Réussir Sciences Po

 

 

Comment booster votre charisme :

 

THÈMES IEP 2018
Découvrez ce que vous ont réservé  les IEP communs
en cliquant ici !

 

Actualités août 2017

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 02 septembre 2017

Août 2017

 

‘2    Le président de la République a annulé par décret plus de 300 millions d'euros de dotations aux collectivités territoriales

    222 millions d’euros de clause libératoire prêts à être payés par le PSG pour Neymar

‘4    La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon a accepté vendredi 4 août la demande de remise en liberté sous contrôle judiciaire présentée par Murielle Bolle   

‘5    La nouvelle Assemblée constituante du Venezuela a démis de ses fonctions la procureure générale Luisa Ortega Diaz

    Usain Bolt (9''95) est battu en finale par Justin Gatlin (9''92) et Christian Coleman (9''94)

‘8    Le Français Pierre-Ambroise Bosse champion du monde du 800 m

    Michel Mercier renonce à intégrer le Conseil constitutionnel

‘9    La loi de moralisation de la vie politique définitivement adoptée par le Parlement

    Une voiture fonce sur un groupe de militaires à Levallois-Perret

‘11    Le président kényan Uhuru Kenyatta a été élu pour un deuxième mandat de cinq ans contre son principal opposant Raila Odinga

‘12    Le français Kevin Mayer sacré champion du monde du décathlon.

‘13    Yohann Diniz est champion du monde du 50 km marche

‘17    Une double attaque terroriste à Barcelone fait 14 morts et une centaine de blessés

‘18    Stephen Bannon le conseiller de Donald Trump, ancien rédacteur en chef du site Breitbart News quitte ses fonctions.

‘20    L’acteur et humoriste américain Jerry Lewis est décédé à l’âge de 91 ans.

‘29    L’ouragan Harvey qui frappe Houston et une partie du Texas depuis le 25 août a provoqué la mort d’au moins dix personnes.

Classé dans : Actualités - Mots clés : actualités, août 2017, résumé, faits importants, journalisme, journaux, école de journalisme, Sciences Po - 1 commentaire


Rentrer dans le moule Sciences Po

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 07 juillet 2017

Les simulations de l’élection présidentielle auprès des différents IEP sont sans appel : Jean-Luc Mélenchon arrive loin en tête, suivi par Benoît Hamon, puis Emmanuel Macron.

Il semble donc que la ligne politique des IEP soit assez ciblée à gauche.

Cassons le politiquement correct : la couleur politique qui transpire de vos copies d’examen peut faire pencher la balance dans la correction.

 

Nous ne sommes pas en train de vous dire qu’il faut déclamer les thèses de la France Insoumise à longueur de lignes. Mais il faut savoir être agile. Au moins, ne prenez pas parti clairement pour un parti politique, surtout si votre vote tend à droite.

 

Être agile, c’est aussi savoir s’adapter au moule Sciences Po, même si vous gardez votre liberté. Vous devez être un caméléon : prenez les couleurs des correcteurs des copies aux examens de l’IEP. Soyez flexibles.

 

Bien entendu, vous gardez votre liberté d’opinions, vous avez vos valeurs, vous avez vos croyances, et vous êtes maîtres de votre pensée. Mais si cette pensée est trop à droite, le correcteur risque de le faire ressentir dans votre note. Sachez donc vous adapter au système : vous pourrez faire éclater avec force vos idées lorsque vous serez diplômés de Sciences Po. Mais en attendant, vous devez - si vous voulez réussir - prendre le pli “Sciences Po”.

 

Les IEP vantent souvent les profils atypiques, l’audace, les idées originales. A notre goût, c’est plutôt un leurre. Certes, l’originalité est valorisée : mais dans certaines limites, et la vérité c’est que si le correcteur n’aime pas vos idées, il sera nécessairement moins enclin à monter votre note. Soyez originaux dans les faits, trouvez des éléments, des statistiques, des auteurs, qui sortent de l’ordinaire. Cela montrera votre culture. Mais dans l’exposition de vos idées, soyez très prudents. Car si vous voulez vraiment faire triompher vos idées et votre vision politique, vous feriez mieux de rentrer dans le système, au moins au départ, pour avoir l’assise suffisante ensuite de mettre vos opinions personnelles en avant.

Classé dans : IEP Régions, IEP Paris, IEP Bordeaux, IEP Grenoble - Mots clés : sciences po, moule, idées, avis, opinions, couleur politique, sciences po, IEP - aucun commentaire


Lettre à Schuller - Baruch Spinoza

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 03 juillet 2017

 

J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée.

Spinoza pose une double définition : ce qui est libre, et ce qui est contraint. Ce qui est libre correspond à ce qui n'est opprimé par rien, qui existe selon sa propre nécessité. Au contraire, est contraint, ce qui est déterminé par une autre chose, par une autre chose qui modifie son être.

 

Dieu, par exemple, existe librement bien que nécessairement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même librement parce qu'il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même et connaît toutes choses librement, parce qu'il suit de la seule nécessité de sa nature que Dieu connaisse toutes choses. Vous le voyez bien, je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.

Dieu est lui-même libre. Car il est et agit par la seule nécessité de sa nature.

Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvements et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée.

Spinoza utilise la comparaison avec une pierre. La pierre est contrainte lorsque quelque chose la pousse.

 

Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut.

Spinoza fait le lien avec la conscience. Nous sommes tous conscients de nos mouvements. Nous sommes conscients de nos action. Pour autant, sommes-nous libres ?

 

Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leurs appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme et non se laisser contraindre.

Il ne faut pas voir notre liberté comme un libre décret. Nous n'avons pas le libre arbitre. Nous sommes simplement conscients de nos actions, mais ces actions sont en quelque sorte destinées. Nous n'y pouvons rien. Nous ne pouvons que suivre ce que Dieu fait de nous, nécessairement, et sans qu'on puisse le modifier.

 

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : lettre à Schuller, Spinoza, étude, commentaire, philosophie, sciences po, IEP - aucun commentaire


page 1 sur 94 suivante »