Réussir Sciences Po

 

 

Comment booster votre charisme :
 

 

II.B. La vocation au travail

Rédigé par Intégrer Sciences Po le 04 février 2014

Cours sur le travail : Le travail entre mythes et croyances

 

I. Le travail, une terrible nécessité

I. A. Le travail s'oppose au loisir

I. B. L'esclavage pour s'affranchir du travail

 

 

II. Le travail permet à l'homme de s'accomplir

 

 

II. A. Le travail permet aux hommes de survivre et de progresser

 

II. B. La vocation au travail

 

Max Weber, dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, montre comment le travail est devenu une valeur fondamentale de la religion protestante.

 

Weber

« L'unique moyen de vivre d'une manière agréable à Dieu n'est pas de dépasser la morale de la vie séculière par l'ascèse monastique, mais exclusivement d'accomplir dans le monde les devoirs correspondant à la place que l'existence assigne à l'individu dans la société [Lebensstellung], devoirs qui deviennent ainsi sa « vocation » [Beruf].

Cette idée se développe chez Luther au cours de la première décennie de son activité de réformateur. »

 

Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905)

 

Martin Luther (1483 - 1546) en traduisant la Bible donne au mot Beruf (« travail ») une nouvelle signification : « vocation ». « L'accomplissement dans le monde de la besogne professionnelle est pour lui l'expression extérieure de l'amour du prochain » et par conséquent, le seul moyen de plaire à Dieu est de travailler. Le travail est alors défini comme une vocation de l'homme.

 

 

Les croyances et les mythes ont donc forcé les valeurs du travail et la considération des hommes à son égard.

D'après les croyances grecques et latines, le travail est bien un processus nécessaire et douloureux, auquel il est mieux de se dérober en cherchant le loisir.

Les mythes et la religion ont donné au travail une nouvelle dimension, montrant combien le travail peut se révéler bénéfique, par l'aménagement de la nature et comme signe de l'élection divine.

Le travail se définit donc principalement comme une activité susceptible de souffrance, mais ouverte sur des bénéfices, en tant qu'elle modifie la nature, dans son sens le plus large. Comment le travail se confronte-t-il à la nature ? Cette question est l'objet du second chapitre consacré au travail.


Partagez si vous avez aimé !

Classé dans : Culture Générale - Mots clés : Sciences Po, IEP, travail, cours, culture général, Weber, protestantisme, comprendre, explication - aucun commentaire


Écrire un commentaire


 Se rappeler de moi sur ce site


Quelle est la dernière lettre du mot hgzt ? :