Réussir Sciences Po

 

 

Réussir mieux et plus fort :

 

 

Explications du Discours de la Méthode - Descartes

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 16 octobre 2013

 

Le Discours de la Méthode est publié par Descartes en 1637. Voici un résumé des idées énoncées par Descartes dans cet essai, qui servait d'introduction à des traités scientifiques qu'il avait rédigés. Ce résumé est accompagné d'explications et d'analyses pour mieux comprendre les concepts évoqués par Descartes.

 

=> Lire l'ebook GRATUIT Discours de la Méthode - Descartes

 

>> Première partie du Discours de la Méthode - Descartes

 

 

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont.

René Descartes, Discours de la Méthode, Première partie

 

Résumé : Descartes ouvre le Discours de la Méthode en partant de ce constat simple : chacun a du bon sens, c'est-à-dire chacun a de la raison.

 

 

Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien.

René Descartes, Discours de la Méthode, Première partie

 

Résumé : Descartes s'explique avec un exemple : quelqu'un qui avancerait lentement, mais dans le bon chemin, irait bien plus loin que quelqu'un qui avancerait rapidement, mais en s'éloignant du chemin.

 

Je savais que les langues, qu'on y apprend, sont nécessaires pour l'intelligence des livres anciens ; que la gentillesse des fables réveille l'esprit ; que les actions mémorables des histoires le relèvent, et qu'étant lues avec discrétion, elles aident à former le jugement ; que la lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés, qui en ont été les auteurs, et même une conversation étudiée, en laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées ; que l'éloquence a des forces et des beautés incomparables ; que la poésie a des délicatesses et des douceurs très ravissantes ; que les mathématiques ont des inventions très subtiles, et qui peuvent beaucoup espérer, tant à contenter les curieux qu'à faciliter tous les arts, et diminuer le travail des hommes ; que les écrits qui traitent des moeurs contiennent plusieurs enseignements et plusieurs exhortations à la vertu qui sont fort utiles ; que la théologie enseigne à gagner le ciel ; que la philosophie, donne moyen de parler vraisemblablement de toutes choses, et se faire admirer des moins savants ; que la jurisprudence, la médecine et des autres sciences, apportent des honneurs et des richesses à ceux qui les cultivent ; et enfin, qu'il est bon de les avoir toutes examinées, même les plus superstitieuses et les plus fausses, afin de connaître leur juste valeur, et se garder d'en être trompé.

René Descartes, Discours de la Méthode, Première partie

 

Résumé : Ce passage - cette phrase - est célèbre dans l'oeuvre de Descartes, c'est pourquoi nous l'avons reproduit dans son ensemble. Il liste autant de domaines de connaissance qui trouvent une application dans la réalité, et voit comment ils peuvent être bénéfiques. Descartes cite en quelque sorte toutes les vertus des connaissances qu'il a reçues, avant d' écarter ces mêmes connaissances par le doute. Dans le paragraphe suivant, Descartes critique également certains usage faits de ces connaissances. A noter que la mention à propos de la philosophie "se faire admirer des moins savants" est une allusion ironique contre ceux qui veulent paraître brillants plutôt que chercher la vérité.

 

 

>> Deuxième partie du Discours de la Méthode - Descartes

 

 

René Descartes - Discours de la Méthode

Descartes se propose de suivre quatre préceptes en toutes circonstances dans ses recherches.

 

Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connaisse évidemment être telle.

René Descartes, Discours de la Méthode, Deuxième partie

 

Le second, de diviser chacune des difficultés que j'examinerais, en autant de parcelles qu'il se pourrait et qu'il serait requis pour les mieux résoudre.

René Descartes, Discours de la Méthode, Deuxième partie

 

Le troisième, de conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu, comme par degrés, jusques à la connaissance des plus composés

René Descartes, Discours de la Méthode, Deuxième partie

 

Et le dernier, de faire partout des dénombrements si entiers, et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre.

René Descartes, Discours de la Méthode, Deuxième partie

 

 

>> Troisième partie du Discours de la Méthode - Descartes

 

 

afin que je ne demeurasse point irrésolu en mes actions, pendant que la raison m'obligerait de l'être en mes jugements, et que je ne laissasse pas de vivre dès lors le plus heureusement que je pourrais, je me formai une morale par provision

René Descartes, Discours de la Méthode, Troisième partie

 

Résumé : Descartes a décidé de douter de tout, tant qu'il n'aurait pas une certitude. Mais il est conscient que cette démarche prend du temps. C'est pourquoi, en attendant d'atteindre une certitude, il décide de garder une "morale par provision". Cette morale par provision doit lui permettre de continuer à vivre heureusement tout le temps qu'il lui faudra pendant qu'il met à l'oeuvre sa méthode du doute.

 

Cette morale par provision, Descartes la définit par trois ou quatre maximes.

 

La première était d'obéir aux lois et aux coutumes de mon pays, retenant constamment la religion en laquelle Dieu m'a fait la grâce d'être instruit

René Descartes, Discours de la Méthode, Troisième partie

 

Résumé : Pour suivre cette morale par provision, il s'agit de vivre comme les autres membres de la société, comme ce qui paraît être normal à l'époque, et surtout ce qui est modéré. L'excès est souvent considéré comme mauvais ; Descartes choisit donc de vivre selon des opinions modérées. Il veut ainsi suivre les opinions des "mieux sensés" de la société dans laquelle il vit.

 

 

Ma seconde maxime était d'être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrais

René Descartes, Discours de la Méthode, Troisième partie

 

Résumé : Descartes prend ici un exemple : il vaut mieux, lorsque l'on est égaré dans une forêt, marcher franchement dans une même direction, plutôt que d'hésiter et d'errer. Et lors de cette morale par provision, mieux vaut suivre les opinion les plus probables : "lorsqu'il n'est pas en notre pouvoir de discerner les plus vraies opinions, nous devons suivre les plus probables".

 

Ma troisième maxime était de tâcher toujours plutôt à me vaincre que la fortune

René Descartes, Discours de la Méthode, Troisième partie

 

Résumé : Descartes choisit de changer ses propres pensées, ses propres désirs, plutôt que d'essayer vainement de changer le cours du monde. Il rejoint ainsi une longue tradition philosophique, et fait de "nécessité vertu". Dans cette morale par provision, et pour être content, il ne faut pas désirer quelque chose sur lequel on n'a pas de pouvoir.

 

tout mon dessein ne tendait qu'à m'assurer, et à rejeter la terre mouvante et le sable, pour trouver le roc ou l'argile.

René Descartes, Discours de la Méthode, Troisième partie

 

Résumé : C'est par cette formule que Descartes s'oppose lui-même aux sceptiques, notamment du XVIe siècle. Pour lui, les sceptiques "ne doutent que pour douter" : ils sont irrésolus, ne s'appuient sur rien, et s'enlisent dans cette terre mouvante et ce sable. Descartes lui, grâce à la morale par provision et la méthode du doute, n'a pas d'autre but que de découvrir enfin des certitures et des vérités, c'est-à-dire du dur sur lequel s'appuyer, tout comme le roc et l'argile.

 

 

>> Quatrième partie du Discours de la Méthode - René Descartes

 

 

[Il fallait] que je rejetasse, comme absolument faux, tout ce en quoi je pourrais imaginer le moindre doute

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Descartes applique sa méthode du doute. Tout ce sur lequel il a le moindre doute doit être rejeté, pour ne s'appuyer que sur du certain.

 

Ainsi, à cause que nos sens, nous trompent quelquefois, je voulus supposer qu'il n'y avait aucune chose qui fût telle qu'ils nous la font imaginer. Et parce qu'il y a des hommes qui se méprennent en raisonnant, (...) je rejetai comme fausses toutes les raisons que j'avais prises auparavant pour démonstrations. Et enfin, (...) je me résolus de feindre que toutes les choses qui m'étaient jamais entrées en l'esprit, n'étaient non plus vraies que les illusions de mes songes.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Le doute s'applique ici aux sens, ensuite au raisonnement, et même à l'esprit. Chaque fois, Descartes est pris d'un doute quant à eux : il pourrait bien n'être qu'en train de rêver, ou d'être trompé soit par ses sens soit par sa raison. Il en arrive ainsi à douter de tout.

 

Mais, aussitôt après, je pris garde que, pendant que je voulais ainsi penser que tout était faux, il fallait nécessairement que moi, qui le pensais, fusse quelque chose.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : C'est justement ce doute sur tout et sur lui-même qui lui fait prendre conscience que pour douter, il doit bien exister. Il doit bien être quelque chose pour pouvoir douter.

 

Et remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis, était si ferme et si assurée que toutes les plus extravagantes suppositions des sceptiques n'étaient pas capables de l'ébranler, je jugeai que je pouvais la recevoir, sans scrupule, pour le premier principe de la philosophie, que je cherchais.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : C'est le moment le plus important du Discours de la méthode, car c'est la première vérité que Descartes établit pour sûr. C'est ce premier principe qui lui permet de sortir du doute, de connaître quelque chose de façon certaine, c'est l'objectif qu'il s'était donné. Du fait même qu'il pense, il est certain qu'il existe.

 

René Descartes

je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser, et qui, pour être, n'a besoin d'aucun lieu, ni ne dépend d'aucune chose matérielle.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Pour en arriver à cette conclusion, Descartes feint n'avoir aucun corps, et pense même qu'il n'y a pas de monde. Tandis qu'il ne peut pas feindre qu'il ne pense pas, il peut feindre qu'il n'a pas de corps et qu'il n'y a pas de monde. Il est donc une substance qui pense. Toute l'essence de cette substance est seulement de penser.

 

 

En sorte que ce moi, c'est-à-dire l'âme par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Pour exister, l'âme ne dépend aucunement de ce qui est matériel. En effet, l'âme n'est qu'une substance dont la nature est de penser. Descartes en conclut donc que l'âme, c'est-à-dire son être, est séparée du corps. L'âme est distincte du corps.

 

Et ayant remarqué qu'il n'y a rien du tout en ceci : je pense, donc je suis, qui m'assure que je dis la vérité, sinon que je vois très clairement que, pour penser, il faut être : je jugeai que je pouvais prendre pour règle générale, que les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement, sont toutes vraies

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Descartes cherche ce qui désormais lui montrera le vrai du faux. Pour savoir ce qu'il peut considérer comme vrai à l'avenir, il étudie comment il a su que son existence était vraie. Il a su que "je pense donc je suis" était vrai seulement parce qu'il en a eu une idée claire. Ainsi, est vrai ce dont on peut avoir une idée très claire.

 

je voyais clairement que c'était une plus grande perfection de connaître que de douter, je m'avisai de chercher d'où j'avais appris à penser à quelque chose de plus parfait que je n'étais

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Connaître relève d'une plus grande perfection que de douter. Descartes tient cette idée pour vraie, car elle est claire en lui. Or lui-même, Descartes, ne connaît pas tout. Il s'interroge donc, comment peut-il avoir l'idée de quelque chose d'encore plus parfait que lui ? Qui a mis en lui l'idée qu'il existe quelque chose de plus parfait que lui ?

 

il restait qu'elle eût été mise en moi par une nature qui fût véritablement plus parfaite que je n'étais, et même qu'il eût en soi toutes les perfections dont je pouvais avoir quelque idée, c'est-à-dire, pour m'expliquer en un mot, qu'il fût Dieu.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : C'est ainsi que Descartes montre l'existence de Dieu. L'idée de ce qui est plus parfait vient pour lui nécessairement de ce qui est encore plus parfait. Ainsi, l'idée de parfait vient forcément d'un être parfait. Et c'est cet être parfait que Descartes nomme Dieu.

 

Et que les meilleurs esprits y étudient, tant qu'il leur plaira, je ne crois pas qu'ils puissent donner aucune raison qui soit suffisante pour ôter ce doute, s'ils ne présupposent l'existence de Dieu.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus de l'existance de Dieu, Descartes ajoute un autre argument. Celui qui ne croit pas en Dieu croit posséder de nombreuses choses : il croit avoir un corps, il croit qu'il existe des astres, qu'il y a un monde. Mais il ne peut pas le prouver : il pourrait très bien être en train de rêver, et ses sens lui faire croire qu'il y a un monde et des astres, alors qu'en fait il n'y en a pas. Selon Descartes, pour être certain de tout cela, ils doivent nécessairement admettre l'existence de Dieu.

 

[Que] les choses que nous concevons très clairement et très distinctement, sont toutes vraies, n'est assuré qu'à cause que Dieu est ou existe, et qu'il est un être parfait, et que tout ce qui est en nous vient de lui.

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : L'existence de Dieu est important pour Descartes, car elle garantit l'existence de toutes les choses. Pour lui, Dieu étant un être parfait, tout dépend de lui. C'est Dieu qui permet donc aux choses d'exister. Ainsi les idées claires que l'on a sont vraies grâce à Dieu.

 

la raison ne nous dicte point que ce que nous voyons ou imaginons ainsi soit véritable

René Descartes, Discours de la Méthode, Quatrième partie

 

Explications : Descartes utilise un exemple : quand nous voyons le soleil, on ne doit pas en conclure qu'il a la taille que nous voyons. Et quand nous nous représentons en imagination une chimère, on ne doit pas en conclure qu'il existe bien une chimère dans le monde.

 

 

 

>> Cinquième partie du Discours de la Méthode - Descartes

 

 

l'action par laquelle maintenant il le conserve [le monde], est toute la même que celle par laquelle il l'a créé

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : Descartes tient pour certain une opinion admise généralement par les théologiens. Le monde non seulement a dû être créé, mais en plus il doit être maintenu. Dieu est l'auteur de cette création et de ce maintien. Et le maintien du monde est de la même nature que la création du monde : Dieu crée sans cesse pour maintenir le monde.

 

 

s'il y avait de telles machines, qui eussent les organes et la figure d'un singe, ou de quelque autre animal sans raison, nous n'aurions aucun moyen pour reconnaître qu'elles ne seraient pas en tout de même nature que ces animaux

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : Descartes considère que le fonctionnement animal est machinal. Cette théorie a été contestée par de nombreux auteurs.

 

jamais elles ne pourraient user de paroles, ni d'autres signes en les composant

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : Descartes explique une différence fondamentale qui permettrait de distinguer entre des machines faites à la ressemblance des hommes et des vrais hommes. Un critère déterminant serait le langage : les machines ne pourraient jamais avoir des paroles cohérentes et arrangées dans ce but. En effet, Descartes reconnaît que des machines perfectionnées pourraient reproduire les sons de la parole, mais jamais elles ne pourraient adapter et arranger ces paroles de manière à produire du sens en toutes situations.

 

bien qu'elles fissent plusieurs choses aussi bien, ou peut-être mieux qu'aucun de nous, elles manqueraient infailliblement en quelques autres

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : C'est la seconde différence fondamentale pour reconnaître les vrais hommes des machines. Les machines pourraient être aussi performantes qu'un humain dans un domaine, et même le surpasser en effectuer des gestes plus précis par exemple, mais les machines n'auraient pas de telles performances dans tous les autres domaines et dans toutes les situations de la vie. Il est moralement impossible qu'une machine puisse agir en toutes les occurrences de la vie aussi bien que le permet la raison humaine.

 

par ces deux mêmes moyens, on peut aussi connaître la différence qui est entre les hommes et les bêtes.

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : De même, le fonctionnement animal est comme une machine. Les différences constatées entre l'homme et la machine sont donc les mêmes entre l'homme et l'animal pour Descartes. Si bien que pour distinguer l'homme de l'animal, il est possible d'appliquer les deux critères identifiés : les paroles arrangées pour donner du sens en fonction des situations, ainsi que la faculté de s'adapter à toutes les situations de la vie et d'agir en conséquence.

 

c'est une chose bien remarquable, qu'il n'y a point d'hommes si hébétés et si stupides sans en excepter même les insensés, qu'ils ne soient capables d'arranger ensemble diverses paroles

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : Pour Descartes, tous les hommes sont capables de la parole. En effet, tous les hommes, même les plus défavorisés, handicapés, ou fous, sont aptes à produire des paroles arrangées pour donner du sens. Il n'y a pas besoin de beaucoup de raison pour savoir parler.

 

ceci ne témoigne pas seulement que les bêtes ont moins de raison que les hommes, mais qu'elles n'en ont point du tout.

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : C'est la preuve, pour Descartes, que les animaux sont dépourvus de raison. Ce n'est pas qu'ils n'ont qu'une très faible raison qui les rende incapables de converser, c'est qu'ils n'ont pas du tout de raison. De même, Descartes rejette l'hypothèse selon laquelle les animaux auraient leur propre langage que l'homme ne comprendrait pas, en objectant que si vraiment les animaux avaient leur propre langage, ils pourraient se faire comprendre des hommes, ayant des organes similaires.

 

c'est la nature qui agit en eux.

René Descartes, Discours de la Méthode, Cinquième partie

 

Explications : Cette formule résume les conclusions de Descartes quant aux animaux, pour savoir s'ils sont doués de raison et ce qui les fait vivre. Pour Descartes, les animaux n'ont aucune raison. Ce qui le montre encore, c'est que si les animaux peuvent être plus efficaces que l'homme dans un certain type d'action, ils ne le sont pas dans toutes les situations et pour toutes les actions. C'est encore là pour Descartes une preuve que les animaux sont dépourvus de raison, et que c'est uniquement "la nature qui agit en eux".

 

 

 

>> Sixième partie du Discours de la Méthode - Descartes

 

 

il est possible de parvenir à des connaissances qui soient fort utiles à la vie

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Dans cette partie, Descartes rend compte de l'intérêt qu'il aurait ou non à publier le livre du Discours de la Méthode. Dans ses considérations, il commence par rappeler combien les connaissances peuvent être utiles à l'homme, peuvent être utiles à la vie. C'est une certaine idée du progrès : le progrès est possible grâce à la connaissance.

 

nous les pouvons employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Cette affirmation est devenue célèbre pour justifier le progrès de la technique. Il faut cependant bien comprendre ce qu'entend Descartes par se rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. Les connaissances pratiques, par exemple les connaissances de la force et des actions du feu, de l'eau, de l'air, et de tous les autres corps, permettent à l'homme d'agir sur l'environnement. Il ne s'agit pas pour autant de devenir véritablement maîtres et possesseurs de la nature. C'est là le rôle de Dieu pour Descartes. Il s'agit seulement de devenir comme maîtres et possesseurs de la nature, c'est-à-dire d'agir sur la nature pour mieux y vivre.

 

Ce qui n'est pas seulement à désirer pour l'invention d'une infinité d'artifices, qui feraient qu'on jouirait, sans aucune peine, des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s'y trouvent, mais principalement aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : D'abord, Descartes considère les bienfaits que peuvent apporter la technique, ou la mise en application des connaissances. Ce serait faciliter le travail de l'homme, et lui offrir de profiter davantage de la nature. Ensuite, il pose la médecine comme le bien majeur. D'autant que l'esprit dépend de la bonne santé du corps, la médecine permettrait aux hommes de devenir plus sage et plus habile.

 

Car, bien qu'il soit vrai que chaque homme est obligé de procurer, autant qu'il est en lui, le bien des autres, et que c'est proprement ne valoir rien que de n'être utile à personne, toutefois il est vrai aussi que nos soins se doivent étendre plus loin que le temps présent, et qu'il est bon d'omettre les choses qui apporteraient peut-être quelque profit à ceux qui vivent, lorsque c'est à dessein d'en faire d'autres qui en apportent davantage à nos neveux.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes se demande alors s'il doit publier ou non le Discours de la Méthode. Publier maintenant l'ouvrage procurerait du bien aux autres, car il serait utile et constituerait un progrès dans la recherche. Cependant, Descartes craint que les controverses provoquées, les oppositions, ne ralentissent son travail futur. Or Descartes s'est justement donné comme objectif de poursuivre sa recherche du savoir, et répondre aux oppositions le gênerait dans cette activité. C'est pourquoi, bien que publier son livre procurerait du bien aux autres, il se demande si le bien ne sera pas plus grand s'il attend encore avant de le publier. Le terme "neveux" signifie ici descendants.

 

je n'ai jamais remarqué non plus que, par le moyen des disputes qui se pratiquent dans les écoles, on ait découvert aucune vérité qu'on ignorât auparavant : car, pendant que chacun tâche de vaincre, on s'exerce bien plus à faire valoir la vraisemblance, qu'à peser les raisons de part et d'autre ; et ceux qui ont été longtemps bons avocats ne sont pas pour cela, par après, meilleurs juges.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes cherche toujours à peser les raisons pour lesquelles il devrait publier ou non le Discours de la Méthode. Il sait que sa publication entraînerait des controverses, et étudie si ces controverses seraient profitables. Tout en rappelant qu'il n'est pas infaillible, Descartes explique pourquoi de telles controverses n'apporteraient aucun bénéfice. Après avoir observé qu'on lui a rarement fait une objection qu'il n'avait pas lui-même prévue, il pointe dans ce passage le caractère stérile de certains débâts. Lors de ces débâts en effet, Descartes remarque qu'il s'agit le plus souvent d'avoir l'air d'avoir raison, mais non d'établir la vérité en considérant les raisons de chacun. C'est un travail d'avocat, et non de juge, si bien que le débât n'a pas apporté une nouvelle vérité qu'on ignorait avant. Ainsi, les controverses auxquelles donneraient lieu la publication du Discours de la Méthode n'apporteraient pas de nouvelle vérité, ces controverses n'instruiraient pas davantage.

 

on ne saurait si bien concevoir une chose, et la rendre sienne, lorsqu'on l'apprend de quelque autre, que lorsqu'on l'invente soi même.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Pour prolonger le travail du Discours de la Méthode, Descartes considère être le mieux placé. Ce n'est pas parce que les autres sont moins intelligents, au contraire il y en a sans doute de plus intelligents, mais c'est parce qu'un concept se connaît le mieux lorsqu'on l'a inventé par soi-même plutôt que lorsqu'on l'a appris de quelqu'un d'autre. Descartes ayant lui-même conçu le Discours de la Méthode, il est le plus à même de poursuire son travail.

 

 

bien que j'aie souvent expliqué quelques unes de mes opinions à des personnes de très bon esprit (...) ils les ont changées presque toujours en telle sorte que je ne les pouvais plus avouer pour miennes.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes remarque un fait général : les paroles d'un philosophe sont toujours transformées. Même si sur le moment, les personnes semblent avoir très bien compris ce que voulait dire tel philosophe, il s'avère qu'à la fin les propos sont tansformés. Et ils sont tellement transformés qu'en fin de compte ils ne représentent plus du tout les intentions de ce philosophe. Descartes craint d'être victime d'un tel processus, et demande pour l'éviter que les descendants ne tiennent compte que des propos qui leur viennent directement de l'auteur, en l'occurrence seulement les propos de Descartes lui-même.

 

Ils sont comme le lierre, qui ne tend point à monter plus haut que les arbres qui le soutiennent, et même souvent qui redescend, après qu'il est parvenu jusques à leur faite

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes critique là par une comparaison les spectateurs qui rapportent mal les propos d'un auteur. Ces spectateurs (le lierre) croient comprendre les propos d'un auteur, croient comprendre l'intention de cet auteur (l'arbre), et comettent la faute de mal utiliser les propos de l'auteur.

 

non contents de savoir tout ce qui est intelligiblement expliqué dans leur auteur, veulent, outre cela, y trouver la solution de plusieurs difficultés dont il ne dit rien et auxquelles il n'a peut-être jamais pensé.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : C'est une explication de la comparaison avec le lierre. Ainsi, ceux qui étudient un auteur, c'est-à-dire les spectateurs, le lierre, prennent les propos de l'auteur pour répondre à d'autres questions auxquelles l'auteur n'a peut-être jamais pensé. Ces spectateurs assimilés au lierre, alors qu'ils semblaient avoir atteint les idées de l'auteur, de l'arbre, ne font finalement que redescendre, car ils galvaudent les propos de l'auteur.

 

s'ils veulent savoir parler de toutes choses et acquérir la réputation d'être doctes, ils y parviendront plus aisément en se contentant de la vraisemblance, qui peut être trouvée sans grande peine en toutes sortes de matières, qu'en cherchant la vérité

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes avance encore des arguments qui l'inciteraient à ne pas publier le Discours de la Méthode. La recherche de la vérité se fait uniquement peu à peu, elle est lente. Rechercher la vérité n'est pas intéressant pour qui veut paraître cultivé et intelligent : ceux-là n'ont qu'à faire semble, ils n'ont qu'à chercher la vraisemblance. Or le Discours de la Méthode, qui s'inscrit au contraire dans une recherche nécessairement lente de la vérité, serait inutile pour tous ceux-là

 

m'étant toujours ainsi tenu indifférent entre le soin d'être connu ou ne l'être pas, je n'ai pu empêcher que je n'acquisse quelque sorte de réputation, j'ai pensé que je devais faire de mon mieux pour m'exempter au moins de l'avoir mauvaise.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : Descartes donne finalement les raisons qui l'ont poussé à écrire et publier le Discours de la Méthode. Une des raisons est qu'il a besoin de l'aide d'autrui pour conduire certaines expériences, afin de progresser dans ses recherches. Mais la raison ici exposée est la crainte d'être victime de malentendus : certains en effet ont su que Descartes voulait peut-être faire imprimer ses écrits. Il s'agit de sauver sa réputation, car s'il ne publiait pas le Discours de la Méthode, certains pourraient penser que c'est pour de mauvaises raisons qu'il ne les publie pas.

 

Et si j'écris en français, qui est la langue de mon pays, plutôt qu'en latin, qui est celle de mes précepteurs, c'est à cause que j'espère que ceux qui ne se servent que de leur raison naturelle toute pure, jugeront mieux de mes opinions, que ceux qui ne croient qu'aux livres anciens.

René Descartes, Discours de la Méthode, Sixième partie

 

Explications : C'est une particularité connue du Discours de la Méthode, que l'ouvrage a été publié en français et non en latin comme il était d'usage à l'époque. Le latin est en effet la langue des savants, tandis que le français pourrait paraître vulgaire pour les plus rigoureux. Descartes se justifie lui-même d'avoir choisi le français, car il ne veut s'adresser qu'à la raison pure, il ne s'adresse qu'à ceux qui utilisent leur bon sens, et se veut accessible au large public.

 

 

Nous vous conseillons de lire dans son intégralité le Discours de la méthode, un ouvrage fondateur de la philosophie, et qui pour les plus pressés a l'avantage d'être rapidement lu.

 

 

=> Lire l'ebook GRATUIT Discours de la Méthode - Descartes

 

-> Sujet corrigé : Lettres à Elisabeth de René Descartes <-

 

 


Partagez si vous avez aimé !

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : discours de la méthode, analyse, explication, résumé, partie 4, partie 5, 6ème partie, comprendre, dissertation, Descartes - 26 commentaires


26 commentaires

#1 • cherif • lundi 03 février 2014 à 08:03

résumé intéressante

#2 • veronique • lundi 03 mars 2014 à 14:27

le corps pour DESCARTES est considere comme le tombeau:en effet pour atteindre la verite,l'homme doit mettre le corps entre parentheses et vivre avec l'esprit pour s'elever vers le monde de la connaissance.le corps trompe l'homme et le conduit a l'erreur mais l'esprit au contraire le guide vers le bon sens.

#3 • Lola • dimanche 16 mars 2014 à 18:33

Grâce à ce résumé, j'ai pu comprendre une bonne partie du livre et achevé un travail demandé pour le bac. Merci beaucoup.

#4 • Bernard • lundi 02 juin 2014 à 22:32

J'ai pu moi aussi achever un travail qui m'a été donne,milles merci...

#5 • joseph cyrille Mvondo • samedi 07 juin 2014 à 10:00

Descartes était un écrivain prolifique qui a su accorder de la valeur à la pensée.le doute qui est au fondement meme de sa philosophie lui a permit de reconstituer ses connaissances sur des bases solides.et cet esprit critique qui le caractérisait est la nature intrinsèque de l'activité philosophique.

#6 • Ibou Iverson • mercredi 16 juillet 2014 à 00:25

Les résumés sont intéressants

#7 • fousseyni ouattara dit wattao • vendredi 15 août 2014 à 12:42

le doute cartésien nous permet d'éviter les erreurs au cours de nos recherches pour accéder au connaissance claire et distincte , il est le héros de la philosophie moderne et il a fait naître l'homme nouveau pour donner une nouvelle forme à la connaissance qui est différente de celle des scolastiques qui croyaient aveuglement sans jugement aux choses .

#8 • gilbert • samedi 29 novembre 2014 à 10:08

alors moi j'ai le doute sur le jugement que porte Descartes, sur les animaux (du moins certains). Mais j'y réfléchirai encore jusqu'à en çetre certain......

#9 • Ronald DORZILUS • dimanche 28 décembre 2014 à 05:14

Alors bien que l'homme est complètement différent des animaux selon Descartes mais je me demande est ce que la différence de l'un ne confirme pas l'importance de l'autre. Je pense que le doute est un antrave pour le cerveau de l'homme.

#10 • KONE MAMADOU • vendredi 20 février 2015 à 09:22

Je remercie beaucoup le rédacteur de cette explication du Discours de la Méthode de René Descartes

#11 • Julie • samedi 21 février 2015 à 11:54

Un grand merci pour ce résumé très clair et très instructif, qui insiste bien sur les éléments clés et permet de rendre le propos de Descartes accessible !

#12 • francis guehi koffi • lundi 09 mars 2015 à 19:40

pour Descartes se sont dans les mathématiques qu'il se plaisait car leurs certitude sont évidente

#13 • sanogo nourra • jeudi 14 mai 2015 à 21:30

merci bcp a vs qui m avez permi d acquerir plus d connaissaces que dieu vs benisse

#14 • yatoucheri • mardi 26 mai 2015 à 13:44

quelle explication si claire et bien detaillee nice nice nice

#15 • kakule kamavu • jeudi 15 octobre 2015 à 20:08

Merci beaucoup pour ce résume.Il m'a été d'un grand profit.

#16 • leslie • lundi 23 novembre 2015 à 19:39

Ces résumés m'ont été très bénéfiques

#17 • silue • jeudi 26 novembre 2015 à 13:04

j'apprecie vraiment la methode elaboree par descartes afin de parvenir a la veritee sur la connaissance de l'homme. en effet le doute apparait comme une activitee de la pensee hors le faite de douter de tout et de savoir que nous somme entrain de douter nous montre que la penser est la nature de l'homme.

#18 • tiemongo • jeudi 26 novembre 2015 à 13:12

merci pour votre agreable resume car sa m'a permis de mieux comprendre le doute methodique de descartesgg

#19 • YAO Yao Germain • mercredi 16 décembre 2015 à 04:48

Ce résumé permet de comprendre aisement Descartes.

#20 • Roger Serge Mendouga • mardi 19 janvier 2016 à 14:36

la méthode de R Descartes invite l'homme à l'examen de tout et du tout. Puisque le corps est objet alors, il faut se laisser guider par l'esprit, qui, seul est capable de trouver la vérité.

#21 • Hüseyn Qurbanov • mercredi 24 février 2016 à 20:09

Logically complete cosmological concept. /due to lack of knowledge of the English language was not able to correct the translation Implemented by Google/

In order to present the unlimited space originally:
1. homogeneous - enough to postulate the presence in it of two elements with Simple and Complex /closed systematically/
2. heterogeneous - enough to postulate the presence in it of one more element - the Most High and Almighty God - with open systematically.
It is easy to assume that even at the lowest possible deployment of the intangible component of the essence of God - the Spirit of God - for the level of the original downwardly directed the permanent deployment of the material component of the essence of God, there is a curtailment of Simple and Complex /i.e.. It is their decay due to blocking of origin upwardly directed constantly deploy intangible components of the entity / as much as possible heterogeneous to God's essence minimum possible number of cell uniformity (1H), and God on the basis of the material components of the 1H deploys the minimum possible heterogeneous to its essence as possible numerically elemental homogeneity (2H). Coagulation process will begin in 2H known God start time since the completion of its deployment. curtailment of the Spirit of God to the level of initial deployment again unfolds 1H - God potential for transformation 1H into 2H and 1H into 2H limitless!

#22 • Chadrack Saiba • mercredi 05 octobre 2016 à 17:46

Chers amis philosophes peut-être vous lisez le Discours de la méthode ou carrément les critiques sur le doute méthodique et vous y passer sans pour autant en mesurer les graves conséquences qui découlent de ce doute: la première conséquence est qu'en doutant je suspens l'existence et en suspendant l'existence je lui donne libre; c'est une manipulation terrible, elle est si terrible puisque trois ou quatre siècles de philosophie on a pu récupérer cette idée et la tourner dans tous les sens jusqu' à fonder un certain nombre des discours dont nous vivons les conséquences aujourd'hui comme dans le volontarisme de la critique de la raison pratique:"Ainsi je veux, ainsi je décide"

#23 • lysa"xia • jeudi 02 février 2017 à 20:35

bah au moins ca m'a sauvez pour lexpo de philo...

#24 • AKODEA • jeudi 23 février 2017 à 05:49

Merci pour tout ce que vous faites pour la communautés des philosophes

#25 • jk • lundi 15 mai 2017 à 14:40

Merci beaucoup pour les explications, ça permet de très bien comprendre Descartes

#26 • brou fabrice • mardi 29 août 2017 à 12:29

merci pour ces bref résumé juste souligné le caractère utilitaire de la sixième partie du discours de la méthode qui nous interpelle a une prise de conscience de la sauvegarde de notre environnement c'est dire l’écologie qui est notre maison d'accueil du coup le conditionnement de toute existence

Fil Rss des commentaires de cet article

Écrire un commentaire


 Se rappeler de moi sur ce site


Quelle est la quatrième lettre du mot dvsvxd ? :