâtir l’avenir, le « Haut-commissariat au Plan d’équipement et demodernisation » sera créé pendant cette même année. Mais il n’y a pas de progrèsvéritable si ceux qui le font de leurs mains ne doivent pas y trouver leur compte. Le gouvernement de la Libération entend qu’il en soit ainsi, non seulement par des augmentations de salaires, mais surtout par des institutions qui modifientprofondément la condition ouvrière. L’année 1945 voit refondre entièrement et étendre à des domaines multiples le régime des assurances sociales. Tout salarié en sera obligatoirement couvert. Ainsi disparaît l’angoisse, aussi ancienne que l’espèce humaine, que la maladie, l’accident, la vieillesse, le chômage faisaient peser sur leslaborieux. […] D’autre part, un système complet d’allocations familiales est alors misen vigueur. »

Source : Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, Le Salut, 1944-1946, Plon, 1959

(1) « …crédit que m’ouvre l’opinion » : crédit a ici le sens de « confiance de l’opinion » et non le sens financier que le mot prend dans le reste du texte

 

>> Correction du document n°1 : Extraits des mémoires de Charles de Gaulle

 

Le Salut, 1944-1946, est le troisième tome des Mémoires de guerre de Charles de Gaulle publié en 1959.

Charles de Gaulle expose dans cet ouvrage la victoire de la France Libre.
Il apporte dans l'ensemble de l'ouvrage des cartes, des télégrammes, des lettres. Il s'agit donc d'un ouvrage particulièrement documenté et qui avait un but clairement historique.
Charles de Gaulle défend une vision des valeurs françaises traditionnelles.