Réussir Sciences Po

 

 

 

-> Faites vous corriger et échangez des fiches GRATUIT

-> Correction Sciences Po BORDEAUX 2019

 

Sciences Po est-il de gauche ou de droite ?

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 05 décembre 2018

Que vous soyez futur étudiant, citoyen curieux, ou autre, il est toujours intéressant de connaître la réponse à cette question : Sciences Po vote-t-il à gauche ou à droite ?

Si vous êtes ancien étudiant à Sciences Po alors vous le savez déjà.

 

Mais à tous ceux qui doutent encore...

 

Sciences Po est de gauche.

 

Il existe 10 IEP en France. (Vous ne connaissez pas la différence entre IEP et Sciences Po ? C'est ici)

 

 

>> Qui est de gauche à Sciences Po ?

 

Dans ces 10 établissements Sciences Po actuellement existants, les professeurs sont en majorité de gauche.

Toujours au sein de ces IEP, et de manière plus flagrante encore, les étudiants sont en immense majorité de gauche.

Les correcteurs des examens aux concours Sciences Po sont en majorité de gauche.

 

>> Nos sources pour affirmer que Sciences Po est de gauche

  • les témoignages des étudiants,
  • les élections des syndicats étudiants,
  • les simulations d'élections à la présidentielle,
  • les polémiques dans la presse provoquées par les étudiants de Sciences Po,
  • et enfin les groupes facebook des étudiants Sciences Po.

 

>> Exemple de résultats Elections présidentielles 2017 à Sciences Po

 

Exemple de Sciences Po Lyon :

  1. Jean-Luc Mélenchon (32%)
  2. Benoit Hamon (25%)
  3. Emmanuel Macron (16%)
  4. François Fillon avec près de (8%)
  5. Poutou (4%)
  6. Le Pen (4%)

 

Autre exemple :

Voir ci-contre Sciences Po Grenoble.

 

>> Que faire de ces résultats

 

Pour les futurs étudiants des Sciences Po, nous ne pouvons que vous conseiller de rentrer dans le moule. Nous expliquons dans cet article pourquoi affirmer vos éventuelles idées de droite ou d'extrême droite est une fausse bonne idée.

Pour les citoyens curieux, ces informations devraient vous donner matière à réflexion. Est-ce bon ou mauvais que de tels instituts aient une couleur politique si marquée ? Après tout, beaucoup de professions / secteurs d'étude sont également marqués par une couleur politique. Nous vous invitons à répondre à ce questionnement en commentaires.

De même, si vous avez un avis divergent, n'hésitez pas à nous le faire savoir en commentant. Si vous êtes étudiant / professeur à Sciences Po, vous êtes les bienvenus pour commenter également.

 

-> Comprendre la politique

Classé dans : IEP Régions, IEP Paris, IEP Bordeaux, IEP Grenoble - Mots clés : iep, sciences po, gauche, droite, sciences po gauche, sciences po droite, sciences po extremes, sciences po couleur politique, couleur politique, gauche ou droite, elections - Aucun commentaire


Valls III - Le nouveau gouvernement du 11 février 2016

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 12 février 2016

 

Laurent Fabius nommé au Conseil constitutionnel, Christiane Taubira démissionnaire après des divergences sur la déchéance de nationalité à laquelle elle s'oppose... La voie était ouverte pour un nouveau remaniement, à un an des nouvelles élections présidentielles.

C'est bien sûr avec cette échéance en tête que François Hollande a composé avec Manuel Valls comme Premier Ministre un nouveau gouvernement. Après avoir essayé de débaucher Nicolas Hulot, figure phare des écologistes, décidément très prisé puisqu'il avait déjà eu des propositions des précédents présidents de la République, ce sont quelques personnalités d'Europe-Ecologie les Verts qui font leur entrée dans ce gouvernement, avec un poste de ministre pour Emmanuelle Cosse et trois postes de secrétaire d'Etat.

François Hollande a indiqué trois priorités :

  1. la sécurité, après les attentats de novembre, raison pour laquelle il n'a pas changé les ministres afin de conserver la stabilité.
  2. le chômage, l'emploi : là aussi les ministres restent à leur place, notamment Emmanuel Macron
  3. l'écologie, la transition : Ségolène Royal conserve son poste, et entrée de plusieurs ministres et secrétaires proches du parti écologiste EELV

 

 

Manuel Valls : Premier ministre

Courte biographie de Manuel Valls : né en 1962 à Barcelone, baptisé catholique, adhère à 17 ans au PS, licence d'histoire à Paris, maire d'Évry en 2001, remarié en 2010, ministre de l'Intérieur en 2012



Jean-Marc Ayrault : ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Courte biographie de Jean-Marc Ayrault : né en 1950, c'est un retour au gouvernement : il avait été Premier Ministre du 15 mai 2012 au 31 mars 201, pour le premier gouvernement de François Hollande. Il avait été maire de Nantes de 1989 à 2012, et député à partir de 1986.



Ségolène Royal : Environnement, Énergie et Mer, chargée des relations internationales sur le climat

Courte biographie de Ségolène Royal : licence de sciences économiques à Nancy, Sciences Po, ENA (promotion Voltaire), ancienne femme de François Hollande (4 enfants), avocate au bureau de Paris, perd en 2007 les élections présidentielles contre Nicolas Sarkozy (46,94 %)



Najat Vallaud-Belkacem : Éducation nationale, Enseignement supérieur et Recherche

Courte biographie de Najat Vallaud-Belkacem : née en 1977, au Maroc. Après une université de droit, Sciences Po Paris, Najat Vallaud-Belkacem échoue deux fois au concours de l'ENA. Entrée au PS, elle a un poste dans l'équipe du maire de Lyon Gérard Collomb, et en 2007 puis 2011, est successivement porte-parole de Ségolène Royal et François Hollande lors des deux campagnes présidentielles. ministre des Droits des femmes en 2012, puis Ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse, au sein du gouvernement Valls I.

 

Michel Sapin : ministre des Finances et des Comptes publics

Courte biographie de Michel Sapin : né en 1952, lycée Henri IV, ENS, Sciences Po Paris, ENA (promotion Voltaire), Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social en 2012



Jean-Jacques Urvoas : ministre de la justice

Courte biographie de Jean-Jacques Urvoas : né en 1959, doctorat en sciences politiques, président de la commission des lois de 2012 à 2016



Jean-Yves Le Drian : Ministre de la Défense

Courte biographie de Jean-Yves Le Drian : né en 1947, reçu à l'agrégation d'histoire en 1971, ministre de la défense en 2012



Marisol Touraine : ministre des Affaires sociales et Santé

Courte biographie de Marisol Touraine : née en 1959 fille du sociologue Alain Touraine, Sciences Po Paris, Présidente du conseil général d'Indre-et-Loire en 2011, Ministre des Affaires sociales et de la Santé en 2012



Myriam El Khomri : Ministre du Travail, de l'Emploi, de la formation professionnelle et du Dialogue social

Courte biographie de Myriam El Khomri : née en 1978, en août 2014 secrétaire d'État à la Politique de la Ville

 

Jean-Michel Baylet : Ministre de l'Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales :

Courte biographie de Jean-Michel Baylet : né en 1946, journaliste à La Dépêche du Midi, PDG du groupe La Dépêche en 1995, maire de Valence-d'Agen entre 1977 et 2001



Bernard Cazeneuve : ministre de l'Intérieur

Courte biographie de Bernard Cazeneuve : né en 1963, engagé à gauche, études à sciences Po Bordeaux, travaille à la Banque Populaire, intègre ensuite les cabinets ministériels, a défendu le non au traité constitutionnel européen



Stéphane Le Foll : ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire, de la Forêt et porte-parole du gouvernement

Courte biographie de Stéphane Le Foll : né en 1960, professeur d'économie, Député européen en 2004, Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt en 2012



Emmanuel Macron : ministre de l'Economie, du Numérique et de l'Industrie

Courte biographie de Emmanuel Macron : né en 1977, lycée Henri IV, DEA de philosophie, Sciences Po Paris, ENA. Banquier d'affaires chez Rothschild en 2008, Secrétaire général adjoint de l'Élysée en 2012.



Emmanuelle Cosse : ministre du Logement et Habitat durable

Courte biographie de Emmanuelle Cosse : née en 1974, études de de droit public en économie, secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts en novembre 2013

 

Laurence Rossignol : Ministre de la Famille, Enfance et Droits des femmes

Courte biographie de Laurence Rossignol : née en 1957, sénatrice de l'Oise en septembre 2011



Annick Girardin : ministre de la Fonction publique

Courte biographie de Annick Girardin : née en 1964, députée radicale de gauche en 2007, secrétaire d'État chargée du Développement et de la Francophonie en 2014



Audrey Azoulay : ministre de la Culture et de la Communication

Courte biographie de Audrey Azoulay : ENA promotion 2000,



Patrick Kanner : ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Courte biographie de Patrick Kanner : né en 1957 à Lille, université en droit public. Elu au conseil municipal de Lille en 1989 pour la première fois.



George Pau-Langevin : ministre des Outre-Mer

Courte biographie de George Pau-Langevin : femme (le nom ne doit pas induire en erreur), née en 1948 en Guadeloupe, Conseillère régionale d'Île-de-France en 1992, Ministre déléguée à la Réussite éducative en 2012

 

-> Valls II : voir la composition du précédent gouvernement de Manuel Valls

->  Valls I : voir la composition du premier gouvernment Manuel Valls

 

-> Résumé des actualités 2015 <-

Classé dans : Actualités - Mots clés : Valls, gouvernement, Hollande, remaniement, recomposition, politique, politique française, actualités, actualité politique, 2016, élections - Aucun commentaire


Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 08 février 2016

Titre 3 - Les collectivités territoriales

Chapitre 5 - La collaboration entre collectivités locales

Chapitre 6 - Le cas des trois villes Paris, Lyon et Marseille

 

>> Section 1 - Le système électoral particulier

 

Le système électoral de ces trois villes, Paris, Lyon, Marseille, intègre l'échelon des secteurs électoraux. A Paris et à Lyon, le secteur électoral correspondant à un arrondissement. A Marseille, un secteur électoral peut regrouper deux arrondissements (loi du 9 juillet 1987).

Les conseillers municipaux et d'arrondissement sont élus dans chaque secteur électoral d'après la loi du 19 novembre 1982.

 

>> Sections 2 - Les arrondissements

 

Les arrondissements dans ces trois grandes villes pour rapprocher le citoyen des élus. Paris, Lyon et Marseille étant les trois plus grandes villes de France, il a fallu trouver un échelon qui prenne en compte cette particularité.

Les conseils d'arrondissement jouent un rôle particulier depuis la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, notamment par la possibilité de donner des avis au maire de la commune.

Il existe pour chaque un arrondissement un maire d'arrondissement.

 

>> Les villes Paris, Lyon, Marseille, au cas par cas

 

Chacune de ces  trois villes, Paris, Lyon, Marseille a suivi une évolution particulière.

 

Paris

 

Jusqu'en 1968, Paris n'avait pas de maire dans le cadre de la ville de Paris. Il existait deux entités : la ville de Paris, et le département de la Seine.

La loi du 31 décembre 1975 a complètement changé l'organisation administrative de la région parisienne. Pour simplifier le cas de Paris, et le rendre plus proche de l'organisation administrative classique, la ville de Paris a été remplacée par la commune et le département, qui avaient la même étendue.

 

Lyon

 

Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, et Gérard Collomb, président du Grand Lyon, ont mis en place les éléments pour la transformation du Grand Lyon en métropole de Lyon est inscrite au sein de la loi MAPTAM du 27 janvier 2014.

La métropole de Lyon a un statut particulier : ce n'est plus un établissement public, mais une collectivité territoriale. Elle exerce les compétences normalement dévolues au département.

 

Aix-Marseille-Provence

 

Une métropole Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016.

 

-> Titre 4 - L'établissement public > Chapitre 1 - L'établissement public classique

 

-> Fiches de cours - L'organisation administrative <-

 

 

 

 

Classé dans : Politique - Mots clés : cours, Paris, Lyon, Marseille, droit administratif, organisation, élections, statut, villes, droit administratif - Aucun commentaire


Comprendre les élections en Allemagne

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 29 décembre 2014



Pour comprendre la politique et les élections en Allemagne seront étudiés :

I. Le rôle du chancelier et du parlement.
II. Le principe des élections en Allemagne.

Voir aussi : Allemagne : géographie et faits
 

I. Le chancelier est élu par le Bundestag

 


Le chancelier allemand est la figure politique qui possède le plus de pouvoir en Allemagne, de la même façon que le Président en France ou le Premier Ministre en Angleterre.

Le chancelier est élu par les députés à la majorité absolue de tous les membres du Parlement.

 

 

Bundestag
Le Bundestag


Le parlement est le Bundestag. (Bund : la fédération, Tag :  le jour, l'assemblée)

Les partis représentés au Bundestag sont les CDU/CSU, FDP, SPD, die Linke et die Grüne.

Les partis CDU et CSU ont quasiment les mêmes idées politiques, ils sont considérés ensembles. La seule différence est que le CSU est présent seulement en Bavière, tandis que le CDU est présent partout sauf en Bavière. Ils forment une "Fraktion" au Bundestag.

Les partis non représentés au Bundestag sont Piraten, AD, NPD, etc.

 

 

 

 

 

II. Principe des élections en Allemagne


1. Les élections


Ces élections ont lieu tous les quatre ans.

Il s'agit d'un système électoral au mode de scrutin proportionnel. L'objectif est d'avoir une assemblée avec des groupes d'élus dont les effectifs sont proportionnels à l'électorat.

Ce système est pourtant qualifié de mixte, car il mélange deux méthodes. Chaque électeur donne en effet deux votes :

- Il existe 299 circonscriptions électorales.
- Chaque circonscription élit deux députés.
- En principe, il y a donc 598 sièges de députés à remplir.


2. Le vote


Lors du scrutin, chaque électeur donne deux votes en même temps.

Le premier vote élit des députés selon une technique majoritaire.

Dans chacune des circonscriptions est élu un député (comme en France) en un seul tour. C'est celui qui obtient le plus de voix qui est élu (majorité relative).


Le second vote élit des députés selon une technique proportionnelle.

La deuxième voix porte sur un scrutin de listes. On vote pour une liste de candidats, qui appartiennent à un parti. C'est ce deuxième vote qui est fortement prédominant, c'est celui-ci qui répartit les sièges. L'ensemble des sièges est réparti en fonction de la proportion de ce « deuxième vote ».


3. Les résultats


Chaque parti a le droit à autant de sièges que ses résultats à l'élection. Par exemple, un parti qui obtient un tiers des voix a le droit à un tiers des sièges.

Il existe en revanche un seuil : un pourcentage de voix minimum qu'un parti doit atteindre pour avoir des sièges. Le seuil est fixé à 5% des voix. "Fünf-Prozent-Sperrklausel" (Klause : clause, Sperr : barrage, Fünf : cinq)

Un parti qui n'obtient pas 5% aux élections ne sera pas représenté au parlement sauf cas particulier : s’il obtient au moins 3 mandats directs.

Des députés supplémentaires : dans certains cas, le premier vote peut porter au parlement davantage de députés. Les députés élus directement, par le premier vote, mais dont la liste n’a pas été retenue par le deuxième vote, obtiennent quand même un siège au Bundestag. Ainsi en 2013, ils étaient 622 députés à siéger au parlement du Bundestag, soit 24 députés supplémentaires.



En conclusion, en Allemagne existe un système électoral à la proportionnelle personnalisé. "Personalisierte Verhältniswahl" (Wahl : élection).

 

Classé dans : Actualités, Langue Vivante - Mots clés : Allemagne, élections, législatives, comprendre, élections pour les nuls, 2013, Angela Merkel, pourquoi, comment, explications, CDU, CSU, Linke, Grüne, partis, Bundestag, éclaircir - Aucun commentaire


Résultats des élections européennes 2014

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 28 mai 2014

Dans le cadre des oraux de Sciences Po Paris, il est fort possible d'être interrogé sur les récents résultats aux élections européennes.

Il est important de bien comprendre les enjeux de cette élection européenne : vous retrouverez tous les détails des résultats à cette page pour les élections européennes 2014.

Vous y trouverez :
 

  • Taux de participation
  • Résultats par parti national
  • Sièges par groupe politique
  • Tableau récapitulatif
  • Répartition Hommes/Femmes

 


 

-> Chronologie de la construction européenne

 

 

 

Classé dans : Actualités - Mots clés : résultats, européennes, 2014, élections, détails - 1 commentaire


page 1 sur 2 suivante