Apprendre mieux avec la Mémoire visuelle et auditive

Qui n'a jamais rêvé de pouvoir apprendre 2 fois plus vite ?

Cela fait pourtant 2400 ans que l'on vous a donné la solution ! Ha ce bon vieux Socrate, qui aurait cru qu'il doublerait vos facultés de mémorisation ?

"Connais-toi toi-même", rappelle Socrate, en faisant allusion au précepte gravé sur le temple de Delphes.

 

Apprendre devient beaucoup plus simple si vous vous connaissez bien. Chaque individu a par définition ses particularités, ses préférences. Il en est de même en terme d'apprentissage, et de mémorisation. Comment apprendre lorsque l'on a une mémoire visuelle ? Comment apprendre avec une mémoire auditive ? Nous vous donnons tous les conseils !

 

>> Êtes-vous visuel ou auditif ?

 

Pour apprendre, plusieurs sens sont mis à contribution. Les deux types qui nous intéressent le plus pour apprendre un cours sont :

  • la mémoire visuelle
  • la mémoire auditive

 

Les autres sens sont bien sûr importants, surtout la mémoire tactile, la mémoire des gestes (c'est elle qui vous permet de vous souvenir comme on roule sur un vélo, comment on tape avec un marteau, etc.). Mais elles ne vous seront pas tellement utiles pour retenir un cours.

Or il s'avère que certains individus sont beaucoup plus sensibles à la mémoire visuelle qu'auditive, ou inversement à la mémoire auditive plutôt que visuelle. Naturellement, nous avons tous en nous des capacités pour ces deux biais, mais il existe une séparation parfois claire entre ceux qui apprennent mieux par la représentation imagée, et les autres par les sons.

Pour savoir si vous êtes plutôt visuel ou auditif, vous pouvez vous tester de multiples façons.

 

Le test du dictionnaire :

 

Par exemple, lorsque vous apprenez un nouveau mot dans le dictionnaire. Trouvez un nouveau mot dans le dictionnaire, prononcez-le. Fermez le dictionnaire. Attendez une demi-minute, fermez les yeux. Et essayez de vous souvenir de ce mot. Là, il s'agit d'analyser très subtilement comment vous vous remémorez ce mot. Vous entendez-vous prononcer intérieurement ce mot, entendez-vous votre voix murmurer dans votre esprit ? Ou avez-vous plutôt l'image du mot écrit en toutes lettres, des couleurs, de la mise en forme - rouge par exemple ou en gras -, et de la définition qui suit, du bloc que vous avez vu ? Dans le premier cas, vous êtes plus sensible à l'auditif, dans l'autre, au visuel.

 

Le test d'actualité :

 

Ce matin, avant d'aller en cours, vous avez pris le métro, le tramway, ou la voiture. Vous avez peut-être écouté la radio, ou lu un quotidien, que ce soit la presse locale ou nationale. De quelles nouvelles vous souvenez-vous le mieux ? Les petits encadrés du journal 20 minutes, avec ses titres bleus, sa police Times New Roman bien nette ? Vous êtes visuel. Ou la voix de la journaliste pressée, qui vous énumère les actualités, et qui juste après le jingle "météo" vous indique la température ? Vous êtes auditif.

Posez-vous ces questions quelques minutes après, et si vous avez du mal à vous faire une idée claire, laissez s'écouler encore un petit laps de temps, cela peut vous aider. Par exemple, se poser la question le soir, voire le lendemain : de quoi vous souvenez-vous de ce matin, ou d'hier ?

 

Le test des cours :

 

Quoi de mieux que de vous mettre dans les conditions de l'épreuve, comme d'habitude ? C'est très simple, le prof vous a annoncé de ranger toutes vos affaires, de ne sortir qu'une feuille, un crayon, et de commencer l'interrogation écrite. Or vous n'avez lu que brièvement le cours juste avant, vous ne vous attendiez-même pas au contrôle, il n'était pas prévenu. Alors vous essayez de trouver les quelques connaissances qui vous resteraient en mémoire. Quelle stratégie adoptez-vous instinctivement ? C'est à votre manière de procéder qu'il faut faire très attention.

Sans y réfléchir, lorsque vous cherchez vos connaissances, vous remémorez-vous le professeur qui parlait hier ? Entendez-vous la voix de votre professeur, qui expliquait tel concept ? Entendez-vous la voix aigüe de votre prof de maths, qui crie presque pour parler, ou entendez-vous le timbre grave de votre prof, qui s'adresse à la classe ? Si oui, alors vous êtes plus sensible à la mémoire auditive !

Ou alors, dans votre quête pour trouver les quelques connaissances que vous pourriez utiliser dans votre copie, vous représentez-vous en esprit la feuille à lignes bleues-grises, avec la couleur de l'encre dessus ? Voyez-vous la page de votre cahier, avec les titres soulignés en rouge, les sous-titres en vert par exemple ? Et dans les paragraphes, ces mots en gras qui sortent du lot ? Parfois même, vous n'arrivez pas à vous souvenir de ce qui est écrit, mais vous vous souvenez de où c'est écrit sur cette page ! En haut à gauche, en bas à droite ? Si c'est plutôt de cette façon que vous cherchez vos connaissances, alors vous êtes plus sensible à la mémoire visuelle !

 

Vous ne savez toujours pas si vous êtes visuel ou auditif ?

 

Pas de souci, le temps aidera à éclaircir vos idées, à vous poser tranquillement. Une fois que vous serez plus au clair, vous vous habituerez lentement à comprendre comment vous essayer de retrouver vos connaissances, comment vous vous souvenez. Il suffira, au fur et à mesure des jours, de vous apprivoisez vous-même. Un moment, vous devrez vous souvenir de quelque chose. Tout naturellement, vous puiserez dans vos souvenirs. Et là, vous repenserez à cet article, vous vous surprendez-même peut-être à avoir utilisé votre mémoire, et vous verrez clairement quel chemin vous a mené à retrouver vos connaissances.

Pour certaines personnes, vous ne pourrez peut-être même pas trouver une méthode plus avantageuse qu'une autre, pour la simple et bonne raison que vous utilisez déjà les deux méthodes ! Que vous êtes aussi bien visuel et auditif, ou en tout cas à des niveaux suffisamment proches pour qu'il soit difficile de distinguer une façon particulière de se souvenir.

Généralement, les hommes comme les femmes sont en moyenne plus souvent sensibles à la méthode visuelle. Peut-être parce que nous sommes plus habitués à nous servir de nos yeux, ou pour d'autres raisons.

Pour autant, il est toujours bénéfique de développer les 2 sens ! Même si vous aurez davantage de facilité en privilégiant une méthode, et vous obtiendrez de meilleurs résultats, plus vite, d'où l'objet de cet article, il ne peut être qu'avantageux pour vous de développer l'autre sens en parallèle. Tout est une question d'entraînement.

 

>> Comment apprendre avec la mémoire auditive

 

Pour vous, la règle d'or est la suivante : écouter en classe ! Ne gâchez pas ce moment où le professeur parle à vous concentrer sur une autre activité, pour la simple et bonne raison qu'il vous sera plus difficile d'apprendre tout seul chez vous par la suite qu'en écoutant simplement. Ecouter votre professeur 5 minutes, c'est se sauver l'équivalent de peut-être 15 minutes chez vous ! Le rendement en vaut la peine.

Vous pouvez également lorsque vous apprenez chez vous ne pas vous contentez de voir les pages de votre cahier, mais vous les réciter mentalement. Prononcer les phrases intérieurement, voire à haute voix même, quand vous travaillez chez vous.

Le dictaphone est par ailleurs une excellente idée. Rien de plus simple, tous les téléphones portables en offrent aujourd'hui la fonctionnalité. Si jamais vous n'en avez pas, vous trouverez sûrement chez vous un vieux lecteur mp3 laissé de côté à tort, une cassette audio enregistrable. Vous pouvez bien sûr vous enregistrer sur l'ordinateur également, les ordinateurs portables ont quasi tous un microphone intégré. L'exercice est très simple : donnez un cours ! Cette fois-ci, c'est vous le prof ! Vous pouvez prendre votre cours, tous les documents dont vous avez besoin, gardez-tout. Et donnez un cours, comme si vous expliquiez à quelqu'un d'autre ce que vous devez apprendre. Ensuite, vous pouvez même vous réécouter, et vous apprendrez naturellement votre cours.

 

>> Comment apprendre avec la mémoire visuelle

 

Sortez les surligneurs ! Tout ce qui peut marquer votre mémoire visuellement est à prendre. Vous pouvez aussi faire des schémas. Les schémas ont l'avantage de rendre l'information plus claire, mais surtout vous vous souviendrez mieux de votre cours car ils auront une forme particulière, ils auront une disposition géométrique spécifique. Lorsque vous apprenez, vous pouvez essayer de "prendre en photo" votre cours avec les yeux. C'est un exercice un peu particulier qui peut sembler étrange, mais si vous tâchez par la force de vos seuls yeux, de ce que vous voyez, de figer ce que vous avez sous les yeux, comme si vous preniez en photo, cela restera mieux dans votre esprit. Vous pouvez même pour jouer davantage le jeu regarder profondément ce qui est écrit, puis cligner des yeux en vous imaginant à cet instant le bruit de l'appareil photo qui prend le cliché. Les mind-map, auquel on consacrera peut-être un article un jour, vous intéresseront et vous permettront de mieux apprendre. Il s'agit de schémas très visuels, qui vous permettent d'associer des informations, pour mieux coller à la logique naturelle du cerveau, qui marche également par associations.

 

Likez cet article si vous avez aimé, et retrouvez d'autres astuces pour mieux apprendre dans la rubrique Méthodologie.

31 Conseils pour vos dissertations

Désormais nous proposons de vous corriger vos copies gratuitement. Voir ici.

Voici quelques conseils tirés de nos premières corrections, anonymement bien sûr.

Ces conseils sont valables pour Sciences Po, mais aussi pour le lycée et le bac par exemple.

 

Histoire :

  1. Toujours commencer par une accroche.
  2. Ne pas oublier les accents sur les mots.
  3. Eviter les pronoms personnels à la 1ère personne, même si c’est acceptable pour la plupart des professeurs. Exemple : comme nous venons de le souligner plus haut -> comme souligné ci-dessus
  4. Eviter le pronom « on », « on est un con » comme certains disent. Exemple : on peut se demander -> il est possible de se demander
  5. première guerre mondiale -> Première Guerre mondiale (mieux avec les majuscules)
  6. Si vous avez deux termes dans le sujet, toujours étudier la relation entre ces deux termes. Ne pas les découper ! Exemple : les relations États-Unis France lors de la Guerre froide. Ne surtout pas faire Grand I : les États-Unis, et Grand II : la France. Il faut les étudier ensemble à chaque fois.
  7. Attention aux petites fautes d’orthographe qui n’ont l’air de rien mais pèsent finalement dans la note. Se relire par exemple.
  8. Les connaissances originales sont très valorisées. On appelle connaissance originale celle qui sort un peu de l’ordinaire, qu’on ne trouve pas dans tous les manuels.
  9. Lorsque vous avez un sujet, y revenir sans cesse dans chaque paragraphe. Comme ça on est sûr de ne pas faire de hors-sujet.
  10. Dissertation d’histoire : Dans l’idéal invoquez des auteurs, des théoriciens, des historiens. Mais ça c’est le niveau topissime, on ne peut pas trop vous demander.
  11. Eviter les jugements de valeur. Exemple : Le terme Hélas implique un jugement de valeur. Attention nous ne sommes pas là pour juger l’histoire, certains peuvent penser que c’était bien ainsi.
  12. Ne jamais répéter ce que l’on a déjà dit : un exemple ou un chiffre que l’on a déjà présenté. Le correcteur aurait l’impression que vous vous répétez.
  13. Au sein d’une partie, attention à ne pas s’éparpiller chronologiquement. Commencer par les évènements les plus anciens puis aller jusqu’aux évènements les plus récents. Bien ordonner les éléments chronologiquement.

Anglais :

  1. En anglais, lorsqu’on vous demande une définition, il est bien de donner la définition générale puis plus précisément celle qui s’applique à l’article dont le terme est tiré.
  2. Eviter les contractions à l’écrit en anglais : We’ll -> We will
  3. En anglais, annoncer le plan dans l’introduction
  4. By the way : à éviter
  5. C’est toujours une bonne idée d’établir une comparaison avec un pays étranger, vous montrez que vous êtes ouverts et cultivés. (éviter la France, vous la connaissez trop bien, préférez les autres pays du monde.)
  6. Ne coupez jamais un sujet en deux. Les correcteurs n’aiment pas du tout ça. S’il y a une double question dans le sujet, ne répondez pas à une question puis à l’autre, mais traitez-les ensembles.
  7. If it was true -> If it were true (forme particulière du verbe être après « if »)
  8. Toujours indiquer le sujet choisi.
  9. Pas de vocabulaire familier, même en anglais. Exemple : glitch (« pépins »).
  10. Attention à ne pas utiliser des arguments trop extrêmes, qui paraîtraient disproportionnés.
  11. Ne pas réutiliser une citation déjà mise en valeur : vous donnerez l’impression de vous répéter.


 

Culture générale - Questions contemporaines :

  1. Eviter les pronoms à la 1ère personne, même si certains professeurs l’acceptent. Eviter d’inclure le correcteur. Nous verrons -> Il sera étudié comment
  2. Développez vos introductions ! (longue d’une page) Très importante l’introduction.
  3. Eviter de dire qu’un auteur a un bon raisonnement / rigoureux / exemplaire. Ils sont étudiés par la France entière voire le monde, c’est bien qu’ils sont extrêmement bons / rigoureux / exemplaires. On le sait déjà.
  4. Ne pas oublier les négations. On a pas -> On n’a pas
  5. Pas de familiarité dans les devoirs. Au contraire, utilisez un langage cordial, avec des pointes de mots soutenus, ça montre l’étendue de votre vocabulaire sans être pédants.
  6. Un conseil : il vaut toujours mieux montrer en quoi un auteur est génial plutôt que d’essayer de trouver les limites de cet auteur. Les correcteurs préfèrent cela.
  7. Ne pas utiliser le verbe aller pour le futur : va offrir -> offre
     

Comprendre la politique

Êtes-vous de gauche ou de droite ? Extrême gauche ou extrême droite ? Inclassable ?

Vous avez simplement envie de vous immerger un peu dans la culture politique, de découvrir quelles sont les grandes questions politiques de notre temps, et de comprendre le positionnement des partis ?

Attention, les indications extrême gauche, gauche, droite, et extrême droite que nous donnons sont valables pour le monde entier. Les partis au sein de chaque pays prennent un peu de gauche, un peu de droite, un peu d'extrême gauche, un peu d'extrême droite, selon les questions.

Exemple : Le Rassemblement National (ex-FN) emprunte à l'extrême gauche pour les questions économiques (comme la question sur la mondialisation) mais est clairement extrême droite pour les questions vis-à-vis de l'immigration.

Ces idées politiques exprimées ici sont caricaturales mais ont le mérite de vous offrir une bonne introduction à la politique, et une ligne directrice. D'autant que les partis politiques ne sont pas les derniers à être eux-même leur propre caricature.

 

 

Les positionnements politiques

 

>> En règle générale

 

Si vous ne comprenez pas les termes suivants, qui permettent de situer une couleur politique, pas de problème. Lisez attentivement les questions de positionnement politique en-dessous, et vous comprendrez alors par correspondance les termes employés ici en introduction.

 

En matière économique :

Plus on tend vers la gauche, plus on est protectionniste et interventionniste.

Plus on tend vers la droite, plus on est mondialiste et libéral.

 

En matière sociale :

Plus on tend vers la gauche, plus on est progressiste.

Plus on tend vers la droite, plus on est conservateur.

 

En matière d'identité :

Plus on tend vers la gauche, plus on est cosmopolite.

Plus on tend vers la droite, plus on est nationaliste.

 

>> Comprendre la politique - les impôts

 

Faut-il augmenter ou réduire les impôts ?

 

Extrême gauche : Il faut taxer très fort les plus riches pour redistribuer aux pauvres. Cela semble logique lorsque l'on voit les très grandes inégalités qui existent entre les plus riches et les plus pauvres de la société française.

Gauche : Pour les mêmes raisons, il faut taxer les plus riches pour redistribuer aux pauvres, mais sans trop en faire pour éviter les critiques lancées par la droite.

Droite : Les groupes les plus riches en France sont ceux qui font avancer l'économie. Taxer trop fort les plus riches, c'est risquer de les faire fuir dans les pays à l'étranger.

Extrême droite : Il ne faut absolument pas taxer les plus riches. Si on observe bien, ils ont certes une grosse fortune, mais ils n'en disposent pas : ce sont leurs entreprises qui valent des millions. De plus, il faut laisser faire la loi du marché : taxer, - cela revient à réguler -, perturberait le bon fonctionnement du marché.

 

>> Comprendre la politique - la mondialisation

 

Faut-il encourager la mondialisation ?

 

Extrême gauche : Il faut du protectionnisme pour protéger l'économie du pays. En effet, ouvrir à la concurrence serait déloyal et contre-productif.

Gauche : La mondialisation doit être régulée et limitée à certains secteurs par exemple.

Droite : La mondialisation doit être encouragée, elle permet de mettre en concurrence les économies, et favorise donc la santé économique de tous les pays.

Extrême droite : La mondialisation permet à chaque pays de se spécialiser dans une activité, et ainsi d'accroître de beaucoup l'efficacité de l'économie. La concurrence des marchés pleine et entière permet également d'accroître cette efficacité.

 

>> Comprendre la politique - la pauvreté

 

L'Etat doit-il se charger de la pauvreté et de l'exclusion ?

 

Extrême gauche : Totalement. L'Etat doit réduire les inégalités, en prélevant beaucoup aux plus riches pour distribuer aux plus pauvres, et ainsi éliminer la pauvreté et l'exclusion sociale.

Gauche : Il faut être modéré, ou bien les plus riches quitteront le pays. Mais bien sûr, c'est le rôle de l'Etat de réduire la pauvreté, notamment par les impôts.

Droite : Le meilleur moyen pour réduire les inégalités, c'est de tirer les pauvres vers le haut, et non pas de tirer les riches vers le bas. Donc moins de redistribution.

Extrême droite : Ce n'est pas à l'Etat de s'occuper des pauvres et de l'exclusion. Car de toute façon, c'est justement avec moins d'Etat et moins d'impôts que la pauvreté diminuera.

 

>> Comprendre la politique - la place de l'Etat

 

De quoi doit s'occuper l'Etat ?

 

Extrême gauche : L'Etat peut intervenir dans tous les domaines si cela permet de réduire les inégalités.

Gauche : L'Etat a un rôle à jouer car il a une mission sociale.

Droite : L'Etat doit limiter sa présence pour laisser les individus libres.

Extrême droite : L'Etat doit se limiter à la police, la justice, et la défense nationale. Tout le reste demeure libre.

 

 

>> Comprendre la politique - les entreprises

 

Comment doit intervenir l'Etat vis-à-vis des entreprises ?

 

Extrême gauche : Les employeurs exploitent bien souvent les employés. Il faut donner le plus de pouvoir possible aux employés contre les employeurs.

Gauche : Il faut protéger le bien-être des travailleurs. Ceux-ci doivent avoir une protection contre les licenciements abusifs.

Droite : Protéger les travailleurs, c'est aussi contraindre les entreprises, ce qui risque d'être néfaste à l'économie. Si l'on protège les employés des licenciements, les employeurs hésiteront beaucoup plus à embaucher.

Extrême droite : Il ne faut pas de protection des travailleurs : c'est à force de contraintes comme celles-ci que l'on brise l'économie. Si les licenciements sont totalement libres, alors il y aura beaucoup plus d'embauches.

 

>> Comprendre la politique - la religion

 

Chacun doit-il pouvoir vivre selon sa religion ?

 

Extrême gauche : La religion est une chape de plomb qui empêche les hommes de penser librement. Il faut réduire au maximum son emprise.

Gauche : Chacun doit pouvoir vivre sa religion comme il l'entend pour soi, mais sans gêner les autres.

Droite : Chacun doit pouvoir vivre sa religion comme il l'entend, et il faut laisser les associations, églises, religions, s'organiser comme elles le veulent.

Extrême droite : Chacun est libre de penser ce qu'il veut. Chacun a la religion qu'il veut, et peut l'exprimer librement.

 

>> Comprendre la politique - l'homosexualité

 

Quels droits doivent avoir les homosexuels ?

 

Extrême gauche : L'homosexualité est naturelle. L'égalité implique que les homosexuels aient les mêmes droits que les hétérosexuels, et laisser libre cours à l'adoption, à la PMA, à la GPA.

Gauche : Le mariage homosexuel doit être autorisé. Il faut néanmoins être prudent pour l'adoption, la PMA, et la GPA.

Droite : Le mariage est l'union d'un homme et d'une femme. Le mariage homosexuel ne doit pas être autorisé.

Extrême droite : L'homosexualité n'est pas naturelle. Il faut la combattre.

 

 

>> Comprendre la politique - l'avortement

 

Faut-il autoriser l'avortement ?

 

Extrême gauche : L'avortement doit être autorisé dans tous les cas. Les mères ont le contrôle total de leur corps.

Gauche : L'avortement doit être autorisé, mais il faut insister sur les conséquences.

Droite : L'avortement ne doit être autorisé que dans des cas exceptionnels, tels qu'un danger pour la survie de la mère ou dans le cadre d'un viol.

Extrême droite : Toute vie est sacrée. Il faut absolument interdire l'avortement.

 

 

>> Comprendre la politique - les drogues

 

Quelle réaction face aux drogues doit avoir l'Etat ?

 

Extrême gauche :  Il faut légaliser les drogues douces, et dépénaliser l'usage des drogues dures. Légaliser les drogues douces, car elles peuvent être moins nocives que le tabac par exemple déjà légal. Dépénaliser, parce que ce n'est pas par la force que l'on sortira les gens du cercle infernal de la drogue.

Gauche : Il faut légaliser le cannabis, en prévenant des dangers.

Droite : Il faut interdire les drogues, tout simplement parce qu'elles sont nocives pour quiconque.

Extrême droite : Il faut punir sévèrement l'usage de drogue, qui doit bien sûr être totalement interdite.

 

 

>> Comprendre la politique - la délinquance

 

Faut-il punir les méfaits des individus ?

 

Extrême gauche : Lorsque quelqu'un commet un méfait, c'est souvent à cause d'un contexte qui ne dépend pas de lui (pauvreté, exclusion, etc.) Il faut être compréhensif et l'aider à mieux se conduire.

Gauche : Certes, le contexte est pour quelque chose dans le méfait d'une personne, mais il faut quand même sanctionner cette personne avec les circonstances atténuantes.

Droite : L'individu est responsable. Le contexte n'aide pas, mais c'est en propre conscience que cet individu a commis un méfait. Il faut donc le sanctionner.

Extrême droite : Il faut réprimer sévèrement et proportionnellement tous les méfaits. Chacun est responsable de ses actes, et c'est avec les punitions que l'on évite de nouveaux méfaits.

 

 

>> Comprendre la politique - le droit de vote des étrangers

 

Extrême gauche : Tous les immigrés, légaux comme illégaux, doivent avoir le droit de voter. Cela les aide à s'inclure dans la société.

Gauche : Il faut accueillir avec bienveillance les étrangers, quels qu'ils soient. Les immigrés légaux doivent avoir le droit de vote.

Droite : Il ne faut accueillir que les étrangers qui montrent des signes de bonne volonté d'intégration et les réfugiés. Néanmoins, seuls les nationaux doivent avoir le droit de vote.

Extrême droite : Il ne faut accepter que les réfugiés. Seuls les nationaux doivent avoir le droit de vote. Ce sont les nationaux d'un pays qui doivent seuls contrôler la politique du pays.

 

>> Comprendre la politique - l'immigration

 

Extrême gauche : Il faut accueillir tous les étrangers qui le désirent. Ils connaissent la misère, la guerre, et d'autres malheurs. Ils seront mieux dans le pays d'accueil.

Gauche : Il faut accueillir les étrangers autant que le permettent les capacités du pays d'accueil, et il faut une politique pour augmenter ces capacités d'accueil.

Droite : Les étrangers doivent pouvoir être accueillis dans le pays, mais à la condition qu'ils respectent ses valeurs, et qu'ils se rapprochent du mode de vie des personnes qui les accueillent.

Extrême droite : Il faut refuser les étrangers. Que chacun reste dans son pays, c'est mieux à la fois pour le pays qu'ils auraient quitté et celui qui les aurait accueillis.

 

 

Comment analyser si vous êtes de gauche ou de droite

 

Chacun a ses propres valeurs, et chacun a donc ses priorités.

La première chose à faire, c'est d'identifier quelles sont les questions les plus importantes pour vous. Seuls vous pouvez le savoir, car ce sont les combats politiques de chacun, les questions qui vous tiennent à cœur.

Réalisez par exemple un classement des 3 questions les plus importantes. Accordez-leur un coefficient plus élevé, à vous de juger de combien. Puis comptez votre prositionnement pour chacune de ces questions. Ensuite, vous pourrez comparer avec les idées de chaque parti politique, comme nous le récapitulons ci-dessous.

 

Chaque parti est complexe. De même, chaque personne qui aura répondu à ces questions a un positionnement complexe.

Certains seront très libéraux (c'est-à-dire extrême droite) sur les questions économiques, mais très progressif (c'est-à-dire extrême gauche) sur les questions de société.

D'autres au contraire seront très interventionnistes économiquement (extrême gauche), mais très conservateurs (c'est-à-dire extrême droite) sur les questions de société.

 

De même les partis empruntent un positionnement différent pour chaque question. C'est pour cela qu'il est si complexe de retrouver le parti idéal pour vous, celui qui correspond le plus à vos idées. Néanmoins, vous pouvez vous approcher d'un tel résultat en comparant avec les idées sur chaque question de tous les partis.

 

Voici pour l'instant les principaux partis politiques français :

La République en Marche : le parti du président Macron est souvent présenté comme gauche / centre gauche / centre droite. En effet, il emprunte un peu à chaque bord, sans jamais se positionner à l'extrême.

  • les impôts : droite
  • la mondialisation : droite
  • la pauvreté : gauche
  • la place de l'Etat : gauche
  • les entreprises : droite
  • la religion : gauche
  • l'homosexualité : gauche
  • l'avortement : gauche
  • les drogues : droite
  • la délinquance : droite
  • le droit de vote des étrangers : gauche
  • l'immigration : droite

 

Rassemblement national : le Rassemblement national est présenté comme extrême droite. Dans le détail, on remarquera que surtout sur le plan économique ils sont plutôt marqués à gauche, mais ils sont bien extrême droite sur les questions de société.

  • les impôts : gauche
  • la mondialisation : extrême gauche
  • la pauvreté : gauche
  • la place de l'Etat : gauche
  • les entreprises : gauche
  • la religion : gauche
  • l'homosexualité : gauche ou droite
  • l'avortement : droite
  • les drogues : extrême droite
  • la délinquance : extrême droite
  • le droit de vote des étrangers : extrême droite
  • l'immigration : extrême droite

 

Les Républicains : présenté de droite, ce parti l'est dans les faits. Sauf sur la mondialisation, où Laurent Wauquiez influe la position des Républicains vers la gauche.

  • les impôts : droite
  • la mondialisation : gauche
  • la pauvreté : droite
  • la place de l'Etat : droite
  • les entreprises : droite
  • la religion : gauche
  • l'homosexualité : droite
  • l'avortement : droite
  • les drogues : extrême droite
  • la délinquance : droite
  • le droit de vote des étrangers : droite
  • l'immigration : droite

 

La France insoumise : présenté comme extrême gauche, ce parti l'est dans les faits.

  • les impôts : extrême gauche
  • la mondialisation : extrême gauche
  • la pauvreté : extrême gauche
  • la place de l'Etat : extrême gauche
  • les entreprises : extrême gauche
  • la religion : gauche
  • l'homosexualité : extrême gauche
  • l'avortement : extrême gauche
  • les drogues : gauche
  • la délinquance : extrême gauche
  • le droit de vote des étrangers : gauche
  • l'immigration : gauche

 

Vous pouvez également appliquer cette grille de lecture aux journaux, aux personnalités politiques, à votre entourage, à toute personne qui exprime un avis sur la politique. Et aussi bien en France qu'à l'étranger.

Voici un exemple que nous avons jugé intéressant de positionnement politique au Centre, et dans un pays étranger même si ce journal est diffusé partout dans le monde : The Economist.

 

The Economist : si ce journal adopte des positions extrêmes, le fait qu'il emprunte au spectre politique à gauche comme à droite, le fait revenir au centre. Il est dans le détail aux extrêmes gauches pour les questions de société, et aux extrêmes droites pour les questions économiques.

  • les impôts : extrême droite
  • la mondialisation : extrême droite
  • la pauvreté : droite
  • la place de l'Etat : droite
  • les entreprises : extrême droite
  • la religion : extrême droite
  • l'homosexualité : extrême gauche
  • l'avortement : gauche
  • les drogues : extrême gauche
  • la délinquance : extrême gauche
  • le droit de vote des étrangers : extrême gauche
  • l'immigration : extrême gauche

 

Comment contribuer à cet article ? Réagissez

 

Dans les commentaires, vous voudrez bien :

  • Poster vos résultats (anonynement ou non). Gauche, droite, extrême gauche, extrême droite ?
  • Commenter quel sentiment vous avez du positionnement de tel ou tel parti politique/organisation présenté ci-dessus, et si nous pouvons affiner nos résultats.
  • Amusez-vous à dresser le portrait idéologique, car il s'agit bien de cela dans ce positionnement politique, d'une personnalité politique ou d'un parti politique ou d'un journal.
  • Proposer d'autres questions politiques que nous pouvons aborder et éclairer dans ce spectre politique.
  • Contester nos assertions. N'hésitez pas. Et nous savons que cela ne plaira jamais à tout le monde.

 

Nous éditerons cet article grâce à vos commentaires pour s'approcher toujours plus vers la vérité et renforcer la transparence des idées politiques.

 

-> Résumé de La Richesse des nations - Adam Smith