Réussir Sciences Po

 

 

Comment booster votre charisme :

 

THÈMES IEP 2018
Découvrez ce que vous ont réservé  les IEP communs
en cliquant ici !

 

Bibliographie - la Sécurité

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 09 janvier 2017

 

-> Culture générale : la Sécurité <-

Classé dans : IEP Régions, Questions contemporaines - Mots clés : bibliographie, sécurité, oeuvres, littérature, philosophie, réflexion, contemporaine, analyses, ouvrages, bibliographie sur la sécurité - aucun commentaire


Fiche IEP V. A. La France guidée par le général de Gaulle (1944-1969)

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 12 avril 2015

V. La France depuis 1945

A. La France guidée par le général de Gaulle


-> La IVe République tourmentée

Reconstruction politique après la guerre :
- le GPRF (Gouvernement provisoire de la République française) s'établit à Paris le 25 août 1944
- volonté de restaurer l'autorité de l'Etat, qui conduit à une épuration des compromis de Vichy
- Trois grands partis politiques : le PCF, la SFIO, et du MRP.
- les élections en octobre 1945 mettent fin à l'Union nationale

 

IVe République
IVe République


Tripartisme :
- charte du tripartisme signée le 23 janvier 1946 par le PCF, la SFIO et le MRP
- projets de constitution en 1946 par les socialistes et communistes, puis par de Gaulle, puis par les partis
- le 13 octobre 1946 est adoptée la IVe République par 53% des Français (31% d'abstention)
- les élections législatives donnent le PCF premier parti, tandis que la SFIO recule
- tournant de 1947 : le 5 mai, les ministres communistes sont renvoyés, signant la fin du tripartisme

Institutions de la IVe République :
- l'Assemblée nationale a le plus grand rôle, elle seule vote les lois
- elle investit le président du Conseil et son gouvernement qu'elle peut renverser
- le Conseil de la République donne seulement son avis sur les lois votées par l'Assemblée nationale
- le président du Conseil n'a lui aussi que de faibles pouvoirs



-> La fin de la IVe République

La Troisième Force (1947-1952)
- le communisme gagne en vigueur du fait de la guerre froide
- de Gaulle le dénonce et désire une réforme de la Constitution
- il gagne les élections municipales et demande la dissolution de l'Assemblée nationale avec le RPF
- Socialistes, Radicaux et MRP constituent la Troisième Force
- instabilité ministérielle de la Troisième Force du fait des divisions au sein de la coalition
- la Troisième Force gagne les élections législatives de 1951
- dislocation de la Troisième Force

IVe République troublée (1952-1957)
- la droite au pouvoir de 1952 à 1954 avec Antoine Pinay
- RPF dissout en 1953
- la gauche au pouvoir (1954-1955) avec Pierre Mondès France (majorité de gauche : communistes, socialistes, radicaux, républicains sociaux, certains modérés)
- Edgar Faure mène un gouvernement de centre droit
- poujadisme et mendésisme
- Guy Mollet Président du Conseil de février 1956 à mai 1957

La fin de la IVe République (1957-1958) :
- remise en cause des institutions et de l'instabilité des gouvernements
- immobilisme
- guerre d'Algérie qui divise les politiques
- le général Salan à Algérie réclame de Gaulle au pouvoir
- le 1er juin de Gaulle est investi président du Conseil
- pleins pouvoirs pour de Gaulle qui peut modifier la Constitution

-> Naissance de la Ve République

Mise en place de la Ve République et de nouvelles institution :

 

 


- la Constitution accorde la prédominance à l'exécutif tout en laissant du pouvoir au Parlement
- le Président de la République est élu par un collège électoral composé de 80000 élus pour 7 ans
- Conseil constitutionnel et Parlement, l'Assemblée nationale est élue pour 5 ans, le Sénat pour 9 ans
- élections législatives de novembre 1958 dominée par les gaullistes et les modérés (70%)
- règlement des problèmes coloniaux (Communauté de 1958, indépendances en Afrique, accords d'Evian 1962)
- de Gaulle nomme Georges Pompidou Premier ministre le 14 avril 1962
- de Gaulle annonce une réforme constitutionnelle soumise à référendum pour élire le président de la République au suffrage universel
- communistes, socialistes, radicaux, MRP, indépendants appellent à voter non
- 62% approuvent le référendum

De Gaulle dirige la France de 1962 à 1969
- de Gaulle mène une politique de grandeur
- croissance économique en France et modernisation (paquebot France, Concorde, télévision en couleur)
- la France se dote de l'arme nucléaire (bomba A en 1960, bombe H en 1968)
- "Vive le Québec libre !" en 1967
- de Gaulle opposé à une Europe supranationale prône une Europe des Nations
- de Gaulle remporte les élections contre Mitterrand (55,2%) en 1965
- élections législatives de 1967, recul des gaullistes
- les manifestations de mai 68 (voir ci-dessous)
- la fin de la présidence de de Gaulle le 28 avril 1969, après l'échec du référendum


>> Mai 68
 

-> Voir le cours complet sur le résumé de Mai 68 et ses conséquences.

 

3 phases :
- période étudiante du 3 au 13 mai
- période sociale du 13 au 27 mai
- période politique du 27 mai au 30 juin

Le 27 mai ont été rejetés les accords de Grenelle par la base
Le 28 mai, François Mitterrand propose "un gouvernement provisoire" de Mendès France
A partir du 29 mai, de Gaulle disparaît pour 24h, et dissout le 30 mai l'Assemblée nationale
1 million de gaullistes se rassemblent alors dans une manifestation de soutien sur les Champs-Elysées
Au cours du mois de juin les manifestations se dispersent
Succès des gaullistes aux élections législatives des 23 et 30 juin
De Gaulle remplace Pompidou devenu trop fort, réforme universitaire d'Edgar Faure votée en septembre, réforme de l'administration territoriale soumise au référendum, qui propose de décentraliser des lieux de décision et redéfinit le rôle du Sénat.
Le projet est rejeté par 52,41% des votes, de Gaulle démissionne le 28 avril 1969. Il meurt l'année suivante, le 9 novembre 1970.

Exemples de slogans de mai 68 :
- Il est interdit d'interdire
- Soyez réalistes, demandez l'impossible.
- On achète ton bonheur. Vole-le.
- Élections, piège à cons.

 

 

Mai 68
Emeutes de Mai 68

 

 

 

 

 

>> Retrouvez toutes les fiches sur le monde depuis 1945 <<

 

 

 

Classé dans : Histoire - Mots clés : de Gaulle, mai 68, fiche, iep, sciences po, histoire, contemporaine, XXe siècle, résumé, monde, 1945 - 8 commentaires


De la ville monde à la mégapole contemporaine - Alain Cambier 1/3

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 25 octobre 2013

Alain Cambier a écrit un article intitulé "Quand la ville fait monde...". Cet article est pertinent dans une copie à Sciences Po.

Vous retrouverez cet article à la page : http://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques-2009-2-page-9.htm

Sommaire de l'ouvrage :

  • De la ville-monde à la mégapole contemporaine
  • Les conditions politiques de la reconstitution d’un monde urbain
  • Les conditions culturelles de réappropriation du milieu urbain contemporain
  • Conclusion

Le résumé :

La ville est apparue comme l’illustration par excellence de l’instauration d’un monde humain. Mais en perdant ses murs, la mégapole tentaculaire aurait rendu ses habitants orphelins de la cité. Au point de voir en elle la ville se défaire... L’expansion de l’urbain n’est-elle pas alors l’occasion de faire entendre l’exigence d’une redéfinition de la citoyenneté, prenant en compte l’être-au-monde des citadins ? À condition toutefois que les artefacts de la mégapole offrent suffisamment de dimension symbolique pour que les usagers puissent se la réapproprier et s’y retrouver. Car quand elle fait signe, la ville contemporaine favorise notre « aptitude au monde » et déploie des horizons plutôt que des frontières.

Florilège de réflexions issues de "Quand la ville fait monde..."

1ère partie : DE LA VILLE-MONDE À LA MÉGAPOLE CONTEMPORAINE

>> La ville

"la ville illustre au plus haut point l’instauration d’un monde humain" - Alain Cambier

"les œuvres de l’art qui constituent la ville ne présentent d’intérêt que si elles favorisent ces rapports spécifiquement humains que sont les relations éthiques et politiques" - Alain Cambier

"La ville est le milieu où peut s’expérimenter la puissance politique" - Alain Cambier

"Héraclite disait que les lois constituent la véritable enceinte de la ville" - Alain Cambier

Alain Cambier

>> Crise de la ville

"l’émergence de l’État moderne entraîna l’abaissement politique des villes : elles perdirent leurs prérogatives, c’est-à-dire leur autonomie administrative, financière, militaire, etc" - Alain Cambier

"La ville engendra en ses bas-fonds un Lumpen-prolétariat, privé de droits élémentaires et qui vivait dans les conditions les plus insalubres" - Alain Cambier

"Quant à l’environnement, il fut totalement sacrifié et la pollution se concentrait aussi bien dans ses eaux que dans son atmosphère." - Alain Cambier

"cette pollution fut aussi morale : la prostitution et la délinquance firent de la ville une jungle, hantée par une faune hybride." - Alain Cambier

"Le projet urbanistique de Hausmann (...) consistait à prendre en charge la vie de la population citadine pour la rendre plus disciplinée et exercer sur elle une tutelle plus efficace. Il s’agissait de rendre la ville plus fonctionnelle, en rejetant à l’extérieur de la ville la population potentiellement rebelle." - Alain Cambier

"Le développement périphérique des banlieues accentua encore cette transformation profonde du mode de vie urbain dont l’expansion-extension favorisa paradoxalement l’incommunicabilité et la multiplication d’espaces de relégation" - Alain Cambier

"Dans la ville contemporaine, la cité a fait place à la zone. " - Alain Cambier

"la cité est devenue le reflet de la division des places, des rôles, des fonctions. Ainsi en est-il de la cité universitaire, de la cité ouvrière, de la cité administrative, de la City comme centre des affaires et de la spéculation financière, voire de la cité-dortoir… Dans les banlieues, la cité est même devenue, en verlan, la « téci » désignant une zone de non-droit." - Alain Cambier

"Comme le dit Heidegger : « Les demeures peuvent même être bien comprises, faciliter la vie pratique, être d’un prix accessible, ouvertes à l’air, à la lumière et au soleil : mais ont-elles de quoi nous garantir qu’une habitation a lieu ? »" - Alain Cambier

>> Habitation

"L’habitation renvoie à une conduite de réappropriation et ne saurait se réduire à disposer d’un logement" - Alain Cambier

"Habiter consiste à donner du sens, à donner une âme à son environnement" - Alain Cambier

"l’urbain contemporain produisit de l’inhabitable et les premières émeutes, en banlieue, éclatèrent" - Alain Cambier

"En France, un ministère de la Ville fut créé en 1990, qui symbolisa cette réappropriation politique nécessaire." - Alain Cambier

"Les gated communities sont le paroxysme de cette caricature de ville « utopique » fondée sur un principe d’insularité factice." - Alain Cambier

"comme l’a dit Éric Maurin, « les ghettos les plus fermés sont les ghettos des riches »" - Alain Cambier

-> Best-Of des articles du blog sur la VILLE <-

Classé dans : Questions contemporaines - Mots clés : ville, mégalopole, banlieue, IEP, Alain Cambier, ouvrage, ville-monde, contemporaine, banlieue, analyse, politique, cité, zone, urbain - aucun commentaire


page 1 sur 6 suivante »