Réussir Sciences Po

 

 

 

Le nouveau ROMAN FANTASY de Hayato Chirun

Le nouveau DÉVELOPPEMENT PERSONNEL de Arthur Legrand

(liens Amazon sponsorisés - ou lire gratuitement ces livres (14 jours offerts))

 

Courte biographie d'Alain Juppé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 13 février 2019

Ci-dessous, retrouvez une courte biographie d'Alain Juppé.

 

>> Courte biographie d'Alain Juppé

 

Alain Marie Juppé naît en août 1945 à Mont-de-Marsan. Il étudie au lycée Victor-Duruy, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Louis-le-Grand à Paris, et en 1964, l’École normale supérieure. Il épouse Christine Leblond, avec qui il aura deux enfants. Son agrégation de lettres classiques en poche, il rejoint Sciences Po Paris en 1968, puis l'ENA de 1970 à 1972. Les quatre années suivantes sont passées à l'Inspection générale des finances.

Après un premier échec électoral, lors des législatives de 1978, il perd de nouveau les élections cantonales un an après. En 1979, il est élu au conseil national du RPR, et est nommé adjoint à la direction des finances et des affaires économiques de la ville de Paris. Il est directeur adjoint de la campagne de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1981. Alain Juppé gagne dans le 18e arrondissement de Paris les élections municipales de 1983 et 1989. Il devient secrétaire national du RPR chargé du redressement économique et social de 1984 à 1986.

Du 20 mars 1986 au 11 mai 1988, Alain Juppé prend le poste de ministre délégué au Budget auprès du ministre d'État, ministre de l'Économie, des Finances et de la Privatisation, Édouard Balladur, et devient porte-parole du gouvernement, durant la première cohabitation.
De 1988 à 1994, Alain Juppé prend les fonctions de secrétaire général du RPR.

De la fin du mois de 1993 à mai 1995, il est ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Édouard Balladur, lors de la seconde cohabitation.

Ce n'est qu'en 1995 qu'il est nommé officiellement Premier ministre par le nouveau président Jacques Chirac.

A la tête du RPR, Alain Juppé est également élu maire de Bordeaux le 19 juin 1995 et député de la 2e circonscription de la Gironde en 1997.

Son premier gouvernement de mai à novembre 1995 est marqué par le nombre de femmes, surnommées les "juppettes" par la presse. Un second gouvernement est mis en place de novembre 1995 au 2 juin 1997, avec un nombre de femmes réduit.

Cette réduction du nombre de femmes lui vaut un certain nombre de critiques, qui s'ajoutent à celles contre son projet de réforme de la Sécurité sociale en 1995. Son impopularité est plombée à cause d'un appartement parisien dont il fait réduire le loyer pour son fils.

Sur le plan personnel, Alain Juppé épouse en avril 1993 Isabelle Legrand-Bodin avec qui il a une fille en 1995.

De nombreuses privatisations sont menées jusqu'aux élections législatives de 1997, qui sont perdues par la droite et marquent la fin du gouvernement Juppé.

Une deuxième affaire éclabousse Alain Juppé, l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il est condamné en janvier 2004, mais cette sentence est réduite en appel en décembre 2004. Alain Juppé démissionne de son poste de maire de Bordeaux. Il part alors au Canada.

Ce n'est qu'à la fin d'août 2006 qu'Alain Juppé annonce son retour dans la vie politique. Une élection municipale anticipée a lieu à Bordeaux en octobre la même année, qu'Alain Juppé remporte.

En 2007, Alain Juppé est brièvement ministre dans le gouvernement de François Fillon.

Les élections municipales de 2014 à Bordeaux sont une nouvelle victoire pour Alain Juppé.

En août de la même année, Alain Juppé annonce grâce à son blog qu'il sera candidat à la primaire de l'UMP (devenue primaire Les Républicains), organisée en 2016, pour la présidentielle de 2017.

 

Classé dans : Actualités, Politique - Mots clés : alain juppé, biographie, courte biographie, politique, ump, républicains, biographie d'alain juppé, parcours, simple, expérience, personnalité politique - Aucun commentaire

Courte biographie de la reine Elizabeth II

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 22 janvier 2019

La reine Elisabeth II, ou selon l'orthographe anglaise Elizabeth II, détient le record de longévité pour son règne. Elle surpasse ainsi le règne  Victoria. Elle est aussi un des souverains qui a le plus voyagé de toute l'histoire, notamment grâce à ses visites dans les pays du Commonwealth.

Découvrez ici une courte biographie de la reine Elizabeth II.

 

>> Enfance et jeunesse d'Elizabeth

 

Le futur roi George VI et son épouse donnent naissance à une petite fille le 21 avril 1926, qui reçoit le nom d'Elizabeth comme sa mère. Avec sa sœur, Elisabeth est éduquée à la maison, où elle reçoit en particulier des cours d'histoire.

Lorsque le roi George V décéde, puis que le roi Édouard VIII abdique, elle devient la première en ligne de succession à son père George VI.

En 1939, ses parents partent au Canada et aux États-Unis, tandis qu'Elizabeth reste au Royaume-Uni. En 1939 également, Elizabeth rencontre son futur époux, le prince Philippe de Grèce et de Danemark, et déclare déjà qu'elle est amoureuse alors qu'elle n'a encore que 13 ans.

Commence alors la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les enfants se réfugient à la campagne en Écosse, puis au Royal Lodge, et enfin dans le château de Windsor. Elizabeth devient successivement colonel en chef des Grenadier Guards, puis conseillère d'État en cas d'incapacité de son père ou lors d'un déplacement à l'étranger, et en 1945 lieutenant-colonel honoraire auprès de l'Auxiliary Territorial Service.

Elle participe aux joies de la victoire le 8 mai 1945 en s'infiltrant dans la foule, avec sa sœur.

 

>> Mariage et couronnement de la Reine Elizabeth II

 


Elizabeth en 1952

Deux ans plus tard, en 1947, Elizabeth et Philip se marient à l'abbaye de Westminster. Ils eurent un enfant l'année suivante, nommé Charles, et un second enfant en 1950 : Anne.

En 1952, le roi meurt. Le couronnement fut l'objet d'une première historique, puisqu'il fut diffusé à la télévision le 2 juin 1953.

Seulement composé de 10 membres en 1956, le Commonwealth prend rapidement de l'importance et marque la fin de l'Empire britannique.

A ce titre, les voyages de la Reine en Australie et de Nouvelle-Zélande, et dans les autres pays du Commonwealth, ont attiré les foules.

Suite à la crise de Suez, le Premier ministre Eden démissionne. A cette occasion, la Reine fut critiquée pour avoir décidé du successeur seulement sur les paroles d'un nombre restreint d'hommes. En 1957, elle représente le Commonwealth devant l'Assemblée générale des Nations unies aux Etats-Unis. Elle visite de nombreux autres pays, et notamment le Canada.

Deux naissances marquèrent les années 1960 et 1964, deux fils : Andrew et Edward.

En février 1974, le premier ministre britannique Edward Heath démissionne car il ne parvient pas à former un gouvernement de coalition. La reine permet donc au rival travailliste Harold Wilson, de former un gouvernement.

 

>> Les jubilés, marques du règne d'Elizabeth II

 

Le jubilé d'argent en 1977 marque les 25 années de règne de la Reine.

Un an plus tard, il est découvert que l'ancien conservateur des collections royales, était un espion communiste.

En 1981 la Reine fut visée par des tirs à blanc. Le tireur fut emprisonné durant trois ans.

En 1982, quelqu'un réussit à s'infiltrer dans le palais de Buckingham.

A partir des années 1980, la presse à sensation et le public se prirent d'intérêt pour la vie privée de la famille royale, allant jusqu'à inventer des histoires ou des prises de position. Les supputations quant à la fortune de la famille royale et des histoires d'adultères contribuèrent à modifier l'opinion du public.

En 1991, pour la première fois la Reine fit un discours à une session conjointe du Congrès des États-Unis.

L'année 1992 fut qualifiée par la Reine elle-même d'année horrible. à cause de deux divorces, de l'incendie du château de Windsor et des critiques de la monarchie. La monarchie fut critiquée et cela accrut le désamour du public134. En décembre intervient une autre sépération, celle du prince Charles de Galles et Diana Spencer. En 1997, Diana mourut dans un accident de voiture à Paris le 31 août.

Le jubilé d'or en 2002 marque les 50 ans de règne de la reine Elizabeth II. De nombreux voyages attirent encore les foules. Des soucis de santé touchent la reine, même s'ils ne sont parfois que des rumeurs alimentées par les journalistes.


La reine Elizabeth II

En 2007, le Daily Telegraph assure que la reine est en désaccord avec Tony Blair, premier ministre, excepté sur les relations avec l'Irlande du Nord.

En mai 2011 eut lieu la première visite officielle d'un monarque britannique en Irlande depuis son indépendance il y a près de 90 ans.

Un jardin mémorial est inauguré par la Reine après le 11 septembre pour les victimes britanniques des attentats de New-York.

Le jubilé de diamant en 2012 marque les 60 années de règne. Cette fois-ci, la tournée qu'elle effectua se concentra sur le Royaume-Uni, tandis que ses enfants et petits-enfants partirent dans le reste du Commonwealth.

En 2012, la reine participa à l'ouverture des Jeux olympiques organisés à Londres.

En 2013, la Reine Elizabeth II réhabilite la mémoire du mathématicien Alan Turing, qui avait été condamné pour homosexualité.

L'année suivante, ont lieu les commémorations du débarquement de Normandie.

Élisabeth II est depuis le 9 septembre 2015 le monarque britannique qui aura eu le plus long règne.

 

-> Biographies célèbres

-> Résumé des actualités

Classé dans : Actualités, Culture Générale - Mots clés : reine Elizabeth, Elizabeth II, reine d'angleterre, courte biographie, biographie reine Elizabeth, courte biographie Elisabeth II, Royaume-Uni, commonwealth - 1 commentaire

Le pacte de Marrakech formellement approuvé

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 10 décembre 2018

 

Le pacte de Marrakech, ou en version longue, Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières a été approuvé en présence de 159 pays.

 

Il a été refusé par les Etats-Unis, l'Australie, Israël et la Suisse et par 6 pays de l'UE : la Hongrie, la République tchèque, l'Autriche, la Slovaquie, la Croatie et l'Estonie.

Le texte fait également débat en Bulgarie, Italie, Allemagne et Belgique.

Le pacte est non contraignant.

Le pacte est controversé. Surtout de la part des nationalistes (voir : comprendre la politique), le pacte ne fait pas l'unanimité.

 

 

 

Que dit le Pacte de Marrakech

 

Par le présent Pacte mondial, nous nous engageons collectivement à améliorerla coopération en matière de migration internationale

Pacte de Marrakech

 

 

Le  présent  Pacte  mondial  a  pour  objet  d’atténuer  les  facteursnégatifs  etstructurels qui empêchent les individus de trouver et de conserver des moyens desubsistance durables dans leur pays d’origine et les forcent à rechercher un avenirailleurs. Il vise à réduire les risques et les vulnérabilités auxquels sont exposés lesmigrants aux différentes étapes de la migration en promouvant le respect, la protectionet  la  réalisation  de  leurs  droits  de  l’homme  et  en  prévoyant  la  fourniture  d’une assistance et de soins.

Pacte de Marrakech

 

 

>> Les grands principes sur lesquels est basé le pacte de Marrakech :

 

  1. Priorité à la dimension humaine
  2. Coopération internationale
  3. Souveraineté nationale
  4. Primauté du droit et garanties d’une procédure régulière
  5. Développement durable
  6. Droits de l’homme
  7. Prise en compte de la problématique femmes-hommes
  8. Adaptation aux besoins de l’enfant
  9. Approche mobilisant l’ensemble des pouvoirs publics
  10. Approche mobilisant l’ensemble de la société

 

Nous  avons  appris  que  les  migrations  font  partie  intégrante  de  lamondialisation, reliant entre elles les sociétés d’une même région et d’une région àl’autre et faisant de nous tous des pays d’origine, de transit et de destination.

 

 

>> Les objectifs du pacte de Marrakech

 

 

 

-> Résumé des actualités 2018

 

Classé dans : Actualités - Mots clés : pacte de Marrakech, migrations, actualités, 2018 - Aucun commentaire

Fil RSS des articles de cette catégorie

page 1 sur 27 suivante »