Prépas après le bac pour intégrer Sciences Po

Quelles sont les prépas après le bac pour intégrer Sciences Po ? La réponse ici.

 

Question :

 

bonjour,

Cette année je suis en TL et je fais une prepa pour tenter le concours commun en mai. Mais, je sais que je n\'ai que tres peu de chance de reussir le concours et je me demandais : serait-il possible de repreparer le concours lannee prochaine dans une prepa post bac ou les cours sont assurés en semaine et pas seulement le week end ou pendant les vacances ? Pour le moment je n'ai trouvé aucune prepa de ce genre.

Merci de votre aide !

 

 

Réponse :

 

 

Bonjour,

 

Les prépas qui correspondent le mieux pour préparer le concours Sciences Po sont les prépas littéraires : http://fr.wikipedia.org/wiki/Classes_pr%C3%A9paratoires_litt%C3%A9raires

 

Certaines ont pour objectif clair de permettre d'intégrer Sciences Po, d'autres sont plus ambitieuses, comme des prépas pour intégrer l'ENS, mais qui demandent un niveau excellent qui convient tout à fait pour réussir Sciences Po. Toutes ces prépas sont un véritable cursus, les cours sont donnés tous les jours de la semaine, et souvent le samedi matin également.

 

Enfin il existe des prépas hors cursu, mais qui sont effectivement plutôt le weekend ou les vacances, même si certaines proposent parfois des cours les soirs en semaine.

 

Tu trouveras plus de renseignements sur ces prépas pour Sciences Po, proches de ta ville, en cherchant "prépas littéraires" sur google par exemple.

 

Bonne journée et bonne recherche pour les choix d'Admission Post-Bac,

 

L'équipe Intégrer Sciences Po

http://www.integrersciencespo.fr/

 

 

-> Question : Sciences Po avec le CNED ?

-> Question : l'épreuve de SES à Sciences Po Paris

 

-> Posez-toutes vos questions sur Facebook à Intégrer Sciences Po <-

 

Corrigé : Anselme et la liberté

Le sujet de bac ES de philo 2013 proposait au choix un texte d'Anselme à commenter. Retrouvez tous les autres sujets du bac philo de 2013.

Expliquer le texte suivant :

Anselme
Anselme
Prenons maintenant un exemple où apparaissent une volonté droite, c’est-à-dire juste, la liberté du choix et le choix lui-même ; et aussi la façon dont la volonté droite, tentée d’abandonner la rectitude, la conserve par un libre choix. Quelqu’un veut du fond du cœur servir la vérité parce qu’il comprend qu’il est droit d’aimer la vérité. Cette personne a, certes, la volonté droite et la rectitude de la volonté ; mais la volonté est une chose, la rectitude qui la rend droite en est une autre. Arrive une autre personne la menaçant de mort si elle ne ment. Voyons maintenant le choix qui se présente de sacrifier la vie pour la rectitude de la volonté ou la rectitude pour la vie. Ce choix, qu’on peut aussi appeler jugement, est libre, puisque la raison qui perçoit la rectitude enseigne que cette rectitude doit être observée par amour de la rectitude elle-même, que tout ce qui est allégué pour son abandon doit être méprisé et que c’est à la volonté de repousser et de choisir selon les données de l’intelligence rationnelle ; c’est dans ce but principalement, en effet, qu’ont été données à la créature raisonnable la volonté et la raison. C’est pourquoi ce choix de la volonté pour abandonner cette rectitude n’est soumis à aucune nécessité bien qu’il soit combattu par la difficulté née de la pensée de la mort. Quoiqu’il soit nécessaire, en effet, d’abandonner soit la vie, soit la rectitude, aucune nécessité ne détermine cependant ce qui est conservé ou abandonné. La seule volonté détermine ici ce qui est gardé et la force de la nécessité ne fait rien là où le seul choix de la volonté opère.

ANSELME, De la concorde (XIIème siècle)
Correction du sujet sur l'extrait du bac philo 2013 en ES :

Ce texte parle de la liberté.
Anselme a beaucoup écrit sur la notion de liberté, et notamment de libre arbitre.

La thèse ici peut être comprise dans les derniers mots d'Anselme : "la force de la nécessité ne fait rien là où le seul choix de la volonté opère"

Anselme établit que la liberté est indépendante de la nécissité ; la nécessité des choses n'a pas lieu où a lieu la liberté.